Notre-Dame: mais que fument les râleurs ?

Cela fait longtemps que je ne comprends à peu près rien. Cela fait tout aussi longtemps que j’ai arrêté de vouloir absolument tout comprendre. Une église célèbre brûle et c’est regrettable, ce d’autant plus qu’elle possède une immense histoire. Pour la restaurer, des dons impressionnants ont été promis par les grosses fortunes, à hauteur du milliard d’euros. Dire merci ? Ben pas vraiment et les commentaires foisonnent dans les journaux. On regrette ! On invective au contraire ces grosses baleines gonflées de fric qui ne savent plus quoi faire pour maigrir. On les pilonne encore en les critiquant, notamment pour leur absence de conscience au vu de la misère sociale que vit la France. Et si on donnait plutôt cet argent à ceux qui en auraient vraiment besoin ?

La question mérite d’être posée mais c’est un faux débat. Ou alors comme à mon habitude je n’y comprends rien. Les pauvres, ou ceux qui s’en sortent à peine – la classe moyenne – pourraient un jour se demander pour quelles raisons ces grosses cylindrées encaissent un tas de pognon et ne savent plus qu’en faire. Je suis le premier concerné lorsque je regarde mes possessions, mes quelques montres, mon armoire à habits. Je choisis, comme tant d’autres, de payer trop cher un produit parce que je le trouve beau, ou parce qu’il porte une marque que j’aime bien. Je choisis encore « de me faire plaisir » de temps à autre, en m’achetant un bien forcément payé trop cher dont je n’ai aucune réelle nécessité. Par mes actions, je contribue directement à l’enrichissement de ces grands groupes. Je contribue non seulement à les enrichir de façon démesurée, mais je choisis aussi de m’appauvrir de façon stupide.

Le nouveau téléphone pliable Galaxy se vendra plus de CHF 2’000.- en Suisse. Je suis persuadé qu’au vu de ce qui précède, vu les râleurs qui expriment leur opinion dans la presse, qu’il ne s’en vendra aucun. Chiche ? On n’a pas besoin d’une foutaise pareille, même si dans le jean’s ça passe peut-être mieux. Les riches vous disent merci. Ils nous remercient de contribuer à leur enrichissement et de notre convoitise. Ils ont tout compris. Et nous rien du tout. En conclusion, j’en arriverais presque à dire que nous préférons avoir un porte-monnaie troué pour pouvoir mieux râler. Et si on était tous plus ou moins riches, admettons, n’aurait-on pas plutôt peur de nous emmerder grave et de n’avoir plus aucune raison de ronchonner ?

Quasimodo et ses gargouilles nous disent aussi merci, à nous les pauvres du monde entier. Car indirectement, nous favorisons cet essor de générosité. Et comme le dirait un des chroniqueurs que je lis régulièrement, merci au mécénat citoyen.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
id porta. ut libero Sed consequat. ante.