Tous les articles de Comprendre

Rebond massif… oui mais gare à la rechute

Je commencerai par une note très positive: gold is beautiful ! Pour ceux qui en ont, conservez-le ça ne fait que monter et ça va continuer. Avec la dilution des monnaies, qui sont devenues de vulgaires papiers de Monopoly, les matières TANGIBLES restent les seuls assets qui ont réellement de la valeur. Que vaut un billet de 100 dollars actuellement ? Surtout si l’on sait que Powell pédale jour et nuit sur son tricycle pour cracher des billets, et surtout si l’on sait encore que Powell est alimenté par des piles Varta et qu’il possède des tonnes de recharges en stock. L’or reste et restera une excellence. Surtout si l’inflation revient. Mais là on peut toujours attendre vu que la planète entière est aux abois et que la consommation est aussi dynamique qu’un vieux koala sous un soleil de plomb.

Les marchés sont comme un flipper. Du tout grand n’importe quoi. NY a rebondi énormément ces trois dernières séances, de manière complètement exagérée, comme les baisses l’ont été il y a deux semaines. Ces montagnes russes ne sont absolument pas la panacée. Cardiaques s’abstenir. Des titres qui se sont fait défoncer resurgissent à présent de manière complètement exagérée, comme Boeing, ou Dufry. Ah bon ? Vous pensez vraiment qu’un jour un être humain reprendra l’avion ? Ensuite je vais vous parler des deux « petits » problèmes qui vont survenir très bientôt.

Le premier petit souci viendra de la rechute des marchés. Cela s’était passé exactement de la même manière pendant l’épisode des subprime. D’abord les marchés ont violemment rebondi suite au sauvetage des banques et assurances. Ensuite on s’est rendu compte que ça n’était pas si facile que cela de tout remettre en route, avec tout un tas de produits exotiques tout pourris émis par les banques qui pétaient les uns après les autres. Et les marchés ont replongé. Aujourd’hui ? Rebond massif suite aux élans des banques centrales et des gouvernements qui respectivement impriment du PQ à la chaîne et d’autre part promettent des plans de relance jamais vus. Mais… et il y a un mais… D’ici peu on va s’apercevoir que le principal moteur de la planète est touché bien plus gravement qu’on ne le pense. Les Américains, pour le moment, préfèrent se concentrer sur le pèze qu’ils recevront bientôt. Mais depuis la maison ce sera difficile de le dépenser, surtout si les magasins restent fermés et que le chômage augmente. Trump veut faire repartir le pays à Pâques. Je ne doute pas qu’il le fera. Mais ensuite ce sera le plongeon car les plages seront réquisitionnées pour étaler les morts. Et si ce scénario se vérifie – comme j’aimerais me tromper – le pays sera à l’arrêt pendant de longs mois. En fait, l’Amérique risque d’être comme ces sportifs d’élite qui souhaitent écourter le temps de rééducation d’une blessure. Bien souvent ça ne marche pas avec à la clé une convalescence bien plus longue que la première.

Le deuxième petit souci provient de la dette, comme je l’écris depuis x années sur ce blog. La dette est en train d’exploser à la hausse. On prête à taux zéro. Il n’y a plus de limite pour l’endettement, tant privé qu’au niveau des États. On prête et on prête. On s’endette jusqu’au cou. On emprunte, on paye ce qu’il y a à payer, on dépense, on vit. Demain ? On ne sait pas. On ne veut pas réfléchir à demain. La seule chose à rappeler est que la dette émise se sera jamais remboursée. Jamais. Et un jour, il faudra passer les pertes. Et quand on y sera, l’épisode COVID sera à classer définitivement dans les histoires drôles de votre cahier.

Le Matin titre aujourd’hui: « comment investir malin durant une crise boursière mondiale ». C’est très bien que la presse spécialisée aborde le sujet. Si ce genre de presse en parle, c’est soit que c’est déjà trop tard pour acheter le marché – non ce n’est pas cela -, ou alors que c’est justement le pire moment pour fracasser votre crousille et acheter des actions. Alors comme je n’en sais rien, rien de rien, je vous laisse à votre instinct. N’oubliez pas de regarder CNN ce soir à la maison. On nous passera en boucle les tentes pleines de cadavres qui fleurissent à NY… ça devrait vous donner un avant-goût de la suite qui s’annonce. Pas sûr que l’odeur de la chair putréfiée encourage les traders à vouloir emballer durablement le marché à la hausse ce soir…

Ne cherchez pas, il n’y a rien à comprendre

Les marchés sont fous. Ou plutôt, les machines sont folles. Je ne peux pas m’imaginer que des êtres humains pilotent encore ce qu’on appelle encore un marché. Les soubresauts que l’on vit actuellement ne m’appellent rien de bon, si ce n’est de dire que le marché est débile. On ne peut pas baisser pareillement et rebondir ensuite de plus de 10% le jour d’après. Ce qu’il y a à retenir ? La FED a décidé de faire « whatever it takes ». QE illimité. Donc à fond la dette gratuite et c’est bien normal, puisque tout le système repose sur la dette.

Mis à part cela, pour ceux qui possèdent encore des titres, ne les bradez pas ! Ramasser un couteau qui tombe ce n’est jamais une bonne idée. Pour ceux qui ont du cash, c’est le temps béni des emplettes. Tout est soldé. Et même s’il est difficile de concevoir que ce marché se remettra de ce satané virus, qu’on ne voit rien, qu’on parle déjà du retour de l’inflation (voyez le cours de l’or qui s’envole), les actions représentent le seul asset qui rapportera quelque chose ces prochaines années. Sauf si l’on meurt tous. Et comme les Européens ont en plus décidé de remiser le frein à l’endettement, on plonge gaiement dans une fuite en avant. Encore davantage. La plus grande débandade de toute l’Histoire. Les États sont déjà surendettés, sans aucune possibilité de relancer la machine. Mais ils vont le faire, en empruntant encore plus à taux zéro, quitte à ce que les banques centrales se mettent à prêter en direct à tout le monde. Lire la suite →

Comme toujours on n’a rien vu venir

Les crashs annoncés, ça n’existe pas. Rien ne nous laissait supposer que ce virus mettrait à terre l’entier de la planète en quelques semaines. Comme en 2008 avec les subprime, on a tout d’abord complètement minimisé, pour ensuite s’avouer que oui, problème il y avait. Et là c’est tout pareil. Tout d’abord quelques problèmes en Chine, ensuite ailleurs. Les marchés ? En chute libre. New York a encore perdu 10% la nuit passée. Même si la crise est grave, même si les conséquences sur l’économie seront sévères, même si les pertes humaines ne sont pas à négliger, il me semble pourtant que tout est complètement exagéré. Complètement disproportionné lorsque je vois les sanctions sur les marchés. On est devenu complètement débile !Tout y passe. Les bonnes sociétés, la base, se font laminer comme toutes les autres, notamment celles qui ne servent à rien, comme Netflix. Et cela est complètement irrationnel. Un peu comme lorsqu’on constate qu’un orage va arriver et qu’on déciderait de faire appel à l’armée immédiatement pour dresser une tente de secours bourrée de solutions de désinfectants au cas où.

Ce qui me choque un peu dans ce que l’on vit, c’est l’importance que l’on donne au non-essentiel. C’est-à-dire toute l’industrie du divertissement, et particulièrement le sport (qui est devenu un divertissement), ou encore les voyages non essentiels. Lorsque nous vivons pareils événements, on se rend compte à quel point on est complet à côté de nos baskets. Du sport, on s’en fout en pareilles circonstances. Cela remet un peu l’église au milieu du village, même si je déteste les églises. Nous sommes un peu ces enfants de 4 ans à qui on retire un joujou à deux balles et qui vous pètent un plomb en plein milieu d’un magasin. Eh oui Liverpool sera champion d’Angleterre ce soir puisque tout sera annulé. Lire la suite →

Et soudainement la résurrection… déjà.

C’est absolument splendide. Vendredi j’écrivais encore que ce sont toujours les États-Unis qui donnent les premiers les signaux et j’aurais bien aimé me tromper. Mais non ça marche à tous les coups. Hier soir, explosion à la hausse à Wall Street et les marchés pédalent comme des fous aujourd’hui pour rattraper le retard.

La panique liée au virus est DÉJÀ en train de devenir banale. Bientôt, il y aura tant de cas sur toute la planète que tenter de les suivre deviendra aussi simple que de tenter de comprendre la politique sportive du FC Sion. Le temps des emplettes est déjà revenu, même si les banques centrales n’ont encore rien dit et qu’il n’y a aucune confirmation tangible, mesurable, d’un retour à la normale. Lorsque ces éléments nous seront connus, ce sera déjà trop tard. Les marchés anticipent toujours ce genre de choses car nous sommes des parieurs. Nous achetons l’incertitude et vendons la certitude. En revanche le temps des emplettes dans les magasins ça prendra encore un peu de temps. Certains magasins on-line manquent de tout et leur « offre » fait peine à voir. Preuve s’il en est de la panique complète qui a régné ces derniers 10 jours.

La baisse brutale, complètement irrationnelle, sera suivie d’une hausse tout aussi brutale. Il y a plein de gars qui doivent se refaire, ceux qui ont vendu comme des sacs alors que tout dégringolait. Et il y a les autres qui n’ont absolument rien fait et qui ont laissé faire, avec la certitude que tout redeviendrait tôt ou tard comme avant. Lire la suite →

On jette tout, même ce qui est bon

Les marchés continuent de dévisser. C’est simple, avec les mesures prises par les gouvernements il ne peut en être autrement. Tout devient compliqué quand on interdit aux entreprises de fonctionner normalement. Le coup d’arrêt s’annonce brutal, avec des chiffres au T1 qui seront forcément abominables. Et pas dit qu’on se relève si vite cette fois-ci car la correction est brutale. Deux trimestres à croissance négative et l’on parlera déjà de récession, avec les banques centrales qui n’ont plus aucun pouvoir cette fois-ci. Racheter toutes dettes émises était simple, comme de baisser les taux. Mais face à l’angoisse de l’éradication de la race humaine, là je ne vois pas en quoi Mme Lagarde pourrait bien rassurer.

Il s’agit du 6 ou 7ème jour de baisse. Et à coup de 3-4% chaque jour ça descend vite. Le krach tant annoncé depuis tant d’années est peut-être en train de se produire, même si je continue à penser que tout est exagéré et que pour dire vrai je n’en crois rien. Mais au rythme où cela se déroule, on risque bien de nous offrir une pelle et pioche, aux vivants je dis, pour nous remettre à cultiver nos jardins puisqu’on nous interdira bientôt d’aller faire nos courses au supermarché. Toute la marmaille y passe actuellement. Il n’y a aucun titre qui résiste à cette déferlante. Les pires titres et les meilleurs sont unis dans la glissade vers les abîmes. Lire la suite →

 
elit. venenatis, luctus ut suscipit pulvinar Nullam tempus leo. vel, commodo consectetur