Ça fait vroum cette fin d’année…

Les allemandes sont à la fête. Je parle des voitures bien entendu… Il est toujours intéressant de constater que la bourse n’est pas qu’une question de spéculation sur des titres dont la valeur n’a rien à voir avec leur niveau et dont les cours sont dopés par les spéculateurs. Il existe en effet des entreprises, qui produisent des biens tangibles, qui créent et qui vendent un produit palpable. Daimler ravira la place du numéro un mondial du luxe tout prochainement, grâce à une gamme de modèles développés depuis 10 ans qui correspond à la prise de pouvoir du patron actuel Dieter Zetsche. Ce monsieur a su rajeunir la marque et surtout la faire sortir de son créneau préhistorique « 60 ans et plus » pour la rendre beaucoup plus mordante. Il a su également profiter des problèmes du géant Audi, englué dans le scandale qui a touché le groupe VW. Daimler reste un achat, bien que son potentiel de hausse soit limité en comparaison avec le mastodonte VW (env. 20% de hausse potentielle pour Daimler afin qu’il retrouve les sommets). Ces deux titres cotent à leur niveau de 2007 et peuvent entrevoir un avenir radieux. A la différence près que VW possède un potentiel de rattrapage de… 100% en partant du cours actuel.

VW, comme Porsche d’ailleurs, vient de prendre au passage 12% de hausse depuis l’élection de M. Trump. Et je ne vois aucune raison que ces entreprises florissantes s’arrêtent en si bon chemin. Ce sont des machines à cash, avec une marge confortable sur leurs véhicules, qui leur permettent de passer outre les crises en ayant la capacité de faire bouger leurs prix en fonction des cycles économiques sans que cela ne se répercute forcément sur leurs résultats. Donc pour tout actionnaire qui se respecte, investir… je parle bien d’investir… dans des entreprises qui développent un produit, qui vendent et qui gagnent de l’argent reste un moyen idéal de placer son cash. La seule condition requise, c’est d’être capable de faire preuve de patience, ce qui de nos jours reste une valeur qui n’existe plus. On veut du profit et tout de suite! Parlez autour de vous d’un investissement à 10 et 15 ans et on vous prendra pour un allumé de première! Limite si on ne vous demandera pas si vous êtes retraité…

L’avenir automobile se dirige gentiment vers des voitures électriques. En même temps, on en est encore loin. Il n’y a qu’à voir l’évolution d’une autre entreprise qui mise elle… sur le pétrole. Il s’agit de BP. Ringard le brut? Pas tant que ça à voir la performance 2016 du titre. C’est + 43%, et des dividendes qui tombent comme des fruits murs à intervalles réguliers. Donc le forage possède encore de beaux jours devant lui. La transition électrique se fera, peut-être, d’ici à quelques années. Et c’est par cette citation quelque peu remaniée de M. Zetsche que je terminerai ce dernier billet de l’année: « L’électrique, nous nous y préparons. Mais c’est comme lorsque vous sortez danser. Si vous arrivez trop vite sur la piste de danse, vous risquez de vous y retrouver tout seul ».

De très belles fêtes à toutes et tous, un grand merci à celles et ceux qui nous font l’honneur de parcourir notre blog et d’y laisser des commentaires appréciés et constructifs, et n’oubliez pas de vous goinfrer de friandises.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!