On r’commence à s’ennuyer

Je débute ce billet en adressent un grand MERCI à nos lectrices et lecteurs. Soyez remerciés de vos commentaires pertinents et très appréciés. Ces derniers nous permettent de nous situer, de savoir si nos écrits sont pertinents, si nous provoquons suffisamment, ou pas. Reste en tous les cas un enrichissement pour nous et un partage apprécié.

En bourse, cette semaine on ne va strictement rien foutre. Car de l’autre côté de l’Atlantique, c’est dinde au menu façon Mr. Bean, le matin, à midi, le soir, et avant d’aller au lit. Et ensuite ce sera la frénésie du Black Monday, ce fameux lundi où des morts de faim camperont devant Walmart toute la nuit avant de se ruer sur le nouvel aspirateur qui aspire plus mieux bien les poils de votre chat que celui acheté l’année précédente, ou qui souhaiteront pouvoir acheter le dernier instrument technologique avant-garde permettant de mesurer par exemple la vitesse instantanée de votre voisine lorsqu’elle promène son chien le matin à 5h30. Donc cette semaine on oublie, on se rendort, on regarde par la fenêtre et on réfléchit gentiment à ses cadeaux de Noël. Novembre reste traditionnellement un mois creux, un mois où on s’emmerde, un mois où on est encore en automne mais plus vraiment, un mois où on est proche de Noël mais pas vraiment non plus, bref un mois où il ne se passe rien et où tout le monde ronchonne parce qu’il fait trop vite nuit le soir. Lire la suite →

Un chiffre à retenir: 20!

L’effet Trump c’est déjà terminé. Beaucoup de blabla durant des mois pour… pourquoi? Et maintenant c’est à Mme Le Pen de prendre sa place sur l’échiquier. Je n’oublie jamais quelque chose: les tyrans finissent toujours par s’autodétruire, invariablement. On verra si les politiques du Congrès laissent aller Mr Trump l’incontrôlable jusque dans le délire total. Peut-être, et peut-être pas. Quant à moi je préfère prendre les choses positivement. Pourquoi regretter des politiciens « officiels » qui, depuis des décennies, ne parviennent à rien d’autre que d’énerver et appauvrir le peuple? Au moins avec Trump, nous risquons d’avoir quelques jolies étincelles. Jusqu’où les vieux lions républicains le laisseront faire est une autre question.

Ensuite il y a les marchés et là je me marre. D’un côté vous avez les fonds immobiliers qui ont perdu pour beaucoup d’entre eux 7-8% depuis le mois d’août. Et parallèlement à cela, aussi depuis août, ce sont les rendements longs qui prennent l’ascenseur. Les marchés parient sur un relèvement des taux, ou anticipent un peu d’inflation. De Trump là-dedans il n’y a rien puisque ce gus a été élu le 8 novembre, alors que personne n’avait prédit son élection. Ensuite encore il y a le chiffre 20. C’est la différence en nombre de points du SMI depuis le mercredi 9 novembre, au lendemain de l’élection de Donald et aujourd’hui. Autant dire que l’effet Trump n’a eu qu’un brusque rebond des marchés et qu’ensuite, pschuiiiit… plus de carburant pour aller plus haut. Lire la suite →

Avec du vent, ça va mieux… et pour les taux aussi!

Le vent nouveau souffle, et bien! L’avènement de Trump au pouvoir semble aiguiser l’appétit des boursicoteurs, ou investisseurs en termes plus polis. Ce mec semble vouloir faire bouger les choses (dans quel sens on l’apprendra bientôt) et le Congrès américain sortira peut-être bientôt de 8 années d’immobilisme total. Du côté des marchés on a bien compris cela. Mieux vaut avoir à la tête d’un pays un dirigeant qui peut décider de quelque chose que quelqu’un comme Obama qui a dû gouverner un pays pieds et poings liés par les Républicains. Les marchés? Ils montent, et montent encore. Et pour ceux qui me lisent régulièrement, ceux qui ont acheté les titres des matières premières le printemps dernier, de belles vacances en perspective avec certains titres qui ont déjà doublé. Je recommande encore le secteur à l’achat. Porsche continue également sa lente reprise. Avant le scandale du diesel qui a secoué tout le groupe VW, on était à EUR 94.00. Puis une chute brutale jusqu’à EUR 35.00. Là on est à EUR 46.00 et des poussières. Et qu’on ne me dise pas que cette marque hyper bénéficiaire souffrira des moteurs électriques. Porsche reste un achat, parce que les fanatiques continueront d’apprécier le vrombissement particulier de ces puissantes machines.

L’envolée des bancaires (UBS est passée de 13 à 16 en 4.5 secondes, comme une Porsche) continue non pas en raison d’une amélioration subite des affaires, mais pour deux raisons. La première, c’est que le milieu a intégré le fait que Trump est un businessman, donc bon pour les grands voltigeurs. Et ensuite, il y a les taux. Le mouvement, que je peine encore à interpréter, dessine pour le moment un net redressement, donc du très bon pour l’industrie financière. Alors de deux choses l’une: soit on anticipe gentiment une normalisation au niveau des banques centrales en anticipant une croissance avenir, ou alors on anticipe le grand retour de l’inflation, retour tiré par la dévaluation des monnaies respectives couplée à une croissance poussive. Mais les taux remontent et nettement, y compris en Suisse. Lire la suite →

Volte-face est-il aussi un animal?

victoire de Trump

Il était une fois, il y a plusieurs années, un poulpe hyper sexy qui s’appelait Paul. Et Paul avait prédit le vainqueur de la coupe du monde. Il était une fois, il y a quelques semaines, un chimpanzé qui avait prédit la victoire de Trump. Il était une fois, il y a quelques mois, un animal nommé volte-face, qui avait aussi prédit la victoire de Trump, comme le Brexit d’ailleurs.

Je suis désolé de le dire, mais ceux qui pensaient sincèrement que Mme Clinton gagnerait les élections font état d’un manque total de connaissances de l’Amérique. Chaque étudiant, chaque jeune de ce monde devrait séjourner quelques mois de sa vie dans ce magnifique pays afin de le comprendre. Il n’y a pas que Daniel Borel qui dise cela. Un seul mot définit ce pays: fierté! Les Américains sont fiers de qui ils sont, de ce qu’ils réalisent, d’être les gendarmes du monde, et ce depuis toujours. Et Trump a simplement réveillé ces valeurs-là de par son esprit frondeur, qui n’a peur de rien, qui entreprend, qui souhaite préserver la race blanche. Dans quel sens on entreprend les choses? L’Américain s’en fout complètement. Lui, il veut de l’action, que ça pète, être et rester au centre. Lady Hillary, tantôt habillée en costume bleu ou rouge pétant, malgré ses études en droit et son titre d’avocate, n’a juste pas saisi que son discours lissé, sa promesse de « keep going », de « finish le job d’Obama », ne menait à rien. La seule sympathie attirée par cette dame certes intelligente, mais fade, c’est celle des gens qui souhaitaient voir enfin une femme devenir présidente, et celle des gens qui ne voulaient surtout pas de Trump. Et avec ces deux simples composantes, on ne gagne pas une élection, et surtout pas en Amérique! Lire la suite →

Apokalypse now!

Il existe beaucoup de choses passionnantes dans l’existence. Mais rien de plus ennuyant que de suivre la parodie des élections américaines. Il y a plusieurs mois, j’écrivais sur ce blog qu’il serait amusant que l’ami Donald le bien coiffé devienne président. C’est mon côté rebelle qui ressort et rien que pour voir, il me plairait de constater ce qu’un mec taré comme lui pourrait foutre comme bordel dans le monde en quelques années. Un quotidien de boulevard suisse titre ce matin: « Apokalypse now! », avec une belle photo de Trump. Le titre dit tout, et bien que j’espère me tromper, je pense que Trump va passer. C’est l’instinct qui me dicte ça. Je me dis que les Américains préféreront avoir à leur tête un mec qui fonce, qui parle vrai, même s’il est odieux et imbuvable. Les peuples en ont marre des politiciens véreux, corrompus et fourbes. Mme Clinton incarne à elle seule toutes ces qualités. Et comme cette année nous avons parlé Brexit, alors que personne ne s’osait à imaginer que cela soit possible, je me dis simplement que la politique américaine sera sanctionnée elle-aussi. A suivre.

La bourse? Elle baisse, elle baisse, et baisse encore. Certes à doses homéopathiques, mais elle baisse. Les cycliques continuent leur long chemin de croix, comme Roche qui est au plus bas depuis 3 ans, ou Nestlé qui vient de corriger de 12% en 90 jours. Nos banques, pour ce qu’il en reste, ont quant à elles décidé de ne plus pouvoir être considérées comme des jumelles. Il y a quelque temps elles étaient à CHF 13.00 toutes les deux. Comme c’était attendrissant. A présent la plus petite des deux se démarque de sa grande sœur en affichant fièrement CHF 12.00 au compteur, alors que la grande sœur reste engluée à CHF 13.00. Le SMI retrouve son niveau de juillet dernier. Quant aux monnaies, juste rien à dire, car toujours régulées par notre chère banque centrale qui a été rebaptisée en HFS (Hedge Fund Suisse). Lire la suite →

 
Aenean felis pulvinar ut consequat. mattis Phasellus odio accumsan suscipit