Ça fait combien 28’000 milliards au juste ?

Je suis heureux parfois de retrouver un événement notoire qui date d’avant ma naissance. Ça me fait me sentir moins vieux tout en me disant en même temps que ça n’a aucun rapport. La connerie humaine ne vieillit jamais. Elle ne souffre d’aucun virus, d’aucun médicament, ni même de thérapie venue de l’au-delà. En parcourant les journaux j’apprends que depuis 1960 le plafond de la dette américaine a déjà été relevé à 78 reprises. Pourquoi cet article ? Car les Etats-Unis sont littéralement en cessation de paiement. Ils le seront si ces messieurs du Congrès ne se décident pas d’ici à quelques semaines à relever le plafond de la dette.

Concrètement, cela veut dire que depuis plus de 60 ans, les Etats-Unis fonctionnent en payant leurs factures au moyen de l’émission de dette. Cela veut dire que depuis 1960 les politiques américains décident courageusement de vivre à crédit, tout en laissant aux suivants « l’opportunité » de régler le problème. En politique budgétaire, comme je l’ai appris à l’école, on applique généralement le mécanisme de relever le plafond de la dette quand un pays vit une crise économique. L’argent emprunté est ensuite injecté dans le système, principalement en lançant de coûteux programmes d’investissements liés aux infrastructures. La crise actuelle ? Elle se prénomme Covid (et demain matières premières). Ensuite, une fois la crise passée – donc quand le virus aura décidé de cesser de muter, si cela cesse un jour – on est censé rembourser la dette avec les bénéfices encaissés lorsque l’économie tourne à nouveau à plein régime. Sauf que là, la dette, on n’aime en principe jamais la rembourser, sauf en Suisse ou en Allemagne par exemple. Mais surtout pas aux Etats-Unis où tout a été créé pour vivre avec ce que l’on n’a pas. Si si, ça se transmet de père en fils depuis des générations ce genre d’héritage.

Alors moi je dis ça comme ça, mais ça foutrait un sacré bordel si les Etats-Unis devaient décider de se mettre en faillite. Personne n’y croit car cela semble impossible. Biden veut d’ailleurs encore emprunter davantage pour financer un gigantesque programme lié aux infrastructures. Et si tout ce bazar capotait ? Cela fait des années que j’écris que si un jour l’inflation refait surface les Etats ne pourront plus honorer le service de la dette en raison de l’augmentation des taux. L’inflation ? On y est, précisément, même si pour le moment on nous dit qu’elle va rester provisoire, comme le Covid en somme… Alors peut-être. Sauf que l’inflation provient essentiellement de la flambée des matières premières, donc la base. Et cette flambée-là, elle va gentiment se répercuter sur l’ensemble des biens de consommation si la tendance perdure.

Délire peut-être mais pas tant que ça en fait. Et si les Etats-Unis estimaient qu’il est simplement temps de faire table rase de leur dette en faisant payer le prix aux autres ? Le timing serait excellent car on parle bien d’une toute petite dette de 28’000 milliards de dollars (j’arrive même pas à me représenter combien ça fait en chiffres normaux). Effacer la dette maintenant anticiperait de devoir subir la hausse programmée des taux si l’inflation devait perdurer. Cela permettrait ensuite, une fois la dette effacée, aux States de réemprunter sur le marché à faible coût, comme si de rien n’était, et de pouvoir relancer leur économie à coût de programmes gigantesques. Qui n’a pas rêvé d’acheter des bons du Tresor d’un pays qui n’a pas de dette ? Chiche que vous prendrez. `Biden pourrait très bien choisir d’être le président dont tout le monde se souviendra pour l’éternité en prenant une décision difficile. Ou pas. Car après tout, relever le plafond de la dette une 79ème fois et refiler la patate au suivant me semble très raisonnable également, vu que ça fonctionne très bien depuis des décennies… Si Biden choisit la facilité, à savoir relever le plafond de la dette, on va lui souhaiter que l’inflation ne se matérialise jamais, que la FED n’ait pas à augmenter ses taux. Car si Powell appuie sur le champignon, le plafond de la dette, il faudra le relever très régulièrement jusqu’à plus soif. Et dans ce cas-là, on risque bien de se souvenir du nom de Biden pendant très longtemps.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!