Tous les articles taggués Sarkozy

Le marché il sait plus quoi faire…

Le marché il est normal? Le marché il est bipolaire? Alibaba est entré en bourse et on se gratte le ventre. C’est génial et triste à la fois. Mais on s’accroche à ce qu’on peut. Les nouvelles sont maigres et à force de répéter toujours les mêmes choses, le marché fait un pas en avant et un en arrière. Un jour il y a un con qui dit « on achète » pour tout un tas de bonnes raisons et le lendemain on dit « on vend » pour tout un tas d’autres raisons. Plus personne ne sait.

La seule chose qu’on sait en revanche, c’est que nos marchés et nos économies sont accrocs à la dette. On en produit à gogo, avec des graphes qui pointent sans cesse vers le haut et qui raviraient les patrons d’entreprises en termes de chiffre d’affaires. Le système est maintenu en lévitation grâce à la dette d’une part, et grâce aux taux zéro d’autre part. Bill Gross a beau publier des colonnes éloquentes régulièrement, on n’en a que faire. Bertez s’époumone dans l’Agefi et on en n’a rien à faire non plus. Régulièrement, on abaisse les prévisions de « croissance » en Europe. Mais de quelle croissance parle-t-on? Si c’est de la dette dont on parle je suis d’accord. Pour le reste on préfère se bander les yeux et croire que c’est possible. Ponzi fonctionne ainsi. Seul le sommet où tout éclate reste inconnu. On ne sait jamais quand il sera atteint, comme avec Madoff.

En Europe, on recommence toujours et encore à faire les mêmes erreurs. Juncker a promis et vous devinez? Il ne se passera rien. Renzi a promis et a compris ensuite qu’il ne peut de toute façon rien faire. Sarkozy revient en politique, promet, et à regret n’a toujours pas compris que s’il veut toucher au système social français, le pays sombrera dans la révolution. Donc pas vraiment idéal pour la croissance… Enfin sait-on jamais, peut-être a-t-il vraiment envie de cela. Peut-être sera-t-il le seul futur président à réussir à se faire détester encore plus que notre ami François. Car battre Hollande sur le terrain de la médiocrité, je ne veux pas dire, mais c’est un sacré défi que de prétendre à être aussi mauvais que lui. Lire la suite →

Quel avenir pour le crédit ?

| Billet invité | Qui gagnera ? Sarkozy ? Hollande ? Alors que tant de monde se passionne pour un sujet qui ne revêt pas la moindre importance, je vous propose une petite réflexion qui devrait inviter tout un chacun à une prise de conscience.

Les politiques se focalisent depuis des années essentiellement sur l’octroi de crédits. Crédits aux banques par la BCE, crédits aux États par les banques européennes, crédits aux entreprises et aux particuliers par tout institut financier. Mais à quoi sert un crédit ? Toujours d’après les politiques, le crédit est LE vecteur de croissance, le levier qui permet à tout un chacun de décoller, de consommer, de financer, d’améliorer son quotidien. Le crédit permet aux entreprises d’embaucher, de prévoir, de financer des outils de production qu’elles ne pourraient simplement pas se payer en temps normal.

La notion de crédit ainsi utilisée équivaut à la solidarité. Sacrée solidarité… Nous sommes à présent tous liés les uns aux autres. En acceptant de fonctionner à crédit, nous acceptons de devenir dépendants de l’autre. Si mon prestataire s’enrhume, je me mets à tousser. S’il n’arrive plus à obtenir ses lignes de crédit, il ne me commande plus, donc je m’effondre à mon tour. En tant que privé, si je perds mon emploi, je n’arrive plus à renouveler l’emprunt qui me permettait de financer ma voiture. Donc je n’achète plus, donc je ne consomme plus. Donc je survis… Lire la suite →

Un petit mouton peut-il se transformer en grand méchant loup ?

| Billet invité Depuis des mois, j’avoue qu’il m’est terriblement difficile de suivre l’actualité économique au jour le jour. La vérité d’un jour n’est souvent plus du tout la même le lendemain. On annonce un jour le possible règlement définitif du problème de la Grèce et le lendemain, les agences de notation annoncent de sévères avertissements de solvabilité. Garder la tête froide et se faire une opinion de la situation réelle est devenu un exercice de haute voltige.

La presse en général ne fait plus que commenter heure par heure ce qui se passe, sans discernement, à une vitesse qui dépasse mon humble capacité d’absorption. Aussi me permettrez-vous d’apporter un ou l’autre fil rouge à tout cela. Perché sur mon mirador, j’admire tranquillement l’affolement généralisé, comme une cour d’école joyeusement animée.

Règle no 1 : On parle de remboursement de dette. Ou plutôt on n’en parle qu’à demi-mot. Avant d’évoquer ce sujet, il conviendrait d’abord d’équilibrer les budgets des pays en difficulté. Malgré tous les « efforts » entrepris, les gouvernements en sont encore à tenter de promettre une volonté politique d’y arriver d’ici à quelques années. C’est bien connu, chaque déficit est qualifié d’exceptionnel année après année, et ce depuis des décennies. Lire la suite →

La bourse et la vie…

| Billet invitéTout est réuni pour se réjouir. La FED et la BoE vont reprendre l’impression de monnaie. Les entreprises quant à elles continuent de très bien se comporter. Leurs résultats 2011 sont bons globalement. On en oublierait presque les problèmes d’endettement des Etats et le chômage des jeunes…
Il ne faut pas être un mage pour prédire ce qui va se passer. La bourse ne peut que monter. Je prédis avec enthousiasme une envolée de cette dernière. Le cours des actions sera dopé par les liquidités abondantes et la fausse impression que, grâce aux mécanismes d’aide mis en place, la crise de la dette sera enfin réglée.

Le problème n’est que repoussé. On essaie de diluer les dettes et de les répartir sur le plus grand nombre possible d’intervenants. On espère ainsi que chaque pays, ou institution participant à cette joyeuse fête de l’endettement, arrivera avec le temps à gérer ses engagements. En revanche, je constate qu’on ne rembourse toujours rien. Pire, on s’endette encore et toujours ! Mais tant que le système n’explose pas, pas de risque de guerre, pas de troubles sociaux suffisamment puissants pour inverser la tendance.

Même les Français, pourtant si déterminés habituellement à témoigner leur mécontentement, ne descendront pas dans les rues. M. Sarkozy s’est suicidé hier soir lors de son allocution télévisée. Les Français ne lui pardonneront jamais d’avoir perdu le fameux triple A d’une part, et d’autre part de parler d’augmentation de taux TVA. Reviendra à M. Hollande le privilège de mener une politique… de droite dans les années avenir. Les marchés ne lui en donneront pas le choix. Lire la suite →

Sortir du cadre !

De sommets de la dernière chance en «G vains» rocambolesques, les gouvernements politiques nous prouvent qu’ils sont incapables de concevoir l’impasse dans laquelle ils nous ont embarqué. Le spectacle de la gestion de la crise pourrait s’avérer hautement comique s’il ne générait pas autant de dégâts présents et à venir. De postures grotesques en aveux d’impuissance, les inextricables contradictions de nos dirigeants se heurtent toujours aux mêmes murs et se concluent toujours par les mêmes pathétiques communiqués triomphateurs mais dépourvus de toute solution.  Cela relève en fait de la plus pure logique puisque des solutions, tant que l’on reste dans le cadre actuel, il n’y en a pas !

Pour débuter cette année cruciale, je vous propose un petit exercice ( voir problème ci-dessus et réponse ici ) destiné à illustrer le fait que tant que nos réflexions restent confinées à l’intérieur d’un cadre idéologique erroné, les solutions préconisées ne font qu’aggraver les problèmes initiaux. J’en veux pour preuve les logiques d’austérité imposées aux peuples qui, mécaniquement, ne font que diminuer la consommation ainsi que les recettes fiscales et donc au final renforcent la récession et augmentent la dette publique…
De la droite dure à la gauche molle (magnifique contrepèterie), toutes les solutions envisagées jusqu’à maintenant pour sortir de la crise sont totalement ancrées dans le cadre et donc vouées à l’échec. Lire la suite →