Tous les articles taggués bourse

La résistance c’est en France en général ou bien?

C’est Noël pour l’ASLOCA qui peut refaire parler d’elle ces jours, puisque le taux hypothécaire de référence vient de tomber à son plus bas historique à 1.5%. Sauf que l’ASLOCA tout le monde s’en fiche puisque mis à part si vous avez un gros litige avec votre bailleur, personne ne l’écoute. Les locataires continueront donc de s’acquitter gracieusement de leur loyer trop cher en ne demandant aucune baisse de loyer, comme d’habitude, et choisissent en se taisant d’engraisser la panse des propriétaires. Sauf que eux, quand les taux repartiront à la hausse, enfin s’ils repartent un jour, ils n’oublieront pas de tondre les gentils locataires.

A chaque fois que l’on parle « taux », moi je pense « dette ». C’est dingue ça me poursuit ce mot, sauf la nuit quand je dors. Je ne peux m’empêcher de penser à la Grèce qui est censée se refinancer sur les marchés dès septembre. Ils vont devoir payer combien pour emprunter? Pas facile de pricer un emprunt lorsqu’on sait l’émetteur en faillite et qu’il ne remboursera jamais ce qu’il doit. Mon regard se tourne ensuite tristement aux States où là aussi mon cœur se serre. Tant de véhicules trop gros et trop chers achetés à crédit… Et les prêts étudiants qui s’envolent de jour en jour. Trop triste tout cela. Cela finira mal pour beaucoup de gens et pour beaucoup d’établissements financiers. Mais bon il y a Trump pour le moment. Pour le moment je dis bien. Car on va bien rire la semaine prochaine. Alors soit l’ex du renseignement se met vraiment à table devant le Congrès et il balance tout. Et ça risque de remuer pas mal, soit Trump parvient à le « convaincre » par des arguments parfaitement légaux qu’il vaut mieux qu’il dise qu’en fait son chef était super généreux avec lui et que c’est un super type tout honnête. On va se marrer! Lire la suite →

Dérapage contrôlé

Je me fais silencieux ces temps car en fait, il n’y a rien à dire sur ces marchés schizophréniques. Il n’existe aucune règle et personne ne sait de quoi demain sera fait. On continue d’avancer à tâtons, à l’aveugle, avec des prédictions qui s’appliquent à la journée de trading en cours. Plus on ne peut pas dire. Draghi devrait intervenir aujourd’hui et, comme d’habitude, il ne se passera rien. Peut-être ses dires influenceront les marchés dans un sens ou dans l’autre. Mais de toute façon ce sera un effet à très court terme. Que voulez-vous qu’il dise après tout? La Chine est en train de se rétamer les gencives dans un sac de riz. L’Europe ne sait pas où elle va et continuera à se fourvoyer dans la médiocrité. Quant à l’Amérique, on ne se passionne plus que pour une chose. C’est le jeune prometteur Donald qui sera président ou quoi???

Du côté des marchés il ne se passe absolument rien. On reste scotché beaucoup trop haut la tête en bas. Pour le moment le piton nous tient en lévitation au-dessus du vide et c’est tout. Tant que ça tient, rien ne bougera. Et comme le pétrole est toujours bon marché, le ravitaillement en nourriture est toujours assuré par hélicoptère. Donc on reste suspendu à la corde et on regarde ce petit manège qui ne tourne plus. On change parfois le tenancier pour tenter de relancer la machine mais rien n’y fait. Le manège ne tourne plus.

On dit souvent qu’une phase boursière haussière reste le précurseur d’une reprise économique significative. Or cette fois-ci il n’en est rien. Les économies font du surplace et la croissance n’existe plus que dans les livres, pas dans le réel. Aucune idée où tout cela nous mènera. Nous sommes englués dans un marais. Nous ne coulons pas mais nous n’en sortons pas non plus. Lire la suite →

Youpiiiii ça s’coue déjà!

2015 appartient à l’Histoire et c’est une bonne chose. On ne retiendra rien du tout de cette année car elle aura été aussi intéressante qu’une course de crapauds-buffles chère aux australiens. En revanche, 2016, eh bien ça part sur les chapeaux de roue et je ne peux m’empêcher de glousser. Car dans mes derniers billets, j’écrivais justement que 2016 ne serait pas avare en coups de grisou. Alors le moins que je puisse écrire, c’est que je n’aurais pas dû attendre longtemps avant de voir mes prévisions récompensées. Nous sommes le 5 janvier et c’est déjà le bordel.

En cause une bonne pétée made in China. Les bourses ont juste dévissé comme pas permis. Et comme c’est assez simple là-bas avec les lois, car quand ça ne va pas et qu’on juge que les marchés se sont assez rétamés, alors on décide simplement de tirer la prise des ordinateurs et on arrête la casse. Le seul truc, c’est qu’on ne sait rien de plus. En Chine, inutile de rappeler que les informations qui nous sont transmises sont aussi fiables que le comptage approximatif des escargots qui traverseront votre potager entre le 19 et le 27 juin 2016…

Donc l’Europe s’est rétamée. N.Y aussi dans la foulée. Et devant nous quelques belles journées, ou quelques semaines, ou quelques mois, où il faudra bien s’accrocher. La volatilité sera très importante et cela se vérifie déjà avec un pic de trouillomètre qui volera de record en record tout au long de l’année. 2016 me donnera l’occasion d’écrire plus souvent. C’est le souhait qui m’anime en ce début d’année. Et j’espère vivement que je pourrai commenter ENFIN quelque chose. Comme par exemple le rendement des obligations de la Confédération qui se met gentiment à sortir des catacombes. Et là pour être vrai je n’y comprends rien. Ce mouvement naissant me surprend car je n’y vois aucune corrélation avec la situation du moment. 2016 risque bien d’être l’année des surprises. Et l’avantage des surprises, c’est qu’elles restent complètement imprévisibles.

Une excellente année à vous toutes et tous, que nous vivrons en conscience. Et merci de continuer à nous lire fidèlement depuis plus de 4 ans.

 

Quand l’attente est trop longue

Monseigneur Draghi a parlé. Il a agi. Mais il a agi d’une manière qui n’a pas plus aux marchés. En bref, tout le monde attendait son message. Un message qui aurait dû prendre la forme non seulement d’une extension du programme existant, mais surtout d’une augmentation de ce dernier. Or il n’en a rien été. Draghi continue juste d’imprimer ses billets un peu plus longtemps que prévu, jusqu’en 2017 qu’il dit. Alors cette prévision, elle est à peu près aussi précise et certaine que de prédire le temps qu’il fera le 28 décembre à 6h07 du matin à La Brévine. Aucune idée. Et c »est bien cela qui a déplu au marché. Car fixer des échéances aussi lointaines, sans réflexion sérieuse derrière, c’est juste se moquer du peuple.

La réalité est pourtant tout autre. La croissance est de retour aux Etats-Unis et l’Europe semble se réveiller. Ça vient… Enfin! Quant au retour de l’inflation, il est à programmer bientôt, aidé qu’il sera par les matières premières avec le pétrole en tête. Reste pour cela que ce dernier devrait arrêter de se casser la figure. Et de par les temps qui courent, je ne suis pas certain du tout que cela se passera demain. Tout le monde semble s’insurger contre la surproduction de l’or noir, de l’abondance des stocks. Mais c’est fait exprès. Tout le monde a compris que c’est grâce aux prix bas de l’énergie que la croissance apparaîtra à nouveau. Lire la suite →

Changer notre manière de penser

Nous persistons et nous signons. Nous signons encore. Nos Elites sont perdues et nos économies à la dérive. Elles appartiennent au passé et tirent leurs dernières cartouches. C’est impossible à présent d’éviter la Grande Cassure qui se produira immanquablement. Et nous serons tous touchés. Tous appelés à participer à la grande refonte du système. Personne n’y échappera et c’est une chance. Tous ensemble, nous participerons à la grande mutation qui nous tend les bras.

La crise financière que nous vivons depuis 2008 n’est pas encore achevée. En fait, elle n’a jamais été en mesure de se rétablir. Le prochain crash est annoncé, bien que l’on ne sache jamais quand il se produira. Nous avons créé des piles de dettes pour tenter de relancer la croissance. Une croissance qui ne vient pas, qui n’existe plus. La cause? Les revenus en baisse des consommateurs. L’Etat a bien tenté de colmater les brèches en subventionnant tout et rien, en tentant l’alléger fiscalement tout ce qui était possible de l’être. Malheureusement l’échec est cuisant. Car pour soutenir le système de croissance espéré, un seul produit miracle à disposition: la création in fine de la dette GRATUITE.

Nous nous trouvons à présent dans un jeu de poker menteur. L’exemple de Glencore en est édifiant. On a fait souffler le chaud et le froid sur les marchés, dans la presse, partout. Un rien peut faire basculer les marchés, comme à l’époque de Lehman Brothers. Nous en sommes tout près, j’en ai l’intime conviction, avec des bourses qui surréagissent violemment par des mouvements de quasi panique. Voyez également les spread entre les obligations dites sûres, c’est-à-dire émises par des Etats en faillite, et les obligations de « deuxième main ». Les spread s’accentuent, ce qui veut dire en clair que l’investisseur exige désormais un taux plus attractif entre des obligations qui sont complètement pourries et celles qui le sont moins. Le risque est de retour. La volatilité aussi. Tout ceci nous annonce des temps improbables. Lire la suite →