Bonne nouvelle + bonne nouvelle = bourse au paradis

Alors je ne sais pas vous mais ce temps automnal me ravit. Les bourses semblent également partager mon enthousiasme puisqu’elles continuent de grappiller fraction de pourcent par fraction de pourcent. Les cieux doivent à présent faire un peu de place aux indices tellement ils sont hauts, et quelque chose me dit que ce n’est pas prêt de s’arrêter. Ce qu’il y a d’important à savoir ce matin, c’est que Yellen a parlé. Les taux restent comme ils sont = bon pour la bourse = cool pour les surendettés. Les taux vont graduellement continuer à augmenter comme prévu = bon pour la bourse = moins bon pour les emprunteurs mais pas dramatique encore. Ensuite Yellen avait déjà préparé la planète lors de son dernier discours lorsqu’elle évoquait le retour « à une normalisation graduelle de la politique monétaire ». Cette fois tout est clair. La FED débute le dégonflage progressif de son bilan. Ce que Yellen fait en ce moment-même, c’est exactement ce que la FED avait tenté de faire il y a quelques années lorsqu’elle avait tenté une normalisation. Ça c’était mal passé. Là la sauce prend. L’inflation reste toujours trop faible, raison pour laquelle son approche se veut homéopathique. La fameuse politique des petits pas.

En clair, cela veut dire que la FED cessera progressivement d’acheter des bons du Tresor et va réduire la voilure. Les investisseurs ont aimé car tout est supportable, savamment distillé, orchestré afin que personne ne soit surpris. Et la bourse aime cela! Donc je vois horizon dégagé et confirme ce que je dis depuis longtemps: Draghi va suivre, même si l’inflation en Europe reste aussi élevée qu’un brin d’herbe de Wembley et que le chômage reste aussi élevé que le Mönch. Mais de ça on s’en fout, même si ça préoccupe quand même. Mais comme ce sont les pauvres qui sont touchés et très cyniquement, ce n’est vraiment pas grave.

Ensuite autre très bonne nouvelle. Foxconn va construire une usine aux States. Une grosse usine. Donc à comprendre: ce sont les Chinois qui investissent aux Etats-Unis. Plus clair comme message il n’y a pas. Les Etats-Unis sont redevenus compétitifs en termes de coûts. Ils profitent en plus du levier offert par les Chinois qui ne sont plus toujours d’accord de travailler 8 jours sur 7 pliés en deux avec la tête en bas avec 10 jours de vacances par an. Si tout va bien.

Encore une autre toute petite nouvelle qui illustre un phénomène encore marginal que j’observe depuis plusieurs mois. Les Etats-Unis et l’Europe se réindustrialisent. Le phénomène se veut encore à ses débuts mais nous débutons une nouvelle ère j’en suis convaincu. Même Mammut, marque suisse d’équipements outdoor, qui ne fabrique absolument plus rien en Suisse depuis longtemps (même pas les cordes de grimpe), parle de reproduire en Suisse. On n’engagera pas forcément beaucoup de monde puisque ce sont des robots qui fabriqueront leur matériel. Mais quand même l’investissement revient. Et ça va forcément créer non seulement du travail avec des investissements à prévoir, mais aussi avoir des retombées positives sur tout un tas de détaillants.

Je reste un convaincu des mouvements. Je ne partage aucunement ceux qui fustigent l’utilisation des robots, ceux qui se plaignent du chômage élevé en zone euro. Nous n’avons simplement pas su nous adapter suffisamment vite. Qui d’entre nous naît avec la vocation de se retrouver toute sa vie derrière une petite machine qui fabrique des t-shirt à la chaîne avec un salaire misérable en fin de mois? Absolument personne. L’humanité n’est pas destinée à cela. Il existe suffisamment de domaines de création inexploités qui mériteraient bien plus d’attention. L’être humain n’est pas fait pour travailler, ou fonctionner. L’être humain est fait pour créer. Produire, c’est pénible, c’est peu gratifiant et ça ne sert aucunement à l’élévation de l’âme. Donc oui au développement des robots et à leur utilisation intensive afin de remplacer la pénibilité de certaines professions. Je me réjouis d’avance de l’interruption progressive de l’esclavagisme. Rien ne m’énerve plus que de lire l’étiquette d’un t-shirt que j’achète avec « made in Bangladesh » écrit dessus. L’esclavage a été banni il y a longtemps chez nous. Il serait temps qu’il le soit partout.

Paul Jorion revient sans cesse sur le problème de répartition des richesses et il a raison. Là se situe l’envers de la médaille. Et dans ce domaine-là, tout reste à faire. Donc beaucoup d’emplois à créer pour mettre en place ce système avec à terme l’être humain qui pourrait à terme devoir travailler moins, avec des métiers intéressants, avec une redistribution des richesses aux moins bien nantis. Qui n’a pas rêvé d’accorder plus de temps à ses enfants? Je vous laisse méditer, même si je me rends compte que tout ceci prendra des décennies à se mettre en place.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
Donec at mattis porta. diam dictum felis luctus ut sit