Une fissure… deux fissures… trois f….

Il semble un fait scientifique que la chaleur fasse fondre la glace. Une relation de cause à effet semble se dessiner sur la bourse. La bourse depuis une semaine, c’est comme la banquise. Il y a tout un pan qui risque de se détacher, pour ensuite aller dériver quelque part pour fondre. Un peu comme une glace qu’un enfant tient trop longtemps dans sa main en plein soleil. Vendredi il y a eu le flash crash de la techno. Le Nasdaq a plongé. Et ensuite il y a des petits signes qui ne trompent pas, un peu comme lorsque vous êtes étendus dans Central Park un raisin entre les dents. Il y a tout un tas de « petits Suisses » qui vous guettent et qui n’attendent qu’une chose: que vous laissiez échapper de votre bouche un petit bout de raisin.

Les technos sur Wall Street? Archi-super-over-évaluées! Tout le monde sait cela, même si elles peuvent encore monter au ciel. Avec la spéculation qu’il y a dessus, tout est devenu irrationnel (tiens ça me replonge 17 ans en arrière). Ensuite, pour aider la banquise à fondre un peu plus vite, vous avez Yellen qui a monté ses taux hier soir, et qui a presque déjà sûrement promis qu’elle continuerait à les monter cet automne. Ensuite encore, et pour encore un peu mieux aider la banquise à se fissurer, c’est comme si on avait gentiment commencé à déposer un a un des milliers d’éléphants pour accentuer la cassure. L’effet des éléphants? C’est la lente réduction du bilan de la Fed. Et ça, ça fout les boules à tout le monde car personne ne sait quand, si, ni à quel rythme cela interviendra. Peut-être même que le mouvement a déjà débuté et personne ne le sait. On parle de 4 trillions de dollars. Ça fait un sacré paquet de fric à avaler. Lire la suite →

La résistance c’est en France en général ou bien?

C’est Noël pour l’ASLOCA qui peut refaire parler d’elle ces jours, puisque le taux hypothécaire de référence vient de tomber à son plus bas historique à 1.5%. Sauf que l’ASLOCA tout le monde s’en fiche puisque mis à part si vous avez un gros litige avec votre bailleur, personne ne l’écoute. Les locataires continueront donc de s’acquitter gracieusement de leur loyer trop cher en ne demandant aucune baisse de loyer, comme d’habitude, et choisissent en se taisant d’engraisser la panse des propriétaires. Sauf que eux, quand les taux repartiront à la hausse, enfin s’ils repartent un jour, ils n’oublieront pas de tondre les gentils locataires.

A chaque fois que l’on parle « taux », moi je pense « dette ». C’est dingue ça me poursuit ce mot, sauf la nuit quand je dors. Je ne peux m’empêcher de penser à la Grèce qui est censée se refinancer sur les marchés dès septembre. Ils vont devoir payer combien pour emprunter? Pas facile de pricer un emprunt lorsqu’on sait l’émetteur en faillite et qu’il ne remboursera jamais ce qu’il doit. Mon regard se tourne ensuite tristement aux States où là aussi mon cœur se serre. Tant de véhicules trop gros et trop chers achetés à crédit… Et les prêts étudiants qui s’envolent de jour en jour. Trop triste tout cela. Cela finira mal pour beaucoup de gens et pour beaucoup d’établissements financiers. Mais bon il y a Trump pour le moment. Pour le moment je dis bien. Car on va bien rire la semaine prochaine. Alors soit l’ex du renseignement se met vraiment à table devant le Congrès et il balance tout. Et ça risque de remuer pas mal, soit Trump parvient à le « convaincre » par des arguments parfaitement légaux qu’il vaut mieux qu’il dise qu’en fait son chef était super généreux avec lui et que c’est un super type tout honnête. On va se marrer! Lire la suite →

M. Tsipras ça vous dit encore quelque chose?

 Etre inquiet ne sert juste à rien c’est bien connu. Souvent nous nous créons des inquiétudes qui in fine ne se produisent jamais. Et pourtant on rumine, on angoisse, on se dit que la catastrophe peut survenir en tout temps. L’Europe a vécu une période inquiétante, menacée de dislocation. Renzi a dû s’en aller après avoir fait un pari stupide. On a eu peur pour la Hollande, l’Autriche, la France en raison des montées de l’Extrême droite. Au final? Un pet dans l’eau. Peut-être l’Europe a-t-elle appris, sait-on jamais, en se rappelant Mussolini et Hitler entre autres. Reste le cas de la Grèce qui est très différent. Dans les trois pays précités, ce sont les idéologies qui menaçaient l’union sacrée. Dans le cas de la Grèce, c’est l’argent. La Grèce en est à son 1’812ème plan d’aide. La dernière tranche vient de tomber sous la forme de 5 milliards d’euros. En échange? Une baisse des rentes et une hausse d’impôts. Et soi-disant, je dis bien soi-disant, la Grèce est censée pouvoir à nouveau emprunter sur les marchés d’ici à quelques semaines.

La montée d’A. Tsipras était porteuse d’espoirs, comme Podemos en Espagne. C’est l’échec total. Tsipras n’a rien fait de mieux que ses prédécesseurs qu’il avait vertement critiqués, à juste titre d’ailleurs. Mais contre la machine européenne, prêteuse de cash, et malgré toutes les promesses faites, il n’y plus qu’à constater que même avec la meilleure volonté du monde on ne fait juste rien lorsqu’on se trouve à la merci d’autres. La Grèce est en faillite depuis des années. Elle emprunte juste pour renouveler ses crédits. Tsipras, qui défendait les pauvres, n’a rien pu faire. Le courage y était, la volonté aussi. Mais sa seule erreur aura été de croire à un rêve. Sans argent, on ne fait juste rien! Et surtout si on doit un paquet aux autres… Lire la suite →

Les USA au bord de l’implosion

Je ne prends aucunement plaisir à rabâcher inlassablement les mêmes âneries mais là, un petit refresh s’impose. Dans un passé assez lointain, je me suis intéressé aux dictateurs qu’ont connu le monde en lisant je ne sais combien de biographies. Alors si tous ces types ont tout d’abord été adulés par le peuple, portés par une vague d’espoir, ils ont absolument tous connu le même sort. Ils se sont autodétruits. Leur bêtise n’a d’égal que leur ego surdimensionné. Rien à faire contre un dictateur, ou un débile si vous préférez. Rien ne sert de tenter de les contrer car, poussés à la faute pour camoufler leur incompétence, ils prennent immanquablement des décisions erronées. L’autre constante, à force de vouloir se protéger contre les emmerdeurs, ils écartent exactement ceux qui leur seraient le plus utile. Mais quelqu’un d’intelligent et forcément clairvoyant n’est pas assimilé à des qualités chez un dictateur. Elles représentent une menace qu’il faut par n’importe quel moyen annihiler.

M. Trump est l’exemple vivant du dictateur. Il n’a d’égal que quelques dirigeants profondément fêlés qui dirigent quelques pays nettement moins influents que les Etats-Unis. M. Trump court à sa perte. Il s’est lancé dans une chevauchée folle à travers les plaines en bousillant tout sur son passage, nettoyant tout ce qui peut l’être. A force de vouloir se protéger de tout, il creuse sa propre tombe et donne exactement à ses détracteurs tout ce dont ils ont besoin pour le destituer. En bref, il fait exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire. Les marchés ont bien compris la chose. Ils anticipent déjà le futur chaos qui se produira un de ces quatre matins. Quand je ne sais pas. Mais Trump ne pourra rien faire passer à présent. Il représente une belle marionnette dont les tweets rageurs ne sont même plus repris par les médias. Les médias? La presse américaine se déchaîne contre le grand blond et elle n’est pas prête à le lâcher. Elle va le pilonner jusqu’à ce qu’il cède et contre cela, Trump ne pourra juste rien faire. Lire la suite →

L’euphorie boursière… et de la dette

La France va tout à coup mieux. Il faut dire que ce n’était pas compliqué car pire on ne pouvait pas faire. Il était tant que le grand mou dynamique cède son siège sur lequel il s’est assoupi pendant 5 ans. On n’a pas aimé Sarko car trop dynamique, ni Hollande car trop endormi. A présent M. Macron. Laissons-nous étonner et laissons-lui au moins le temps de faire ses preuves, c’est la moindre des politesses.

Quant à la bourse, qui remercie M. Macron en signant record sur record avec un immense sourire aux lèvres, elle n’a pas fini de nous étonner. Il semble que rien ne puisse faire dérailler cette machine infernale, même pas l’imprévisible Trump. Il a beau tout faire pour déstabiliser le système il n’y arrive pas, même en limogeant un des plus grands cow-boy du pays. Les marchés ne bronchent pas et se foutent complètement de ce genre de nouvelle! Les bourses sont comme la Juventus avec Buffon dans les goals… De temps à autre il y en a un qui rentre mais c’est tout. Le Real comprendra bientôt que ce sera très difficile pour eux.

« Plus jamais seul » pourrait être le titre de ce chapitre. C’est l’étrange corrélation que je tire entre les marchés qui montent comme des fusées et de la dette… qui monte aussi comme une fusée. Les niveaux n’en finissent pas de crever les plafonds. La Grèce continue de « faire des efforts » jusqu’à l’implosion. Un jour le peuple se rebellera complètement, étranglé par les revenus qui baissent et les impôts qui montent. Pays des Jeux, on apprécie particulièrement faire le grand écart là-bas… Quant au pays en lui-même, il réemprunte juste pour rembourser les emprunts échus. Un jour on passera les pertes, et c’est peut-être M. Macron qui devra passer à la caisse aussi. Lire la suite →