Un long fleuve… pas trop plus tranquille

Les marchés se sont repris mais quelle surprise. La seule chose qui marque, c’est le « produit » – puisque cela s’appelle ainsi – du Credit Suisse qui a foiré. Un genre de produits dont je ne connaissais même pas l’existence, persuadé que j’étais que les banques ne faisaient plus ce genre de trucs depuis les Subprime. Serais-je donc naïf? D’ailleurs, je ne serais pas surpris que d’autres produits hyper sûrs comme celui qui mesurait la volatilité à contresens chez Credit Suisse ne soit encore en circulation. Je ne sais pas moi, mais avec un peu d’imagination, on pourrait même inventer un produit – un coup sûr comme d’habitude – qui nous permette de parier sur la température de la glace au Gornergrat chaque jour à 4 heures du matin. Hyper bandant. Reste que les personnes qui ont investi dans ce fameux produit du CS n’ont plus que les yeux pour pleurer. Adieu les vacances, adieu l’achat de la prochaine Tesla (bon là c’est pas tout perdu d’avance vu que Tesla ne fait qu’annoncer retard sur retard au niveau de la prod), adieu encore la fanfaronnade au bistrot pour dire aux autres comme on s’est fait beaucoup de pognon.

Ce qui est à présent de retour, c’est la volatilité. Bonne nouvelle! Ça rendra nos journées un peu plus dynamiques car à force de voir ce marché soit stagner, soit monter, il faut s’avouer que la bourse n’était plus ce qu’elle était, faite de hauts et de krash. Bref, un bienfait pour les amateurs de cocktails sulfureux. Si je déteste par définition les assureurs qui ont le talent de vous vendre de la chiasse et d’imaginer tous les cataclysmes possibles (est-ce qu’il est prévu d’assurer le risque bien réel qu’une Tesla venue du ciel vous tombe sur la tête?), les nouvelles tombées ce matin m’agacent encore davantage. Les assureurs en général encaissent des primes beaucoup trop élevées. C’est ce qui leur permet de jeter en pâture aux initiés des dividendes dignes de la fusée de Musk. Cela devrait être une bonne nouvelle mais pour nous qui payons nos primes pour assurer tout et rien à double voire triple (une spécialité suisse), je la trouve simplement amère. Zürich offre un 6% de rendement. C’est génial. Juste le double qu’offre le bond du Tresor à 30 ans. A rien n’y comprendre non plus puisqu’il y en a qui préfère encaisser du 3 sur un Etat en faillite alors qu’il peut encaisser du 6 sur une société saine qui se nourrit de la chiasse des gens. C’est où le juste? Lire la suite →

Incroyable… ça remonte!

Pfffffff ça en devient lassant. Ceux qui m’ont lu hier savent que c’était LE jour pour acheter le marché. Et qui a profité de faire le pas? Vous? Peut-être. Mais une chose est sûre, Soros et Buffet entre autres ont profité de ce jour de fête pour faire leurs emplettes. Loin de moi l’idée de défendre les riches qui deviennent toujours plus riches, et de voir de peuples entiers réduits à survivre. Mais il n’y a simplement pas de hasard. Les riches le deviennent toujours davantage parce qu’ils possèdent en eux, outre l’argent, une valeur que peu possèdent: le courage de nager à contre-courant et de savoir profiter des opportunités.

Tout clignote en vert aujourd’hui. Les marchés remontent comme un bouchon poussé par SpaceX. On se rendort il n’y a plus qu’à laisser mijoter. Et pour ceux qui sont sortis des marchés hier, ce seront les mêmes qui attendront encore quelques jours « pour être sûr » que ça remonte bien. Pfffffff que je disais. Toujours la même chose…

Mini-gros Krash

« Bain de sang », « Fuyons », « Les marchés dévissent ». Ces titres foisonnent sur à peu près n’importe quel site internet. Même la première page du Blick fait état de la baisse des marchés c’est tout dire. Quant à moi je rigole. Tout ce remue-ménage me fait marrer car d’ici à quelques semaines on aura tout oublié. Les marchés vont remonter tel un bouchon nucléaire. Rien ne justifie cette baisse, si ce n’est que les marchés sont montés trop vite tout d’un coup. Et là c’est la panique à bord, avec des ordinateurs qui s’en mêlent et qui foutent la pagaille.

Pour justifier cette baisse des marchés, on nous rabâche que c’est à cause des taux, ou alors l’inflation qui ne dépasse toujours pas la hauteur d’une pâquerette. C’est vrai le rendement 10 ans des bons du Tresor a soudainement explosé de 2.6% à 47%… Je rigole. Les taux sont bas, et même s’ils montent, ils restent EXTREMEMENT bas! En fait, en ce moment, c’est un peu comme si vous vous rendez chez votre coiffeur et que par mégarde, il se broute en réglant sa tondeuse. Les cheveux, ça repousse, surtout si vous en avez! Rappelez-vous cela. Cette journée sera rouge, tout partout. Alors autant vaquer tranquillement à vos occupations et, si vous en avez le courage, adoptez l’attitude exacte contraire du marché. Dans chaque baisse naît une opportunité d’achat. Warren Buffet, entre autres, en sait quelque chose puisqu’il va s’activer toute la journée pour acheter à prix cassé tous les titres qui se font laminer.

Icy road ahead

Ok elle est peu simple je vous l’accorde volontiers. C’est comme au Mc Do. Quand on prend un café, on doit s’attendre à ce qu’il soit chaud et qu’on puisse éventuellement se brûler la langue. La grande lessive vécue la semaine dernière par les marchés s’apparente à vouloir marcher en tongs sur un trottoir verglacé de La Chaux-de-Fonds. C’est la cassée de gueule assurée. En bourse? Pas de glace mais des rendements obligataires qui montent graduellement. Soudain et c’est vraiment surprenant, le petit monde de la finance prend conscience qu’emprunter du fric va soudainement coûter quelque chose et qu’on va gentiment arrêter de prêter du pognon à 1% sur 10 ans. Aux States, le rendement à 10 ans monte gentiment, en direction des 2.9% et ça fait peur à tout le monde. Le point d’inflexion est dépassé depuis plusieurs mois et il faut bien se l’admettre, les taux montent et l’on peut à présent parler de retournement de tendance. Mes pensées émues à tous ceux qui possèdent un portefeuille obligataire. Ça va faire très mal si l’inflexion se poursuit à ce rythme.

Donc les marchés baissent, et baissent bien. Pour le moment, on occulte complètement les résultats des entreprises qui sont excellents. On occulte aussi le chômage, qui continue de baisser. On continue d’occulter la croissance, toujours molle, qui se consolide durablement quand même. On continue encore de ne pas vouloir voir que des taux à des niveaux pareils, ce n’est juste rien. Simplement, on n’est plus habitué à voir simplement des taux qui dépassent zéro et tout le monde a la chiasse. En bourse, tous les traders semblent avoir revêtu des tongs, car ils ont oublié qu’en hiver il est possible qu’il neige. J’hallucine. On semble prendre conscience que oui, la neige c’est froid. Lire la suite →

Le dollar, Mnuchin et les montres à l’heure

Je n’éprouve le plus souvent aucune compassion pour les politiques qui changent d’avis tous les 3 mois. Mnuchin n’est pas un politique puisque ce mec travaille pour le Gouvernement américain et qu’il est censé dicter le cours du dollar au reste du monde. Le restart de la guerre des changes a été donné lors d’une course de traîneaux à Davos. Mnuchin n’a rien trouvé de mieux de dire qu’un dollar « faible » est bon pour les Etats-Unis. Le lendemain à la tribune des singes, Trump déclarait exactement le contraire. Et hier, ce brave Mnuchin déclarait à tout le monde que ses propos davosiens ont été mal interprétés (tous des ignares ceux qui l’ont écouté) et que bien entendu, un dollar « fort » est bon pour les Etats-Unis.

Reste que le mal est fait. Les Etats-Unis ont bel et bien déclaré une nouvelle guerre des monnaies. Trump a compris que négocier des droits de douane fâchait tout le monde, et qu’il est plus facile de faire passer sa pitance en dévalorisant le dollar. C’est cet effet qui a ébranlé les marchés ces derniers jours. L’économie doit à nouveau s’adapter à une nouvelle donne. Les entreprises doivent prendre en compte ce nouveau paramètre et faire avec. Nous nous retrouvons donc à nouveau tel un crapaud dans une marmite dont l’eau chauffe gentiment, insensiblement, jusqu’au prochain arrêt de bus. Lire la suite →

 
mattis et, velit, risus. at dolor. elit. dapibus Donec