Qui donne des leçons ?

| Billet invité | De qui se moque-t-on ? L’Occident adore préconiser son mode de fonctionnement au reste du monde. En sera-t-il ainsi encore en 2012 ? Il parle de démocratie, vante les mérites de l’économie de marché. Mais qu’en est-il ? La plupart de nos États sont en faillite et nos banques ressemblent à des corbillards montés sur des chars à trois roues. Nos banques centrales manipulent les taux, inondent les marchés de liquidités et continuent à se prendre pour le grand Sauveur. Mais qui sommes-nous pour donner la leçon au reste du monde ?

La réalité, c’est que l’Occident est à bout. Les banques ne savent plus ce qu’elles doivent et à qui. Les CDS sont émis en masse par ces mêmes instituts. Lesquels seront honorés et en faveur de qui ? Personne ne peut le dire. Les banques avancent un sac sur la tête. Elles sont incapables d’établir des prévisions au-delà du jour même. Elles ne savent plus.
Quant aux États, ils espèrent que ces mêmes banques reprendront dans leurs coffres les nouvelles émissions de dette, grâce au robinet sans fin de la BCE notamment. Eux non plus ne savent où ils vont. Leurs finances sont inscrites en rouge vif et le refinancement de leurs dettes devient chaque jour plus angoissant. Lire la suite →

Jorion : « Un grand vent d’espoir se lève sur le monde »

C’est un Paul Jorion particulièrement en forme qui nous livre sa chronique vidéo hebdomadaire « Le Temps qu’il fait » de ce vendredi. Il nous donne un peu d’espoir pour 2012 et revient sur le discours d’investiture de Franklin Delano Roosevelt du 4 mars 1933 qui nous dit notamment:

Essentiellement, tout cela vient du fait que les responsables des échanges des biens de l’humanité ont échoué, de par leur propre entêtement et leur propre incompétence, ont admis leur échec et ont abdiqué. Les pratiques des usuriers sans scrupules se trouvent dénoncées devant le tribunal de l’opinion publique, rejetées aussi bien par les coeurs que par les âmes des hommes.
A la vérité, ils ont essayé. Mais leurs efforts portaient l’empreinte d’une tradition périmée. Confrontés à l’effondrement du crédit, ils n’ont proposé que le prêt de plus d’argent. Dépouillés de l’appât du profit par lequel ils induisaient notre peuple à suivre leur fausse direction, ils en vinrent aux exhortations, plaidant la larme à l’œil pour le retour de la confiance. Ils ne connaissent que les règles d’une génération d’égoïstes. Ils n’ont aucune vision, et sans vision le peuple meurt.

Objectif de rendement : 0% ??

| Billet invité | Le banquier est peut-être à plaindre pour une fois. Tant décrié depuis 2008, haï, persécuté même, le voilà en passe de devenir non plus le martyre de la société, mais le bouffon de tout un système.

Après s’en être mis plein les poches, après avoir parié sur la chute de son propre système, après s’être moqué de ses propres clients, le voilà qui montre son vrai visage. Terminée l’arrogance et la lâcheté. Bienvenue à l’impuissance, à la modestie et même à la frigidité.

Oui je suis en passe d’accorder au banquier d’aujourd’hui beaucoup d’empathie. Le banquier d’hier faisait confiance à la stratégie de son employeur et de ses penseurs. Les produits étaient complètement standardisés, les modèles épurés. Le conseiller en placements était une marionnette parfaitement obéissante et conciliante, appliquant sans broncher, sans réfléchir aussi, les modèles de placements. Lire la suite →

« Etre gouverné par l’argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé »

Dans une tribune libre parue dans le Monde du 2 janvier, Michel Rocard et l’économiste Pierre Larrouturou posent une question toute simple: « Pourquoi faut-il que les Etats payent 600 fois plus que les banques ? ». Les deux compères constatent constate que les banques centrales sont prêtes à venir au secours d’un système financier à la dérive en accordant aux établissements privés des centaines de milliards d’euros à des taux d’intérêt dérisoires. Selon Bloomberg, la Banque centrale américaine aurait même offert (pour 0,01 % d’intérêt) la somme astronomique de 1 200 milliards d’euros de financement aux établissements américains…

Au même moment, dans de nombreux pays, les peuples souffrent des plans d’austérité imposés par des gouvernements auxquels les marchés financiers n’acceptent plus de prêter quelques milliards à des taux d’intérêt inférieurs à 6, 7 ou 9 % ! Asphyxiés par de tels taux d’intérêt, les gouvernements sont « obligés » de bloquer les retraites, les allocations familiales ou les salaires des fonctionnaires et de couper dans les investissements, ce qui accroît le chômage et va nous faire plonger bientôt dans une récession très grave.

Comme le disait Roosevelt : « Etre gouverné par l’argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé ». Et il avait raison! Lire la suite →

Les nouveaux chiens de garde


Les Nouveaux Chiens de garde
, film de Yannick Kergoat, Gilles Balbastre

A voir prochainement sur vos écrans, ce film traite des relations étroites et libidineuses entre la presse, le pouvoir politique et l’économie. Critique radicale et intransigeante de la médiacratie, «Les Nouveaux Chiens de garde» transpose les travaux de Paul Nizan et Serge Halimi dans la période actuelle. On y voit même apparaître un certain Frédéric Lordon…

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur. Lire la suite →

 
Curabitur tempus commodo sed Nullam id, pulvinar at Donec ultricies