La salade grecque du… Brexit

Cette semaine s’annonce passionnante. Tout d’abord, il faut savoir que Trump est occupé chez lui puisqu’il va passer son temps à regarder l’eau monter au Texas. La bonne nouvelle dans tout cela, c’est qu’il est quitte de dire des débilités sur d’autres sujets et qu’on a toutes les chances de passer une agréable semaine. Ensuite et comme prévu, les super banquiers se sont réunis à Jackson Hole pour ne rien dire. Cela démontre bien qu’ils n’ont aucune idée de ce que l’avenir nous réserve et qu’ils ne contrôlent rien du tout. Le super tanker est immobilisé en plein canal de Suez et il n’a aucune idée de quel côté se diriger. Et comme il est amarré à des dromadaires, pas dit qu’il avance facilement lorsqu’on leur dira de faire quelque chose. Un dromadaire, ça reste extrêmement têtu!

Passionné de com depuis de longues années, je reste stupéfait de l’incapacité de l’être humain à communiquer en situation de crise. La com, c’est au bureau en général qu’on utilise ce terme. Dans un couple, on appelle ça le dialogue. Et en politique on appelle ça de la diplomatie. Le but de la com? C’est pouvoir se parler, exprimer ses points de vue à l’autre en respectant les siens (et non pas en l’invectivant), pour ensuite chercher un compromis. Ça c’est dans un monde idéal, quand tout le monde est de bonne foi, quand le climat est détendu et respectueux. Sauf que dans la pratique c’est un peu différent. En fait, on n’y arrive rarement et les échecs foisonnent malheureusement. Lire la suite →

On ferme ou bien?

Le match de ping-pong diplomatique (j’adore ce mot…) continue entre notre mètre cube adoré et l’Américain prochainement naturalisé Russe. Il devrait y penser l’ami Donald car le presse-citron se resserre jour après jour. C’est Snowden qui pourrait être content d’avoir de la compagnie. Trump continue sa folle marche en avant en rasant tout sur son passage. Afin de détourner l’attention, voilà qu’il s’en prend au Pakistan à présent. C’est ainsi qu’ils sont les tyrans corrompus. Ils finissent tout d’abord par se saborder eux-mêmes en ne se rendant compte de rien (une personne de type « rebelle » se transforme en bourrique irrationnelle lorsqu’elle se sent stressée), et ensuite constatent peu à peu il y a toujours moins de monde qui souhaiterait partager un repas en leur compagnie. Trump avec une toque en fourrure sur la tronche ça serait juste top! A moins que Poutine ne lui trouve une « occupation » quelque part en Sibérie… Le Colonel Klink le disait aussi. Le front de l’Est, c’est terrible…

Quant aux marchés, après s’être affolés quelque peu ces 10 derniers jours, ils se sont déjà repris et ne foutent strictement plus rien. On cherche tant et plus ce qui pourrait faire bouger les marchés mais personne n’en sait rien. Rien à attendre non plus des banquiers centraux qui s’amusent ces jours à jouer aux cartes et à fumer des cigares. Ils n’en savent pas plus que vous et moi. Leurs décisions seront de toute façon tirées à la courte paille. On tente de normaliser les politiques mises en place. On aimerait remonter les taux. On aimerait réduire la taille des bilans. Tout cela est juste et louable. Le seul hic, c’est que personne ne sait où l’on va, avec une croissance « molle à modérée » pour reprendre les termes de Bernanke qui datent déjà de quelques années, ainsi qu’une inflation qui est à l’image de mes débordements sur l’aile gauche au foot. C’est poussif, et pas dit que demain ça ira mieux. Lire la suite →

Pint of Guinness?

J’ai toujours adoré le terme un peu barbare de « diplomatie ». Longtemps je n’ai rien compris à ce mot, sans doute trop bête, ou pas assez cultivé, pour en saisir le sens. Si le match entre les deux fêlés du moment n’a jamais commencé dans les faits, il semble que ce soit dû à la « diplomatie ». Bien que dans un tout autre domaine, cette même « diplomatie » est également de mise entre les anglais et Bruxelles en ce qui concerne le Brexit. Sauf dans ce cas-là ça ne marchera jamais. Cela fait plus d’une année que j’écris que le Brexit n’aura jamais lieu avant l’an 2156 si tout va bien. C’est souvent comme ça lorsqu’une « grande » idée naît d’un débile mental, souvent un politicien d’ailleurs. Il a un grand rêve, il fait croire à tout le monde qu’après ce sera mieux en sortant des arguments aussi valables que si je vous disais que les dauphins savent voler, il fait ensuite le tour des popotes pour expliquer que selon plein d’études réalisées qu’on ne voit jamais, on gagnera plein de pognon ensuite et que tout ira bien! Et que se passe-t-il à présent?

Les British doivent semble-t-il trouver quelques dizaines de milliards pour être certain que le prix de la Guinness ne sera pas fixé par Bruxelles. C’est très con ce qui se passe. Vraiment très con. Et je ne vois pas bien comment l’Europe se priverait d’une telle manne. En clair, il n’y a plus qu’à attendre que les politiciens qui ont voté le Brexit meurent (parce qu’ils n’avoueront jamais de leur vivant que c’était la chose la plus stupide à faire) pour que d’autres relancent un processus de « Cancel Brexit ». Mais d’ici là, on a le temps d’en boire quelques hectolitres. C’est d’ailleurs une petite leçon que j’observe sans arrêt. Dire aux imbéciles qu’ils se trompent ne sert à rien. Et ensuite on les regarde s’embourber dans leurs délires et s’autodétruire au fil du temps qui passe. Lire la suite →

C’est l’heure de la sieste?

Un psy cité par le « Blick » explique pourquoi les deux fêlés du moment ne sont pas faits pour pouvoir s’entendre. La conclusion de l’expert? Car ils sont beaucoup trop similaires dans leurs comportements (étonnant non?), que leur ego est surdimensionné et qu’aucun des deux ne voudra perdre la face. C’est aussi simple que cela. Le conflit Américano-Coréen résumé en deux lignes. C’est ainsi que naissent les guerres, entre peuples, entre personnes, au sein d’un couple ou d’une famille. Dès qu’une des deux parties décide de faire preuve d’entêtement, la partie est perdue. Ce qui me fascine dans ce genre de personnes, c’est qu’elles sont prêtes à aller jusqu’à la destruction totale. Des autres ils n’en ont rien à faire. Des intérêts en jeu non plus. Des conséquences futures non plus. Ce genre de personne se blinde jusqu’à l’autodestruction tout en ayant comme seule mission de prendre soin de son propre nombril.

Les marchés ont compris tout cela. Ils ont compris que l’évolution des cours dépendra du déclenchement d’une guerre. Ou pas. Tout est dans les mains de ceux qui pourraient non pas raisonner l’un d’entre eux (ça c’est impossible), mais dans celles qui pourraient les en empêcher en leur signifiant un coucouche-panier retentissant. En clair, il n’y qu’aux States où cela est encore possible car dans le cas du playmobil cubique, ceux qui auraient pu le faire taire sont déjà tous rongés par les vers. Lire la suite →

Dirigez le spot ailleurs! Même si on n’a aucune idée où éclairer…

Je me passionne toujours beaucoup de la propagande que je lis. Un des Maîtres en la matière, bien que funeste, fut Joseph Goebbels. J’ai toujours été sidéré avec quelle habileté satanique ce personnage dénué de tout scrupule transforma durant tant d’années la réalité. Tout est dans la communication. Cela existe depuis la nuit des temps. Je ne connais aucun régime qui dit exactement ce qu’il va faire, et surtout pas en temps de guerre. Ce matin j’ai cru m’étouffer en buvant mon café en lisant explicitement que les Coréens seraient prêts à bombarder une île chère au Président de tous, presque en temps et en heure. C’est fabuleux la propagande je trouve. En termes militaires ou économiques, c’est bien souvent le moment choisi qui reste déterminant. Warren Buffet ne dit jamais à l’avance ce qu’il va faire, où il va investir, quelle société il convoite. Il informera… mais après. En temps de guerre c’est pareil. Je ne connais aucune puissance qui prend la peine d’avertir la presse mondiale avant d’attaquer. En foot c’est exactement pareil. Ronaldo ou Messi marquent sans arrêt car ils sont complètement imprévisibles. S’ils prenaient la peine de dire au gardien dans quel coin ils pensent tirer cela deviendrait vite hilarant. Et bien que j’aie peur d’être aux goals, à ce tarif je pourrais presque prétendre à devenir gardien.

Le golfeur et le playmobil s’amusent à cela. Ils font souffler le chaud et le froid et ça agace tout le monde, y compris moi. Les marchés sont tombés dans le panneau ces derniers jours. Les médias s’en donnent à cœur joie aussi. Et pour quel résultat? Juste rien. Ça fait vendre. Ça fout la chiasse à tout le monde pour rien. On attend le crash boursier? Tous ceux qui l’annoncent auront un jour raison. Mais personne ne sait quand il aura lieu. Il aura lieu exactement quand personne ne s’y attendra, lorsque tous les vendeurs essaieront de vendre en même temps leurs titres alors que les acheteurs se seront volatilisés. Et ça fera BAM! Pour en revenir aux marchés, ce qu’il y a de difficile cette fois-ci, c’est de savoir quel sera l’élément déclencheur. Personne ne le sait. Personne n’est à même de dire précisément où le vase craquera, et pas même les permabears comme Roubini et Faber. Un jour ils diront: « Je vous l’avais dit! » Mais jamais ils n’auront spécifié précisément qui allumera la lampe. Fabert et Roubini disent que les marchés vont s’effondrer depuis 8 ans. Trop cool. Mais depuis qu’ils disent cela ils ne font que monter. Et pendant ce temps ils ont fait quoi de leur pognon? Lire la suite →