Tous les articles taggués immobilier suisse

Plus on dit rien, plus c’est le bordel

Rageant pour certains. Enervant pour d’autres. Mais la vérité? C’est qu’on s’en balance complètement. La croissance aux USA on s’en fiche complètement. Toujours la même rengaine au printemps. On nous dit que c’est à cause de l’hiver qu’elle n’a pas degelé. Ensuite comme d’habitude avec les USA, tout est simplement manipulé. On nous dit ce qu’on veut nous dire. Point barre. Donc ne vous fiez pas à ces chiffres qui ne veulent juste rien dire.

Ensuite nous avons eu la FED. Qui comme d’habitude ne dit rien. Juste rien. On en sait au moins autant qu’avant, et les prédictions sont aussi précises que celui qui arrive à nous affirmer que le 34 mai prochain il fera très exactement 12.7 degrés à Evolène à 7h12 le matin. Mais seulement s’il ne pleut pas.

Et là très honnêtement je me poile un max. Car rien n’a changé. Absolument RIEN DU TOUT! De l’économie réelle, du chômage, de l’endettement des Etats, que ce soit aux States ou en Europe, on s’en fout complètement. La seule chose qui compte, c’est ce que font les banques centrales. Et pour le moment, les taux broutent les algues au fond des océans et les billets sont crachés par des geysers un peu partout. Donc no souci. On attend que l’orage passe, on serre les fesses. Les marchés ne peuvent s’effondrer dans ces conditions-là. Car si les banques centrales cessent leur action, ce qui n’est pas pour demain ni après-demain, c’est tout le système qui s’en va brouter les algues… Lire la suite →

Pour une fois que Juncker dit ce qu’il pense

Les Espagnols ne sont pas sortis de l’auberge. Pour une fois, Juncker ne fait pas dans la dentelle et il a raison. La situation espagnole n’est de loin pas réglée, en référence au taux de chômage qui demeure abominable. Juncker met en garde encore le peuple espagnol et rejoint l’avis que j’avais déjà partagé dans un précédent billet. Podemos? Podemos est mort. Les vaines paroles émises jusqu’à présent par son leader charismatique Iglesias appartiennent déjà à l’Histoire. Il n’y a qu’à voir Tsipras, qui a promis, et qui fait exactement le contraire de ce qu’il avait annoncé à son peuple.

Bien malin est celui qui prédira ce qui se passera cette année. Car pour le moment, nous continuons à vivre dans une économie sous perfusion, avec des emprunts émis à taux zéro, avec aucune alternative de placements autre que les actions. Les caisses de pensions suisses vont déguster. Et le problème ne fait que débuter. Actives dans l’immobilier pour la plupart, elles voient également leurs revenus s’effriter au vu des rendements immobiliers qui s’affaiblissent. Pourquoi? Quoiqu’on en dise, les prix descendent. Les experts ont beau vociférer tant et plus, en nous balançant que tout va bien. Mais la vérité est tout autre. Les prix continuent de chuter et nous assistons à une dégringolade, certes assez lente, top down. Même l’arc lémanique est touché, de plus en plus, et les propriétaires se voient contraints de réduire leurs prétentions de rendement sur nombre d’objets. Lire la suite →

Immobilier: l’effondrement droit devant

Je suis terrible je le sais. Mais c’est un péché mignon chez moi: j’aime bien avoir raison. Alors ce matin je salive en consultant la presse. Non pas quand je lis les articles concernant la victoire de Syriza, mais bien ceux qui traitent de l’immobilier.

Donc c’est très officiel maintenant. Il n’y a plus de pénurie de logements en Suisse. Et avec l’abandon du cours plancher de l’Euro, le marché suisse de la pierre s’apprête à dégringoler. Peut-être de 20% que c’est écrit. Mais noooooon? Et tenez donc, d’éminents experts sortent tout à coup de leur boîte pour expliquer gentiment au gentil peuple suisse qu’en fait les taux bas ne protègent en rien l’emprunteur sur le long terme. Mais noooooooon!!!! Vous n’aviez pas déjà lu quelque chose comme ça quelque part???

Une jolie démonstration du retournement de tendance figure en une du Temps. Car si votre bien dévalue de 20%, votre gentille banque ne va pas vous oublier en vous réclamant sur le champ d’amortir une partie de votre dette si elle juge que vous dépassez ses termes d’octroi en matière de crédit. Ça c’est une chose. Et pour y avoir travaillé, je puis vous dire que même si vous avez souscrit un joyeux taux fixe à 10 ans qui s’élève à 0.1% et que vous pensez avoir signé l’affaire du siècle, sachez que votre banque peut tout à fait (et elle le fera) casser votre contrat et vous imposer du jour au lendemain un taux à 9% si elle devait juger que vous êtes devenus tout à coup « un risque ». Lire la suite →

Marché immobilier: les banquiers font pression sur la FINMA

Puisqu’il n’y a plus rien à dire sur la bourse, que les marchés s’enhardissent toujours plus, que la volatilité n’existe plus, que le bull-market semble indestructible et surtout qu’il ne se passe rien, je choisis de revenir sur un terrain qui m’est familier: l’immobilier.

Petit rappel. Il y a quelque temps. Les grands Sages qui s’occupent de notre bien-être réfléchissaient le plus sérieusement du monde à contraindre tout emprunteur d’allouer le différentiel effectivement payé à la banque et un taux fictif de 5% à la réduction de sa dette hypothécaire. Cette mesure aurait concerné les dettes dépassant le premier rang. Cette mesure a beaucoup fait réagir les banquiers de notre pays et en coulisse, les rencontres entre la FINMA et les principaux acteurs financiers de notre pays se multiplient. Le but? Faire infléchir cette mesure. Les banques craignent-elles quelque chose?

En fait cela ne devrait pas être le cas. Car à l’octroi d’un prêt hypothécaire, la banque est censée calculer de toute façon si le client est bien capable d’honorer une dette à un taux théorique de 5%. Donc vu comme cela, de manière basique, cela ne devrait poser problème à AUCUN client. D’où ma question: mais pourquoi alors les banques tentent-elles de convaincre la FINMA que cette mesure n’est pas nécessaire?

La réalité est malheureusement tout autre. Après la crise de 2008, un grand nombre de clients a fui les grandes banques. Et lorsque je regarde un peu le taux de croissance de la rubrique « affaires hypothécaires » des autres banques, j’en ai froid dans le dos. Une croissance effrénée, parfois à deux chiffres par an, dont personne ne peut juger de la qualité. Pourquoi? Parce que le crédit est presque gratuit. Et tant que les taux ne repartiront pas à la hausse, il ne sera pas possible de déterminer qui aura bien travaillé et qui aura simplement « fait du chiffre ». Lire la suite →

Immobilier: la FINMA s’en mèle!

Hier, j’ai lu dans la presse suisse-allemande une possible mesure que la FINMA pourrait prendre prochainement pour contrer la surchauffe du marché immobilier. Ces commentaires sont à nouveau repris dans la presse suisse-allemande aujourd’hui avec une interview de Pierin Vincenz, big boss de Raiffeisen, qui juge la mesure excessive. Là où je suis surpris, c’est que la presse romande n’en touche pas mot jusqu’à présent.

En bref, la FINMA étudie le fait de faire payer 5% d’intérêts aux emprunteurs sur l’hypothèque souscrite, et cela peu importe le taux d’intérêt en vigueur sur les marchés. Le taux du marché serait bien entendu appliqué (donc par exemple un 2% pour un ph à taux fixe), mais le 3% restant (donc le différentiel entre les 5% demandés par la FINMA et le taux réel payé, donc les 2% dans mon exemple) serait porté en diminution de la dette. Donc en clair, la FINMA pousserait les emprunteurs à amortir plus vite leur hypothèque.

Cette mesure s’appliquerait à toute nouvelle demande de ph, pour autant que le ph dépasse le 66% de la valeur du bien. Cette mesure s’appliquerait ensuite également à tout renouvellement de ph à taux fixe = donc à toutes les affaires existantes! Lire la suite →

 
odio facilisis consectetur accumsan vel, felis mattis ipsum adipiscing ante. leo