100 points chacun ça c’est terrible

Kim et Irma sont de jolis prénoms. Si je devais à nouveau un jour avoir des enfants, j’y penserais sérieusement. Irma-la-douce on en parle sans arrêt. Ça donne aux Américains l’impression qu’ils sont encore importants et qu’on se soucie un peu d’eux. Leur connaissance approfondie en géographie appliquée leur permet de savoir où se trouve la Floride. En revanche pas sûr qu’ils aient une grande idée où se situe Gondo. Les Grisons? Switzerland? Le Swaziland ça existe c’est juste? Quant à Kim-le-tout-puissant, on s’apprête gentiment à lui faire comprendre que sa conduite n’est pas appropriée. Inutile de contrer un ennemi là où il aimerait nous emmener. Un grand classique de la guerre des nerfs. Il suffit de taper là où il ne peut se défendre. Sans pétrole, sans commerce, tout deviendra bien plus difficile pour le ptit joufflu. Surtout si en plus on ne lui permet plus que d’aller livrer des marchandises en pirogue.

En Europe ça devient drôle, avec tout d’abord la France. Si vous devez passer par ce pays ces prochaines semaines, je vous suggère de choisir un autre itinéraire, même si vous deviez traverser la Russie à pieds. Macron a dévoilé son plan concernant l’emploi et je vous parie qu’Irma n’est, à comparer de ce qui se prépare, qu’une petite averse bienfaisante. La France, quand on souhaite changer quelque chose, ben ça devient vite pénible. Je me réjouis de voir le bordel que son plan va provoquer. Ce que je me réjouis le plus? C’est de voir s’il a vraiment des couilles ce Macron, ou s’il fera comme tous les autres lorsque les stations essence seront à sec et que tous les Français devront choisir le char attelé comme moyen de locomotion pour se rendre au boulot. Bon pour Paris ça ne change rien dans les faits. Ils sont habitués dans ces villes à devoir rouler en première.

Ensuite un de mes sujets favoris: le Brexit! Depuis le début j’en ai fait mon pari. De Brexit il n’y aura pas. A Bruxelles, on a l’habitude de traiter avec « sérieux » tous les dossiers qu’on n’aime pas trop. Demandez à Erdogan comment se passent les « négociations » d’adhésion il pourrait écrire un livre là-dessus. Les British, ils n’ont toujours pas compris qu’ils n’ont rien à négocier. Tout leur sera imposé et ils devront avaler absolument tout, sauf la facture finale à payer. En attendant, le pays continue de s’appauvrir et les frontières se ferment gentiment. En clair, c’est sauve qui peut. Manquerait plus que Manchester ne trouve plus de pognon pour ses transferts et qu’ils doivent se contenter d’aller dénicher des talents comme à l’époque dans la banlieue de Glasgow. L’Angleterre, c’est comme Neuchâtel. Dans le Bas, on ne s’est jamais remis de la Belle Epoque. On fait comme si on y était encore alors que l’abysse financière menace de tout emporter. Encore un grand classique. Ne pas savoir vivre avec son temps et ne pas être capable de s’adapter. L’Angleterre redevient pauvre, isolée, et s’accroche à son glorieux passé pour tenter de se persuader qu’elle est encore puissante. Car même entre eux ils ne sont pas d’accord. Le Parlement devrait se pencher pour adapter les règlements européens et les adapter à la sauce Guinness-fish-and-chips. Ça risque d’être drôle car il y a 12’000 (je ne rigole pas…) à adapter. On en a à peu près pour 312 ans à tout mettre en place. Si vous pensez faire carrière en Angleterre, faites juriste! Vous aurez du boulot c’est une certitude. Juste peut-être vérifier si vous serez payés… Mais ce qu’il y a de drôle, c’est qu’il y a vraiment des cinglés au Parlement qui pensent que le Brexit est possible. Je vous invite à penser à quelque chose de particulièrement macabre pour ne pas vous étouffer de rire en buvant votre café. Juste 12’000 règlements à mettre à jour et une facture de quelques dizaines de milliards à débourser… Peut-être demander à Blair ou à Cameron s’ils sont d’accord de participer?

Côté marchés on s’emmerde sec. Il ne se passe strictement rien. L’Europe et les States poussottent comme ils le peuvent, avec une croissance « molle à modérée » pour retranscrire l’imprimeur en retraite Bernanke et une inflation aussi élevée que l’augmentation des salaires dans les banques suisses. Pas les hauts cadres. Ceux-là ils savent encore gagner du pognon autrement. Moi je parle des banquiers dépressifs normaux, ceux qui croient que c’est en alignant les longues heures de travail et une disponibilité jour et nuit qu’ils seront récompensés. Les bourses ne foutent juste rien et je constate que les grands voltigeurs octroient à la Corée une attention toute particulière. La Corée c’est où au fait? Une ville en Floride? Et Machin-Kim il a encore beaucoup de jouets à nous montrer? Au pire quand il enverra encore un pétard ça distraira les traders qui ne sont d’ailleurs même plus inquiets au Mc Do à Wall Street en voyant les cours défiler. Autant se concentrer sur les photos d’une autre Kim. Je parle de Kardashtruc et son fessier aux formes… atomiques. Ok elle était facile. Le Dow Jones a tapé les 22’000 points début août. Là il se traîne à 21’800. C’est vrai que ça fait frémir vu juste comme ça. Ces 200 points (lisez bien: 200!!! c’est complètement fou) reflètent en fait deux prénoms: Irma et Kim. A 100 points chacun ça leur donne 0.4% d’influence. C’est vrai que vu comme ça, pas sûr qu’on s’amuse davantage ces prochains mois.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
57147120e2b3c28df77072a91ab2f78966666666666