C’est jour de lessive chaque jour à présent

Autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas loin de penser que l’habillement cher aux hippies est en train de revenir à la mode. Avec les pattes d’eph, c’est toujours ainsi que ça se passe: on a juste envie de casser la routine le temps du week-end, quand on n’a pas peur du ridicule.

Durant ces 20 dernières années on a vécu une période incroyable. Une période où nous avons consommé comme des fous, où nous n’avons pensé qu’à satisfaire notre pur plaisir. Nous avons voyagé tant et plus, sommes allés lécher les vitrines londoniennes quatre fois par an en prenant une boîte à sardine à CHF 6.95 bagages compris. En 20 ans nous n’avons juste eu aucune catastrophe réelle, rien. En simple, on s’est emmerdé grave. Et c’est bien parce qu’on s’est emmerdé grave que les géants de la tech ont pu prospérer. Ils ont réussi à développer l’inutile, à l’image du malicieux Zuckerberg. Ils ont réussi à développer une industrie qui ne fonctionne qu’en cas de beau temps. Une industrie qui fabrique des pattes d’eph. Jusqu’à cette semaine. Hormis Apple, qui fabrique de vrais ordinateurs, de vrais téléphones, tout le reste des GAFAM s’est fait proprement démonter, pour ne pas dire massacrer en bourse. Chiffres d’affaires en baisse, perspectives en mode vol de nuit, décélération de l’activité. Tout y est passé et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Les temps que nous vivons depuis quelques mois nous ramènent les deux pieds sur terre et en écrivant cela je ne peux que penser à Warren Buffett. McDo se porte bien. Nestlé aussi. Les pharmas aussi. L’industrie « réelle » également. On est en train de revenir à la base. La guerre en Ukraine nous rappelle que des soldats qui mangent mal – s’ils mangent – ne servent à rien, même s’ils sont équipés de matériel dernier cri. Nous reprenons conscience de l’importance d’avoir du chauffage, de l’eau, de l’électricité, des trains qui fonctionnent. Alors forcément que l’inutile ne fonctionne plus. Grâce au climat qui se déchaine, grâce à Poutine, le monde se recentre. Cela va coûter cher mais c’est ainsi. Qui se souciera encore d’un univers parallèle si on n’arrive plus à manger correctement?

Cette période d’incertitudes reste extrêmement favorable pour ceux qui ont conservé dans leurs portefeuilles des titres défensifs. Ces sages-là ont compris qu’un bon 4% de rendement sur le très long terme ça finit toujours par payer. Construire brique par brique afin d’être certain de traverser sereinement les crises. Celle que nous vivons représente une opportunité pour toutes celles et ceux qui ne seraient pas investis dans de tels titres. Elle l’est aussi pour cibler certains titres qui ont massivement corrigé et qui se traitent à un prix indécent. Adecco ou Logitech en font partie. Geberit ou EMS Chemie également. Il n’y a qu’à se baisser et ramasser.

Le prochain sujet qui va nous occuper très prochainement, qui est encore masqué par les reportages sur la guerre, c’est celui des taux qui remontent. A ce stade ils ne font pas encore très mal car ils restent faibles. Mais quand même ils remontent et ça ça n’est pas bon pour les gouvernements. Le service de la dette représentera prochainement le premier poste du budget de certains Etats, comme la France par exemple. L’Angleterre vivra elle aussi peut-être une stabilisation illusoire dans sa lente décrue avec la nomination du nouveau gouvernement. Mais sa chute se poursuivra, jusqu’à la faillite. A un moment donné, l’ardoise, il faudra bien l’effacer. La France n’y échappera pas non plus, comme l’Italie. Je rejoins encore Poutine qui dit que les 10 années qui s’en viennent seront difficiles. Il a complètement raison mais se trompe dans la durée. Nous nous trouvons peut-être bien devant 30 ans d’incertitude alors autant s’y faire tout de suite. Et en 30 ans, les pattes d’eph réapparaîtront dans nos étalages au moins trois fois…

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!