Tous les articles taggués Suisse

EUR/$…. ça fait bobo

Le plan s’intitule selon les dires d’économistes reconnus et en termes savants: « la nouvelle théorie économique ». J’adore cette rhétorique pompeuse et je me poile en lisant cela. En termes plus cool, « la nouvelle théorie économique » s’intitule plutôt en français basique la « théorie du largage de pèze par hélicoptère à la population ». L’idée fait son chemin même si le directoire de la BCE réfute pour le moment complètement cette idée. Et si les grands savants de la BCE réfutent l’idée, cela n’a rien à voir avec le principe même. Cela indique simplement qu’ils ne sont pas du tout d’accord entre eux et que certains politiques agissent en coulisse pour leur dire « arrêtez de vous foutre de notre gueule, votre idée à la con risque de nous enlever de l’électorat si on vous soutient ». Voilà qui est dit. Donc les sacs à billets remplis à rabord livrés avec le lait du matin, vous pouvez oublier pour le moment… Enfin peut-être…

Peut-être parce que rien ne se passe comme prévu. Je scrute encore et toujours la paire atlantique EUR/$ et suite au discours de Yellen, ça ne va pas mieux. L’euro se renforce face au dollar. On est à 1.1358 ce matin. Pas bon du tout pour les exportations européennes… même pas bon du tout. Les Américains craignent comme la peste le ralentissement économique et notre Mère à tous pense qu’il faut continuer à se montrer prudent. C’est juste ce qu’elle dit. Son regard se tourne naturellement vers la Chine (mais elle ne le dit pas publiquement) lorsqu’elle exprime ses craintes. Personne ne sait ce qu’il se passe là-bas. Les chiffres sont bidouillés et ceux qui pourraient être communiqués ne le sont pas. Donc Yellen continue de naviguer à vue, de semaine en semaine. Lire la suite →

En mode cabane à sucre à rebours

Je déteste les chiffres en général, en tout cas ceux publiés par les Gouvernements. Car premièrement ils sont souvent faux, et ensuite je sais qu’ils sont bidouillés. En revanche je lis avec attention les chiffres de la consommation de notre belle petite Europe qui sont simplement tout pourris: – 0.2% pour février. Ça veut dire quoi? Que Draghi est au bout du bout avec sa joyeuse clique de la BCE et que rien ne va plus. Je reste plus ou moins convaincu que l’augmentation du prix de l’énergie, donc pétrole aussi, favorisera l’Europe à ne pas retomber en récession. Les effets devraient se faire sentir d’ici à quelques mois.

Je surveille également le cours EUR/USD depuis le discours du Maestro (donc pas la carte maestro qui vous permet de vous abreuver au tire-billets). Pas bon du tout. L’Euro monte face au dollar donc rien de bien reluisant pour les exportateurs européens qui souffrent encore plus alors qu’en temps normal, lorsqu’on ne regarde pas le monde à rebours depuis une cabane à sucre canadienne, le cours de l’Euro devrait baisser suite aux derniers ajustements opérés par la BCE. Alors une question à deux balles: c’est quoi la suite? On descend les taux à – 5% d’un coup à la BCE? C’est Weidman qui sera content, et Schäuble aussi. Il est toujours bon de rappeler comment sont éduqués les peuples du nord de continent, y compris la Suisse. On nous a appris à épargner. Donc pour les épargnants, c’est simplement une catastrophe de constater que leur argent, économisé durement, fond comme neige au soleil et ne rapporte plus ce qui était prévu. Lire la suite →

On s’asseye sur la tête et on contemple tout à rebours

Yellen, notre mère à tous, a parlé hier soir. Elle a dit tout juste je suis content. Les taux ne montent pas, mais monteront quand même légèrement cette année. Enfin peut-être. Vouloir prédire cela revient à vouloir affirmer avec certitude qu’il ne neigera plus d’ici à fin juin à La Chaux-de-Fonds. C’est simplement impossible. Car rien ne se passe comme prévu cette année. Les marchés ont corrigé puis se sont bien repris. Ce qui n’était pas prévu, c’est l’ascension progressive de l’or noir puisque le baril devait aller à $1.00 au moins, et pas forcément à $40.00 comme il en prend le chemin. Alors si vous me lisez régulièrement, vous savez où je suis investi. Les commodities, l’or et surtout pas les actions qui sont trop chères. Il n’est pas trop tard pour prendre le train, mais il faut y aller! Car lorsque les journaux cesseront de prédire un baril à $0.01 et qu’ils parleront d’un prix de baril qui pourrait encore monter, c’est que le baril aura peut-être déjà atteint $100.00. C’est toujours comme ça, avec les analystes, les experts, les journaux. Ils vous disent ce qui s’est passé hier et il leur faut des plombes pour reconnaître un changement de tendance. Et comme je dispose d’un esprit parfaitement contrariant, quand on me dit que là c’est sûr il faut acheter, je fais en général exactement le contraire. Donc le pétrole, c’est un achat, de même que les minières.

Ensuite nous avons les actions (je le reconnais, je n’arrive pas à changer de sujet car parler d’autre chose que de bourse est je crois encore plus enquiquinant) qui sont engluées au plafond. Attention à des niveaux pareils. Rien ne justifie ces valorisations tout bonnement débiles. L’Everest c’est haut. Mais quand un illuminé vous dit qu’il a découvert une autre montagne sur Googlemaps qui est plus élevée encore, il faut se méfier. Alors on a beau nous prédire depuis des semaines une rechute des marchés (donc si on nous la prédit c’est qu’elle ne se passera pas comme prévu), pour le moment on reste croché à l’avion solaire de Piccard et on prie que le soleil brille jour et nuit pour ne pas devoir atterrir en urgence sur l’aérodrome de Courtelary. En bref, la correction elle viendra, mais comme d’habitude, personne ne la verra venir.

Dans des moments pareils, moi je vous suggère de vous installer tranquillement pour quelque temps dans une cabane au Canada et de la transformer en cabane à sucre. Ensuite, pour bien irriguer vos neurones qui ne comprennent plus rien à ce monde fantaisiste de la finance, vous vous installez sur la tête et vous contemplez la nature à rebours. C’est un peu cela qui se passe en bourse. Tout est faussé et aucun manuel en « économie retournée » n’a été publié à ce jour. Pour s’en sortir, il s’agit juste de penser « non conventionnel » et de continuer à vous dire que, dans votre cabane à sucre, il faudra bientôt aussi imaginer une façon de récolter la sève des érables à rebours!

 

Tout sera gratuit réjouissez-vous!

L’été touche à sa fin en Suisse. C’est magnifique. Le temps est d’ailleurs tellement prévisible à présent que l’on récolte les fruits en toutes saisons. Dans mon jardin, les oranges sont juteuses. Les abricots poussent même en hiver et les pruneaux se dégustent toute l’année. Tout cela est le fruit du dérèglement climatico-économique qui assure désormais à la Terre entière prospérité en tout temps. D’ailleurs, la rivière qui coule dans mon village, grâce au savoir-faire de Nestlé, s’est peu à peu transformée en « rivière à chocolat ». Il n’y a qu’à tremper ses lèvres dedans pour y goûter les dernières créations Cailler pour Pâques.

Nous vivons dans un monde absolument magnifique, un monde parfait où tout est absolument réglé telle une horloge suisse, non connectée je précise. Car vouloir vivre connecté aujourd’hui est devenu ringard. A quoi bon vouloir être informé en temps et en heure alors qu’il ne se passe absolument rien sur cette planète? Ce matin je ne peux rien faire d’autre que me tordre de rire lorsque je lis un article du « Temps » qui indique que (et merci de rester assis et de ne pas vous balader dans votre appartement avec votre tasse trop chaude pleine d’Ovo sous peine de tout renverser d’un coup) les économistes discutent de plus en plus la possibilité d’offrir à la population mondiale des sacs remplis de billets tout chauds pour mieux les dépenser. Mais nooooon c’est sérieux tout ça?

Je ne peux rien faire d’autre que m’étouffer dans ma marre à café ce matin. D’abord car c’est une idée qu’un clown comme moi (et tant d’autres) a déjà émise il y a plusieurs années sur ce blog (mais bon je le reconnais moi je n’ai pas fait de hautes études appliquées en économie spatiale durant 17 ans et je n’ai aucun titre qui me permette d’être un jour reconnu), et ensuite car je constate que la presse n’a plus rien à écrire non plus! Rendez-vous compte que la majorité des économistes préconise à présent ouvertement d’imprimer de l’argent et de le distribuer non plus aux banques qui de toute façon ne peuvent plus prêter (j’y reviens juste après), mais de le distribuer à la populace. Même Draghi trouve l’idée « intéressante » j’en suis émerveillé, amen. Ainsi pourrons-nous bientôt, avec un peu d’amidon, fabriquer avec tous ces billets qu’on nous distribuera de belles bouées qui nous permettront cette fois-ci de surfer sur notre belle rivière pleine de chocolat et de nous gaver puisque tout sera parfaitement gratuit. Lire la suite →

En mode « panique psychothérapeutique »…

Les marchés actuels, c’est un peu comme le singe que vous enfermez affamé dans une cage en verre et que vous lui mettez un régime de banane de l’autre côté du verre… Il deviendra fou en 38 secondes. Ensuite, vous lui bougez le régime de banane et le mettez juste en-dessus de sa cage en verre. Las pour lui, il n’a aucune prise pour l’attraper non plus. Donc il devient encore plus fou. Les marchés, à l’heure actuelle, ont absolument tout du singe débile. Sauf que les marchés, ils ne font pas de grimaces et ne piaillent pas.

Tout n’est que foutaise actuellement et plus rien n’est corrélé. Les marchés se disloquent et n’agissent plus de concert. Il y a des singes qui paniquent et d’autres pas. Il y a des singes qui font monter les marchés en Europe pendant que d’autres les font baisser en Asie ou aux States. Surement encore un problème de bananes qui ne se pèlent pas de la même manière ou qui nourrissent différemment le consommateur. En fait je ne sais pas. Sortir une logique de ce que nous vivons actuellement reviendrait à vouloir analyser le comportement d’un primate à qui on obligerait de suivre une psychothérapie. Autant dire pas grand-chose au final.

Les faits sont là. Tout est déréglé et les messages contradictoires sont légion. La même nouvelle est interprétée d’une manière et deux heures plus tard interprétée de son contraire. On devient fou! Comme un singe hilare qui, 30 secondes plus tard se met à hurler sans raison particulière. Lire la suite →