Tous les articles taggués Grèce

La résistance c’est en France en général ou bien?

C’est Noël pour l’ASLOCA qui peut refaire parler d’elle ces jours, puisque le taux hypothécaire de référence vient de tomber à son plus bas historique à 1.5%. Sauf que l’ASLOCA tout le monde s’en fiche puisque mis à part si vous avez un gros litige avec votre bailleur, personne ne l’écoute. Les locataires continueront donc de s’acquitter gracieusement de leur loyer trop cher en ne demandant aucune baisse de loyer, comme d’habitude, et choisissent en se taisant d’engraisser la panse des propriétaires. Sauf que eux, quand les taux repartiront à la hausse, enfin s’ils repartent un jour, ils n’oublieront pas de tondre les gentils locataires.

A chaque fois que l’on parle « taux », moi je pense « dette ». C’est dingue ça me poursuit ce mot, sauf la nuit quand je dors. Je ne peux m’empêcher de penser à la Grèce qui est censée se refinancer sur les marchés dès septembre. Ils vont devoir payer combien pour emprunter? Pas facile de pricer un emprunt lorsqu’on sait l’émetteur en faillite et qu’il ne remboursera jamais ce qu’il doit. Mon regard se tourne ensuite tristement aux States où là aussi mon cœur se serre. Tant de véhicules trop gros et trop chers achetés à crédit… Et les prêts étudiants qui s’envolent de jour en jour. Trop triste tout cela. Cela finira mal pour beaucoup de gens et pour beaucoup d’établissements financiers. Mais bon il y a Trump pour le moment. Pour le moment je dis bien. Car on va bien rire la semaine prochaine. Alors soit l’ex du renseignement se met vraiment à table devant le Congrès et il balance tout. Et ça risque de remuer pas mal, soit Trump parvient à le « convaincre » par des arguments parfaitement légaux qu’il vaut mieux qu’il dise qu’en fait son chef était super généreux avec lui et que c’est un super type tout honnête. On va se marrer! Lire la suite →

On roulera tous gratuit…

Je l’annonce en grande primeur ce matin sur ce blog: la mort des moteurs hybrides est annoncée. Et ceux qui développent des moteurs électriques peuvent dire adieu à leurs études. L’avenir? C’est le pétrole. Car bientôt et à ce rythme-là, on vous offrira le café et on vous paiera votre plein d’essence si vous vous rendez chez votre garagiste. Le pétrole n’en finit pas de s’effondrer et tout le monde panique. Alors pour rappel, il n’y a juste pas à paniquer. Le baril s’est longtemps trouvé aux environs de 15 dollars… c’était il y a vingt ans. Donc ce que nous vivons, c’est tout du connu et c’est excellent pour moi. Je vais enfin m’acheter la toute dernière Porsche Macan dont je rêve tant et je vais faire installer immédiatement une puce pour obtenir les 1000 chevaux dont je rêve. Ce sera très utile pour moi lorsque je devrai dépasser des tracteurs. Et mon garagiste sera très content de m’offrir un plein d’essence tous les trois jours.

Le pétrole bas est bon pour l’économie. Je ne paye plus rien à la pompe, donc pour moi ce n’est que bénéf. Alors pourquoi nous dit-on que le pétrole trop cheap n’est pas bon pour l’économie? Alors il semblerait que tout le monde soit effrayé de la dette des pétrolières. Et qui dit dette dit aussi banque. Et ce serait pour cette raison-là que les banques sont passées à la moulinette depuis le début de l’année. Je suis certain bien entendu que BP, Royal Dutch ou encore Exxon vont disparaître dans les deux semaines qui viennent. Foutaises que tout ça! Si la méfiance envers les banques est telle ces jours, c’est uniquement dû aux paris complètement fous qui sont pris sur le pétrole. Et qui sait quels paris sont en jeu? Qui connaît qui doit à qui et combien? Qui connaît ce que quelle banque a prêté et à qui? Comment s’est-elle couverte? Là se trouve le véritable enjeu! Et dans ce capharnaüm, personne n’y voit clair. Donc le secteur est simplement laminé. Lire la suite →

Bien choisir son cheval

Les bourses continuent de nous jouer des tours. Certes elles restent à des niveaux très élevés mais elles ne parviennent pas, ou plus c’est selon, à refléter véritablement ce qui se passe dans l’économie. Le DOW ne fait plus rien. Il plafonne. Le SMI plafonne aussi. Le DAX est bien monté ce printemps mais depuis, il a reperdu plus de 1’000 points. C’est beaucoup. En clair, plus personne ne sait. La Chine inquiète à présent. Dans un premier temps on minimise les dégâts. C’est toujours comme cela que l’être humain agit en premier. Mais là ça fait beaucoup en peu de temps. Et l’Etat a beau dire qu’il contrôle la situation et que tout va bien. En fait il ne contrôle rien du tout. Une bourse ne s’effondre pas simplement de 8% en un jour juste comme ça…

Pourtant tout a été tenté. On a massacré les taux. On a arrosé les marchés de cash. On fait tout pour que le système ne parte pas en sucette (même en faisant n’importe quoi comme avec la Grèce par exemple). Et maintenant une main invisible continue d’agir sur peut-être le seul asset qui peut encore réveiller nos vieilles économies endormies: le pétrole! Partout sur la planète, on produit comme des fous. Et surtout aux Etats-Unis. L’offre est surabondante et on semble s’en inquiéter en coulisses. Mais il n’existe aucun hasard. Les producteurs ont reçu l’ordre d’ouvrir les vannes afin de faire chuter les prix. Le but? Alléger la facture des consommateurs pour qu’ils consomment autre chose. Qu’ils se remettent à espérer. Qu’ils se remettent à vouloir entreprendre. A s’endetter. Pour mieux consommer. Pour mieux se distraire. Pour mieux oublier la vie grinçante de leur quotidien. Lire la suite →

Le grand huit!

Le ridicule ne tue pas et c’est tant mieux. Car dans la planète finance en ce moment, c’est juste les montagnes russes. La Chine se prend à jouer avec ces dernières. La bourse continue de faire des siennes et personne ne sait vraiment si la situation est vraiment grave. Info ou intox? Les Chinois en sont les maîtres absolus. Surtout en fait dans la non-info. Bref passons. Depuis quand s’intéresse-t-on à la Chine et à leur bourse? Finalement, tant que ça reste chez eux, on s’en fiche royalement.

Ensuite reste encore et toujours notre bonne vieille Europe. Une Europe qui ne sait toujours pas où elle en est. En France, où tout se passe différemment d’ailleurs, nous venons de vivre la vivifiante épopée des tracteurs qui ont tout bloqué. Et bien entendu, le gouvernement a cédé, promis, mis la main à la poche. C’est toujours comme ça en France. Il n’y a pas de sous mais on en trouve toujours. L’important dans ces cas-là, et peu importe le prix à payer lorsque les images télé tournent en boucle sur les chaînes du monde, c’est de ne pas perdre la face n’est-ce pas M. Vals?

Quant aux Allemands merci ils se portent très bien. Ils continuent leur hard line envers et contre tous, nous rejouant ce qui a déjà coûté leur perte au début du siècle passé. A force de vouloir maintenir cette Europe debout, de cette manière-là, avec les modalités en place, on court au clash. Personne ne souhaite se faire imposer de telles souffrances. Pas même les Grecs. Alors à tort ou à raison je ne dis pas. Mais il est un fait que je relève. Lorsqu’on impose quelque chose à quelqu’un, même s’il semble l’accepter à première vue, il arrive toujours le jour où ce dernier se rebellera. Et quand ça se passe en général, lorsque le rebelle décide de se redresser, c’est rarement dans un climat serein de bienveillance que cela se déroule. Donc chaud devant. C’est écrit. Lire la suite →

Le maître-mot est: volatilité!

Enfin quelque chose à écrire. C’est dingue, car ça fait des plombes qu’on s’ennuie grave sur les marchés aseptisés, comme lorsqu’on essaie de cuire de l’eau dans une immense marmite juste avec un briquet. Donc THE sujet du jour, c’est encore et toujours la Grèce. Avec des marchés hautement perturbés et le retour de l’incertitude totale. Une volatilité bienvenue qui, si la baisse se poursuit, pourrait représenter une sacrée opportunité pour les investisseurs de revenir sur les marchés.

Car rappelez-vous. D’euphorie il n’y a pas eue. Absolument aucune. Nous vivons une hausse des marchés depuis cinq ans que rien, je dis bien rien, n’a encore pu détruire. Une longue hausse presque linéaire. Alors ok les changes sont aussi secoués et c’est une bonne chose. Je remarque en outre que le grand transfert que l’on pourrait attendre sur les métaux précieux ne se fait pas (l’or ne bronche pas). Alors ça peut vouloir dire deux choses. La première, c’est que les marchés, bien qu’en baisse, ne pensent qu’il s’agit là que d’une simple correction. Et qu’une fois le cas grec réglé, Grexit ou pas, les marchés poursuivront leur marche en avant. La deuxième raison, c’est qu’on pourrait très bien vivre dans un déni total de la gravité de la situation et qu’on n’anticipe absolument pas le pire. Lire la suite →

 
non mattis risus nec ut in ut sit ut Praesent vel,