Les nouveaux chiens de garde


Les Nouveaux Chiens de garde
, film de Yannick Kergoat, Gilles Balbastre

A voir prochainement sur vos écrans, ce film traite des relations étroites et libidineuses entre la presse, le pouvoir politique et l’économie. Critique radicale et intransigeante de la médiacratie, «Les Nouveaux Chiens de garde» transpose les travaux de Paul Nizan et Serge Halimi dans la période actuelle. On y voit même apparaître un certain Frédéric Lordon…

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.

En 1932, Paul Nizan publiait Les Chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en gardiens de l’ordre établi.
 Aujourd’hui, les chiens de garde, ce sont ces journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dressent l’état des lieux d’une presse volontiers oublieuse des valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d’une information pervertie en marchandise.

En savoir plus

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
neque. leo porta. ipsum suscipit facilisis consectetur Sed