Il fait chaud ? A la bourse aussi…

| Billet invité | L’indice PMI européen est en hausse = bonne nouvelle et c’est bien ce qu’il convient de retenir. En clair, l’Europe est entrain de toucher le fond et une stabilisation se dessine peu à peu. D’accord on sera toujours très bas du point de vue chiffres économiques, le chômage continuera d’augmenter et la croissance… la croissance… Ben là il faudra repasser car on n’y est pas encore. Même Flamby pourra gentiment dire que le bateau tangue de moins en moins. Bon, lui il ne le dira pas comme ça, car il affirme depuis des lustres que la reprise c’est maintenant. En politique, c’est mieux de s’exprimer ainsi, comme d’annoncer une croissance négative plutôt que d’utiliser le terme de contraction de l’économie. C’est plus mieux bien pour le moral de la nation paraît-il….

Quant à la bourse, elle entame une joyeuse consolidation sur des niveaux très élevés. Un jour ça monte, un jour ça baisse. Tout cela illustre le manque d’impulsion dont les marchés auraient besoin pour aller tutoyer de nouveaux sommets, ce qui ne saurait attendre bien longtemps. N’oublions pas que les Américains s’endettent à nouveau massivement et que tout cela va bientôt s’illustrer dans les résultats d’entreprises, tout en n’oubliant pas non plus que la FED inonde toujours et encore les marchés de liquidités.

Ça va passer! Les chiffres de la croissance américaine du 2ème semestre seront solides. En revanche, entrer sur les marchés financiers à ces niveaux-là, comment dire, moi je ne le ferais pas de manière globale. Peut-être un stock picking sur quelques titres en vogue du moment. Facebook, Apple et de manière sélective les banques. Credit Suisse et UBS récoltent à présent les premiers fruits de leur cure d’amaigrissement entamée depuis 5 ans. C’est le moment! Et pour ceux qui me lisent régulièrement… allez je ne vous bassine plus avec le cours de l’or que les experts voient s’effondrer. Début juillet, l’once était à USD 1’200.00. On vient de passer les USD 1’300.00…

D’un autre côté il serait prétentieux d’affirmer que nous vivons dans un monde qui va mieux, qui se reprend, avec des économies qui redeviennent saines et que le soleil brillera à nouveau tout bientôt de mille feux. Tout cela c’est le futur très proche. Très proche et en même temps très éphémère. Car ce soleil qui brillera peut-être un peu trop risque bien de nous aveugler et de nous faire oublier le principal. Le principal? C’est la crise de la dette. Cette crise qui ne fait plus partie du quotidien. Pour le moment du moins. Mais la vérité est là. Elle reste collée à nos baskets comme un chewing-gum pourri qui ne se décolle plus. On s’endette de plus en plus… Et ça c’est pas bon. Un semblant de panique sur le marché des taux et ce sera l’hécatombe à vitesse grand V. Et là je suis gentil. Car je ne parle même pas de début de remboursement… Je prends les paris. Quel sera le premier pays occidental prépondérant qui osera faire défaut sur sa dette? La zone Euro dans son ensemble? Les Etats-Unis?

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!