On pense qu’on sait mais on n’y voit rien

Encore et toujours Trump qui fait souffler le chaud et le froid dès qu’il intervient sur Twitter. Les paroles apaisantes apportées par le président chinois ont quelque peu calmé les marchés, même si je n’en crois rien. Ce message diplomatique, intelligent, allant dans le sens du chef Sioux cache de toute façon d’âpres négociations à venir. Un Chinois négocie tout, sur tout, avec le sourire aux lèvres, c’est dans les gênes de la culture asiatique. Je ne me fais donc aucune illusion sur les temps qui sont devant nous. Se faire une idée précise de ce que sera le monde après les négociations est aussi certain que d’avoir voulu prévoir que la Roma battrait le Barça. Espérons juste que l’extase de tout ce bazar ne nous fera pas perdre la voix comme ce brave commentateur italien qui n’en pouvait plus. Pékin assure en outre qu’il ne dévaluera pas sa monnaie. On est pleinement rassuré de lire cela. Et si ça descend quand même, ce ne sera pas de leur faute bien entendu.

Ceux qui rigolent en ce moment en bourse, ce sont les majors. Le pétrole est en feu et tout ce qui tourne autour du secteur se fait des c…. en or en ce moment. Pourvu que ça dure, surtout pour tous les idiots qui sont restés short car rappelez-vous c’était un coup sûr. Le pétrole devait aller à $10. Quant au reste on s’amuse bien également, surtout dans le secteur du luxe. Swatch s’envole gentiment. Ecrire que c’est une « surprise » serait me discréditer moi-même. Aucune raison de me flinguer en plein vol puisque cela fait longtemps que j’en ai fait un de mes top-pick. Quant à la pound, elle est au plus haut depuis 2 ans. Dingue non? Aller se mettre une moque à la Guinness devient plus cher de mois en mois. Là encore de sacrés bouillons à passer pour tous ceux qui ont parié à tort sur l’extinction rapide de l’Empire. Et la Reine peut dormir tranquille dans ses châteaux car ses voyages à l’étranger coûtent de moins en moins cher.

J’ai encore lu plein d’articles sur Deutsche Bank qui est, reste, et descend toujours davantage à la cave. Ils changent de CEO c’est trop cool. Ce que les articles ne disent pas, c’est si le préposé au stock a pu réduire ses commandes de crédences. On ne sait en effet plus rien du nombre exact de procédures en cours et des futures amendes à payer. Etonnant encore car en Suisse, aucun article depuis une semaine sur nos deux grands clowns qui se font le match de la décennie dans le feuilleton « qui aura le privilège de payer la prochaine amende ». J’ai presque l’ennui car ce genre de nouvelles, bien que répétitives, me fait à chaque fois bien marrer. J’aurais presque tendance à penser qu’à présent ils discutent entre eux pour former une super-équipe car un troisième larron émet des velléités pour figurer à la une des quotidiens. A Bâle, on ne sait toujours pas comment des voleurs ont pu forcer une salle de safes complètement automatisée. Raiffeisen, après être longtemps restée en retrait de ses consœurs, semble enfin avoir compris de quelle manière réduire son budget pub en annonçant enquête interne sur enquête interne. C’est très bon tout cela! L’élève a mûri.

Autrement vous trouverez encore à la une des quotidiens la séance photos que Zuckerberg livre dans la capitale des Indiens. Tout cela n’est qu’une gigantesque mascarade puisque dans les faits les politiques ont complètement perdu le contrôle d’internet, et plus particulièrement des réseaux sociaux. Zuckerberg dira ce qu’il veut et fera ce qu’il veut. Personne ne peut stopper cette machine. On sait tout de nous et c’est très bien ainsi. La seule manière d’échapper à ce contrôle autorisé est de vous balader en forêt sans votre smartphone. Et là vous pouvez raconter tout ce que vous voulez car les arbres ne sont pas encore équipés de logiciels acoustiques.

Que nous souhaiter par ces temps indécis et les brusques mouvements boursiers? De tenir le cap, de prendre du bon temps et de passer de bonnes nuits. Il n’est pas intéressant de vouloir suivre chaque jour les marchés dans ces conditions. On y vit trop de stress, des coups de sang et on fait des bêtises. Les portefeuilles n’ont en aucun bas besoin d’être ajustés en l’absence de toute tendance claire. Même l’obligataire est mort en ce moment. Rappelons qu’il y a un mois on angoissait complet de l’inflation et des taux américains. Qui en parle aujourd’hui encore? On s’en fout complètement. Comme on se fout complètement encore de l’évolution des cryptos. Dingue comme les temps changent. Et vite!

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
in ut consectetur ipsum Sed diam tristique elit. ut dolor risus