Tous les articles taggués bulle financière

En mode poisson frit

Beurk c’est tout pourri. Pas le temps donc, mais la bourse. Ça n’en finit pas de corriger. Les chiffres de la croissance européenne atteignent des sommets, c’est réjouissant. Mais pas dans le bon sens. 2016 sera une année à oublier, comme 2017, et comme les suivantes d’ailleurs. Les débats sur la fameuse « croissance » me passionnent d’ailleurs. Je suis estomaqué que l’on parle encore de cela. Car ce débat est clos depuis longtemps. Nos instances dirigeantes semblent pourtant vouloir beaucoup discuter, trouver des solutions, dénicher des compromis, prendre des mesures adéquates. Tous ces braves gens sont de bonne volonté. Le seul problème, c’est qu’ils abordent le mauvais problème. Un peu comme si vous aviez l’idée d’absolument vouloir faire pousser des carottes dans votre jardin en plein hiver à Zermatt. Rien ne sert de développer des engrais, des systèmes de chauffage au sol ou alors tenter d’inventer des graines magiques qui vous pondent une carotte en 30 minutes. C’est inutile.

Nous en sommes simplement là. Nous nous évertuons à vouloir considérer que la croissance repartira et que grâce à la planche à billets, au crédit gratuit, tout repartira bien un jour. Mais c’est impossible. Quel est le politique qui aura le courage d’annoncer un jour à la télé que tout cela est terminé? Quel est le politique qui osera dire qu’en raison des dettes abyssales, plus aucun Etat ne peut entreprendre de grands travaux? En plus regardez autour de vous. Les voitures sont construites par des robots. Nous remplaçons toujours plus les postes de travail par des machines et parallèlement, la redistribution des richesses ne se fait plus. En fait, c’est un peu comme si vous tentiez coûte que coûte d’allumer des feux d’artifice en étant immergé dans votre piscine. C’est simplement impossible.

Donc passons. Il n’y a rien d’autre à dire que cela. Les véritables remèdes se trouvent ailleurs. Et pour les trouver, il faudrait tout d’abord être décidé à vouloir bien accepter que nous parlons du mauvais sujet, et que par ricochet toutes les mesures introduites restent débiles. La première mesure à prendre? C’est rayer du vocabulaire économique le mot « croissance ». Ce mot ne veut rien dire à long terme. Nous ne pouvons que décroître car nous vivons bien en-dessus de nos moyens. Nous pillons la planète et nous achetons tout à crédit. Donc nous achetons la décroissance, qui se traduit depuis plusieurs années déjà par la stagnation que nous vivons. Alors quand je lis qu’on fait tout pour croître à nouveau alors que c’est l’inverse qui nous attend… A croire qu’on nous prend vraiment pour des poissons frits, bouche béante devant Dieu le père.

La « croissance » chinoise est également toute pourrie. Ça fait 14 mois que ça dure. Mais promis, c’est le mois prochain que ça changera. Et aux USA, la Maison Blanche pourrait bien se transformer en home médicalisé. Qu’il s’agisse de Donald-le-débile, du jeune Sanders ou d’Hillary dans ses magnifiques costumes bleus-abysse, il s’agira d’ouvrir une unité permanente de soins médicaux. Bon ok pour Donald il faudra aussi un psy peut-être… Et aussi une camisole de force afin qu’il n’ait pas la géniale idée d’appuyer sur un joystick pour envoyer un pétard en Corée juste pour voir ce que ça fait.

 

Dérapage contrôlé

Je me fais silencieux ces temps car en fait, il n’y a rien à dire sur ces marchés schizophréniques. Il n’existe aucune règle et personne ne sait de quoi demain sera fait. On continue d’avancer à tâtons, à l’aveugle, avec des prédictions qui s’appliquent à la journée de trading en cours. Plus on ne peut pas dire. Draghi devrait intervenir aujourd’hui et, comme d’habitude, il ne se passera rien. Peut-être ses dires influenceront les marchés dans un sens ou dans l’autre. Mais de toute façon ce sera un effet à très court terme. Que voulez-vous qu’il dise après tout? La Chine est en train de se rétamer les gencives dans un sac de riz. L’Europe ne sait pas où elle va et continuera à se fourvoyer dans la médiocrité. Quant à l’Amérique, on ne se passionne plus que pour une chose. C’est le jeune prometteur Donald qui sera président ou quoi???

Du côté des marchés il ne se passe absolument rien. On reste scotché beaucoup trop haut la tête en bas. Pour le moment le piton nous tient en lévitation au-dessus du vide et c’est tout. Tant que ça tient, rien ne bougera. Et comme le pétrole est toujours bon marché, le ravitaillement en nourriture est toujours assuré par hélicoptère. Donc on reste suspendu à la corde et on regarde ce petit manège qui ne tourne plus. On change parfois le tenancier pour tenter de relancer la machine mais rien n’y fait. Le manège ne tourne plus.

On dit souvent qu’une phase boursière haussière reste le précurseur d’une reprise économique significative. Or cette fois-ci il n’en est rien. Les économies font du surplace et la croissance n’existe plus que dans les livres, pas dans le réel. Aucune idée où tout cela nous mènera. Nous sommes englués dans un marais. Nous ne coulons pas mais nous n’en sortons pas non plus. Lire la suite →

On flingue les banquiers?

Il existe une bonne vieille recette valable depuis la nuit des temps. Car si vous écoutez votre banquier, il vous dira qu’il faut ABSOLUMENT diversifier votre portefeuille afin de répartir les risques. Alors je fais simple. Si vous achetez des obligations, vous payez votre rendement. Si vous achetez des actions, les cours sont si élevés par rapport aux prévisions de rendement qu’ils vous garantissent de ne rien gagner pendant 10 ans. Vous aimez les commodities? Alors vous attendrez encore très longtemps avant de récupérer vos pertes.

La bourse ne va pas bien. Et il n’est aucun nuage clair à l’horizon. Nous ne savons pas où nous allons et dans ces périodes complètement incertaines, il ne reste qu’une solution. Gardez votre cash et soyez patients! A moins que vos nerfs vous permettent de risquer vos économies dans une partie funeste de « marche ou crève »… Donc n’écoutez pas vos banquiers. Surtout pas. Car si vous les écoutez et que vous effectuez des placements diversifiés, c’est à eux que vous rendez service. Ils adorent encaisser du courtage sur tout et rien.

Et ensuite il y a ceux qui se moquent de ceux qui achètent de l’or physique. Alors en pareille période je ne peux que recommander d’en posséder. Car un jour, avec l’augmentation incontrôlée de la dette et la création in extenso de monnaie, tout le système financier ne vaudra plus rien. Alors bien sûr personne n’ira un jour payer son lait et son litre d’essence au moyen de lingots. Car pour le commerçant, cela voudrait dire qu’il devrait commencer par remplacer son terminal de cartes de crédits par un fer destiné à pouvoir fondre la quantité d’or qu’il convient et par une balance. Non nous n’en arriverons pas là. Mais viendra le jour où la monnaie, qui se dilue toujours davantage, ne vaudra peut-être plus rien. Et là vous serez peut-être content de posséder votre kilo d’or car il vaudra peut-être très cher…ou alors juste pour obtenir de la monnaie tout simplement. Lire la suite →

Youpiiiii ça s’coue déjà!

2015 appartient à l’Histoire et c’est une bonne chose. On ne retiendra rien du tout de cette année car elle aura été aussi intéressante qu’une course de crapauds-buffles chère aux australiens. En revanche, 2016, eh bien ça part sur les chapeaux de roue et je ne peux m’empêcher de glousser. Car dans mes derniers billets, j’écrivais justement que 2016 ne serait pas avare en coups de grisou. Alors le moins que je puisse écrire, c’est que je n’aurais pas dû attendre longtemps avant de voir mes prévisions récompensées. Nous sommes le 5 janvier et c’est déjà le bordel.

En cause une bonne pétée made in China. Les bourses ont juste dévissé comme pas permis. Et comme c’est assez simple là-bas avec les lois, car quand ça ne va pas et qu’on juge que les marchés se sont assez rétamés, alors on décide simplement de tirer la prise des ordinateurs et on arrête la casse. Le seul truc, c’est qu’on ne sait rien de plus. En Chine, inutile de rappeler que les informations qui nous sont transmises sont aussi fiables que le comptage approximatif des escargots qui traverseront votre potager entre le 19 et le 27 juin 2016…

Donc l’Europe s’est rétamée. N.Y aussi dans la foulée. Et devant nous quelques belles journées, ou quelques semaines, ou quelques mois, où il faudra bien s’accrocher. La volatilité sera très importante et cela se vérifie déjà avec un pic de trouillomètre qui volera de record en record tout au long de l’année. 2016 me donnera l’occasion d’écrire plus souvent. C’est le souhait qui m’anime en ce début d’année. Et j’espère vivement que je pourrai commenter ENFIN quelque chose. Comme par exemple le rendement des obligations de la Confédération qui se met gentiment à sortir des catacombes. Et là pour être vrai je n’y comprends rien. Ce mouvement naissant me surprend car je n’y vois aucune corrélation avec la situation du moment. 2016 risque bien d’être l’année des surprises. Et l’avantage des surprises, c’est qu’elles restent complètement imprévisibles.

Une excellente année à vous toutes et tous, que nous vivrons en conscience. Et merci de continuer à nous lire fidèlement depuis plus de 4 ans.

 

Aux States, tout le monde il a du boulot!

Les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis sont sortis et ils sont hyper géniaux. Du coup les bourses plongent… Alors allez savoir pourquoi mais je suppose que tout le monde craint à présent que comme tout va si bien, la FED risque de vouloir monter ses taux dans deux semaines. Donc les bourses plongent. Un big dive dans le rouge.

C’est quand même trop cool ce qui se passe là-bas. Je suis super impressionné de la qualité des chiffres qui nous sont présentés. S’ils sont justes bien entendu. 26’000 emplois créés dans la restauration par exemple. Alors ça c’est une nouvelle qui va tout changer. Des jobs certainement très bien payés qui vont à n’en pas douter faire chavirer le taux de croissance du pays et rendre jaloux les Chinois. Tout cela n’est que poudre aux yeux et j’arriverai à faire comprendre cela en trois phrases à ma fille de 8 ans. On nous annonce ce que l’on veut. Quand on le veut. Tout cela n’est que propagande. Une marche supplémentaire qui nous est tendue pour nous noyer, pour qu’on n’y comprenne plus rien. Lire la suite →

 
426bef7b4cf0ca21a7b462424192f0fe888888888888888888