Plus jamais une vision à long terme

J’ironise à peine je débute ces lignes. C’est horrible je sais. Mais c’est ainsi que l’être humain a décidé de vivre, en ayant une vision à très long terme. Relaxez-vous je rigole… La vision à long terme n’existe plus depuis très longtemps. En fait, parfois je me demande si cette pensée a déjà traversé le ciboulot de l’être humain. Nous agissons sans réfléchir en affichant des slogans complètement stupides. Comme nous enquérir de l’écologie par exemple. Alors oui c’est bien d’y penser. Mais affirmer que nous souhaitons protéger notre planète, ou la sauver, c’est une bêtise de plus que j’entends régulièrement de la bouche des politiques. Le vrai enjeu? C’est de sauver l’humanité tout entière. Et pas seulement la planète…

Nous avançons comme des pouets. Nous nous préoccupons uniquement de ce que sera aujourd’hui. Pas même demain. Rien du tout. Nous continuons notre marche en avant en mettant toujours plus en place ce qui causera notre perte à terme. Les avancées technologiques, pas toutes certes, mais celles qui servent à priver les peuples de travail n’en sont pas. Elles renvoient l’être humain à la dépendance et à l’inutilité.

Nous continuons de piller la planète. Nous continuons à vivre à crédit et à entretenir une croissance inutile. Nous ne faisons que prolonger notre agonie en agissant de la sorte. Nous choisissons, de par notre mode de vie, de privilégier une vision à très court terme. Nous laisserons aux suivants une planète dévastée, des piles de dette et du chômage. Et quoi si nous choisissions de tirer la prise immédiatement et d’adresser les vrais problèmes? Les Gouvernements le savent bien. Cela équivaudrait à devoir admettre que d’un coup, nous effectuerions un immense saut dans le temps en apprenant à redevenir pauvres, moins aisés. Nous ne pourrions plus prendre un vol easy-jet juste comme ça pour CHF 2.50 en direction de Londres. Nous devrions limiter nos déplacements. Nous devrions apprendre à moins consommer. Et de fait, notre société de consommation s’effondrerait instantanément. Avec à la clé des centaines de millions de chômeurs.

Cette perspective guère encourageante rebute les politiques. Qui oserait proposer une pareille campagne pour se faire élire? Personne. Absolument personne. Et comme souvent, c’est lors d’un choc que tout le système s’effondrera. Nous devrons aller jusque-là. Car la mentalité humaine est ainsi faite. L’Empire romain s’est auto détruit alors qu’il se croyait invincible. Il en ira de même pour nous, car nous sommes incapables de vouloir renoncer à notre petit confort, à réduire notre train de vie, à accepter que nous vivons à crédit. Tout simplement. Un exemple? Au lieu d’économiser le pétrole que faisons-nous? Nous produisons comme des fous. Jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus du tout. Et nous profitons tous de notre voiture au vu de l’énergie très bon marché pas vrai? Je ne suis pas meilleur que vous. J’ai juste conscience que nous vivons la fin d’une époque. Et que ceux qui comme moi le disent ne suffit pas. Cela ne suffit pas à faire changer les choses. Anticiper reste pourtant la clé. Et nous ne sommes pas capables de faire cela. Nous profitons comme des cons. Nous chantons au soleil. Jusqu’à ce qu’un choc soit suffisamment violent pour nous sortir de notre douce torpeur.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!