Bing encore raté

Les deux nouvelles de la nuit à retenir sont. De un, le mètre cube débile a de nouveau allumé une fusée qui est passée par-dessus le Japon. Et de deux, la bourse s’en fout complètement puisque la bourse japonaise est montée de 0.5%. En fait ça me fait un peu penser à un jeu sado maso. Plus tu souffres ou risques de souffrir davantage, plus tu dis « oh ouiiiiii ». L’histoire ne dit pas si le missile était enrobé de crème fouettée. Reste que les Japonais vont bientôt s’habituer je ne me fais aucun souci pour eux. Le bruit des sirènes qui hurlent soudainement leur fera l’effet d’une distraction qu’ils n’entendront même plus. L’or bouge à peine à la hausse. C’est tout dire. Bientôt et à force d’en tirer, on retrouvera la chronique « tirs de missiles » à la dernière page des journaux. Pour ceux qui en lisent encore.

Je suis content de lire que Credit Suisse vient de plomber ses comptes du T3 en ajoutant un petit litige réglé aux States de 80 millions d’USD. On s’en fout complètement. En même temps, ça leur donne une opportunité supplémentaire d’augmenter encore davantage les frais sur leurs comptes. On finit toujours par faire payer les pauvres. Et ensuite, on va dire aux employés que si ça continue, ils devront se payer eux-mêmes leur salaire en vantant l’honneur de pouvoir bosser dans une banque qui fait la une des journaux depuis 10 ans. Dramatique.

Les constructeurs allemands continuent de dire qu’ils vont bouffer le marché de l’électrique. Certains voient dans ces propos la mort prochaine de Tesla. Alors où je suis un peu con, ou pas, mais je constate que le cours de VW fait du surplace. Tesla? C’est + 10% ces 30 derniers jours. Ils construisent des autoroutes sur Mars ou j’ai raté quelque chose??? Tiens, en ce qui concerne les Mars, pas sûr qu’il faille s’attendre à en trouver encore en Corée ces prochains temps. Leur menu futur sera riz, riz, et riz. Ça va devenir compliqué chez eux.

Autre sujet croustillant en Suisse. La suroffre des logements qui génère à présent un important vacant dans toute la Suisse, sauf dans les deux grandes villes habituelles. La presse a décidé de massacrer l’immobilier. Pas un jour ne se passe sans qu’il n’y ait un article qui vous dit que bientôt, on viendra vous chercher à la maison pour vous proposer de déménager. C’est toujours pareil avec la presse. Lorsqu’ils parlent d’un sujet, c’est que c’est trop tard et qu’il n’y a plus rien à voir. La presse, c’est comme un charognard. Elle arrive toujours pour relater les restes d’un cadavre décomposé qui empeste. Alors qu’il aurait été beaucoup plus intéressant de relater tout le temps qu’il aura fallu à la lionne pour la suivre dans sa manœuvre de chasse. Il y a ceux qui voient et ceux qui sont aveugles. Et dire qu’on choisit de payer pour lire une presse qui ne voit rien.

La suite pour l’immobilier en Suisse? C’est la grande lessive. Et là je ne parle pas de logements vacants ni des locataires qui ont devant eux au moins 10 belles années! Il y aura beaucoup de promoteurs qui vont tirer la langue, d’investisseurs qui vont devoir passer des pertes énormes dans leurs comptes. Les fonds immobiliers et autres promoteurs verreux ont acheté beaucoup trop d’objets beaucoup trop chers. Ça va faire bobo. Donc la valeur des biens va diminuer. Et comme les banques ont beaucoup financé, elles vont devoir revoir leurs estimations. Croyez-moi: les banquiers sont déjà en train de revoir leur modèle de calcul. Ils sont déjà en train de se dire qu’ils vont peut-être devoir demander à leurs clients des appels de marge. Si les loyers baissent, la valeur des biens baisse. Donc l’éternel dilemme pour le propriétaire. S’il ne baisse pas le prix de ses loyers, son immeuble se vide. Et donc plus de cash à encaisser. Mais s’il baisse ses loyers, c’est à son banquier qu’il devra rendre des comptes. Donc le choix entre la peste et le choléra. En 1990 c’était pas pareil, car les taux étaient au ciel. Le pire qui puisse arriver, c’est que la BNS augmente ses taux. Pour le moment ce n’est pas le cas. C’est pour cela que le marché tient et qu’on n’en parle pas encore… dans les journaux. Reste que pour les promoteurs et tous les vautours qui ont acheté à tour de bras n’importe quoi à n’importe quel prix, ben c’est friture pourrie sur la ligne. Les banques ne vont pas attendre la BNS pour ajuster le prix du risque. Ça fait longtemps que j’écris cela, peut-être deux ans déjà. Vous lirez tout cela dans presse en 2019. Et là ils vous raconteront avec des pages pleines des histoires de sociétés emportées par le tsunami, avec des chantiers abandonnés, des conséquences horribles sur la famille des patrons… Le Matin dimanche adorera cela.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
544a8ba7463ca1af6d8717052a71b920eeeeeeeeeeee