Tous les articles taggués faillite des banques

Le championnat-folie de la dévaluation compétitive reprend ses droits

Le foot revient à la une des médias car les championnats européens reprennent gentiment leurs droits. Les championnats anglais et allemands tiendront le haut du pavé comme d’habitude. Tout comme le championnat suisse d’ailleurs… je rigole. Mieux vaut saisir son macramé plutôt que d’assister à notre championnat pousse-ballon où les candidats au titre seront nombreux cette année. Alors il y aura Bâle. Et après Bâle il y aura Bâle. Donc comme ils gagnent tout le temps moi je pense qu’on devrait les intégrer dans une nouvelle ligue où ils pourraient jouer tout seul contre eux-mêmes…

Mais il est un autre championnat qui se joue sur le plan mondial actuellement. Et contrairement aux championnats de foot, ce dernier sort du lot car il ne se termine JAMAIS!! Jamais de champion, jamais de coupe, jamais de fête avec les supporters. Ce championnat? C’est la dévaluation des monnaies. Et là c’est chacun mon tour qui se met à jongler avec un ballon. Ce matin, c’est la Chine qui dévalue sa monnaie. Et pan dans les gencives. Coup franc en pleine lucarne. Le gardien n’en revient pas, comme les bourses qui dévissent. Avec des titres comme VW ou Swatch qui se ramassent une cacahouète en pleine figure. Lire la suite →

One word: sell off!

Alors moi je ne sais pas en fait. Donc je ne devrais rien écrire. Mais heureusement qu’il y en a sur cette terre qui savent. Et ceux-là vendent à tout va visiblement. Un mot sur toutes les lèvres: bear market. Ces jours-ci personne ne fait la fine bouche. La peur s’est emparée des marchés et tout y passe. Tout? Non. Il y a l’or qui se tient bien et… le dollar! Cette monnaie de singe tant décriée qui soudainement, lorsque tout va mal, semble rassurer quelque peu les investisseurs. Et pourtant, tout cela n’est que feu de paille. J’ai suffisamment écrit de billets sur le billet vert pour y revenir. Rappelons juste que le dollar ne fait que s’effriter. Myret Zaki relève très justement dans le magasine Bilan que le dollar a déjà perdu 98% de sa valeur depuis 1913.

La fin du dollar? Pas comme ça. Pas de cette manière. Pour le moment, il fait encore office de perchoir sur lequel on se repose entre deux courses. Les Américains, que l’on croyait morts il y a peu encore, renaissent de leurs cendres et profitent de l’occasion pour malmener le monde. Tout y passe. Et surtout la finance. Les vautours du Congrès tentent par tous les moyens de contrôler toute transaction financière de ce monde et n’oublient pas de piller les banques étrangères. Pire. Au moyen de leurs lois, ils s’octroient pas à pas le droit de regard et de contrôle sur toute banque ayant pu abriter des fonds appartenant à leurs fellow citizens. Quand on a plus d’argent, autant aller le chercher ailleurs n’est-ce pas? C’est tellement plus simple. Lire la suite →

Taux zéro… et poudre aux yeux

C’est dingue quand même. Mon esprit réfractaire m’indique que l’on nous raconte toujours et encore des salades. On lance un QE européen? Très bien. Et ensuite? Les banques ne prêteraient pas assez. Mais nooooon vraiment? Forcément si on ne leur demande rien. Ou alors si elles jugent que la demande de crédit qu’on leur soumet ne peut être accordée, peut-on vraiment leur reprocher d’être critiques lorsqu’elles l’analysent? Nous avons la mémoire courte. Rappelez-vous en 2009, la Terre entière fustigeait la folie des banques. Comment avaient-elles pu faire n’importe quoi en acceptant de prêter de l’argent trop cher à des Américains trop pauvres qui ne pourraient jamais rembourser? Décidément, et croyez bien que je ne suis pas un grand défenseur des banques, mais là c’est trop. Elles prêtaient trop hier et on leur tapait sur le crâne. Elles ne prêtent pas assez aujourd’hui et on leur dit de faire à nouveau n’importe quoi (et derrière cela le seul but non avouable officiellement: déverser à tout prix les tonnes de cash dans l’économie…). De toute façon, les banques, elles n’ont pas besoin de prendre des risques supplémentaires. Leurs placards sont déjà remplis d’obligations d’Etats en faillite qu’elles ont été obligées de souscrire…

Tout ce qui a été mis en place depuis 2009 pour soi-disant relever l’économie n’a servi à rien. Les faits? La croissance, elle n’existe pas. L’inflation, elle n’existe pas. Le chômage, il ne descend pas et pire, il augmente si on arrêtait de truquer les statistiques. Et maintenant on nous sert que la FED remonterait peut-être éventuellement une fois ses taux. Ah oui? Pour contrecarrer l’inflation qui n’existe pas? Pour renchérir le coût du crédit alors que toute hausse plomberait la consommation de facto? Lire la suite →

Plus c’est chiant, plus ça monte!

C’est décidé. Ceci est ma dernière chronique avant quelques semaines. A force de répéter les mêmes choses, tout devient chiant. Et pour moi, et pour vous. Les marchés continuent d’être anesthésiés par les planches à billets. Toute nouvelle économique demeure complètement anecdotique. Si les nouvelles économiques sont bonnes, le marché monte. Si ces dernières sont mauvaises, le marché monte également car cela indique que les banques centrales poursuivront leurs efforts.

Les taux à présent. Ne lisez pas ce que la propagande avance. Les taux resteront bas et pour des plombes. Rien à craindre de ce côté-là. De un, il faudrait que l’inflation atteigne de hauts niveaux, ce qui n’est pas le cas. De deux, il faudrait que le plein emploi revienne, ce qui est pour demain – je ne sais juste pas en quelle année – en Europe et aux States. De trois, je ne sais pas si sera possible un jour. Le poids des dettes étatiques deviendrait simplement insupportable pour tout un tas de petits royaumes qui se la pètent depuis 2008.

L’or? En stand-by. C’est plus facile d’acheter des actions. Tout monte. Son tour reviendra, comme toujours. Dès les premiers signes palpables de panique, l’or retrouvera son rôle de valeur refuge, dès que les peuples se rendront compte que la monnaie papier ne vaut rien. Diluée, porteuse de promesses s’apparentant à une chimère. Mais le jour où tout se papier, imprimé en quantité infinie, se mettra à transiter vers l’or, un métal dont la quantité n’est pas infinie, ça risque de donner quelque chose d’assez drôle. Nous le vivrons. Demain. Je ne sais juste pas dans combien d’années… Lire la suite →

A qui le tour?

| Billet invité | Tout est dit. Chypre est tombée. Un cadavre de plus dans une zone Euro qui n’en peut plus et qui colmate tant et plus. Mais surtout, qui réalise des expériences hasardeuses. Au final, tout le monde sait que le peuple finit toujours par payer. Qu’il s’agisse d’impôts ou de prélèvements sur l’épargne, le petit peuple finit immanquablement par passer à la caisse!

Les dirigeants européens ont testé sur Chypre ce qu’ils feront bientôt à d’autres. Bien que tout le monde ait peur, rassurez-vous pourtant. La confiance renaîtra bien vite. Car même s’ils sont complètement fous, nos bouffons préférés ne prendront pas le risque que tout s’effondre maintenant. Cela ne correspond tout simplement pas à leur agenda électoral…

D’autre part, je rappelle encore une fois que les majors ne se sont toujours pas refaites! Les titres financiers doivent monter, même si tout le monde sait que les banques ne valent rien. La peur chypriote évacuée, les joueurs reprendront leur envol. La presse dans son ensemble cancanera de plus belle que c’est le moment idéal pour investir! La correction tant attendue, ou plutôt la petite pause que les marchés se seront offerts, devra être absolument mise à profit pour enfin entrer dans les marchés.

Dans mes billets, je reviens souvent sur un terme qui reflète bien ce qui se passe: le côté irrationnel des choses. Tout ce qui se trame actuellement ne répond à aucune logique. On croirait assister à une série télé loufoque de série Z. En fait, la préoccupation des dirigeants s’énumère assez facilement comme suit, par ordre d’importance: Lire la suite →

 
venenatis, ut ut non ante. in libero. libero ipsum venenatis sit