On pense qu’on sait mais on n’y voit rien

Encore et toujours Trump qui fait souffler le chaud et le froid dès qu’il intervient sur Twitter. Les paroles apaisantes apportées par le président chinois ont quelque peu calmé les marchés, même si je n’en crois rien. Ce message diplomatique, intelligent, allant dans le sens du chef Sioux cache de toute façon d’âpres négociations à venir. Un Chinois négocie tout, sur tout, avec le sourire aux lèvres, c’est dans les gênes de la culture asiatique. Je ne me fais donc aucune illusion sur les temps qui sont devant nous. Se faire une idée précise de ce que sera le monde après les négociations est aussi certain que d’avoir voulu prévoir que la Roma battrait le Barça. Espérons juste que l’extase de tout ce bazar ne nous fera pas perdre la voix comme ce brave commentateur italien qui n’en pouvait plus. Pékin assure en outre qu’il ne dévaluera pas sa monnaie. On est pleinement rassuré de lire cela. Et si ça descend quand même, ce ne sera pas de leur faute bien entendu.

Ceux qui rigolent en ce moment en bourse, ce sont les majors. Le pétrole est en feu et tout ce qui tourne autour du secteur se fait des c…. en or en ce moment. Pourvu que ça dure, surtout pour tous les idiots qui sont restés short car rappelez-vous c’était un coup sûr. Le pétrole devait aller à $10. Quant au reste on s’amuse bien également, surtout dans le secteur du luxe. Swatch s’envole gentiment. Ecrire que c’est une « surprise » serait me discréditer moi-même. Aucune raison de me flinguer en plein vol puisque cela fait longtemps que j’en ai fait un de mes top-pick. Quant à la pound, elle est au plus haut depuis 2 ans. Dingue non? Aller se mettre une moque à la Guinness devient plus cher de mois en mois. Là encore de sacrés bouillons à passer pour tous ceux qui ont parié à tort sur l’extinction rapide de l’Empire. Et la Reine peut dormir tranquille dans ses châteaux car ses voyages à l’étranger coûtent de moins en moins cher. Lire la suite →

M’enfin il va la boucler le blondinet ou bien???

Hier on s’est à peine remis de notre indigestion de mauvaises nouvelles et voilà que M. Trump en remet une couche. Avec la Chine, qui riposte, c’est comme lorsque vous vous engueulez avec votre chère et tendre. Il n’y aucun vainqueur à la fin, si ce n’est des larmes une fois la pression retombée. Mais pour le moment, on n’en pas du tout là. C’est l’escalade généralisée. Trump a menacé la Chine de rétorsions pour 50 milliards. La Chine a déployé deux jours plus tard une liste de produits qu’elle allait taxer pour 50 milliards. Et cette nuit, Trump vient d’en remettre une couche en annonçant de nouvelles mesures de rétorsion pour 100 milliards. Quand on est con, en général on le reste. Quand on ne sait pas communiquer, en général on n’y arrive pas non plus, même si on suit des cours appliqués en communication non violente. Certaines personnes n’y arrivent juste pas, même si elles se donnent de la peine. Elles vivent par le rapport de force.

Je ne sais pas comment vont réagir les marchés à tout cela. Hier nous étions en mode rebond massif et là ça fait paf dans le ciboulot! Je me réjouis de voir la tronche des marchés aujourd’hui. Peut-être en arrivera-t-on à une certaine lassitude, comme pour les attentats. Les attentats, lorsqu’ils se produisaient, ça pesait sur les marchés. Maintenant quand il y a un carnage? On répare le métro le jour même et on va bosser le lendemain comme si de rien n’était. Peut-être arrivera-t-on à cela en bourse, à une certaine lassitude. Peut-être bien que les marchés finiront pas s’y accoutumer, à prendre ce qui est, à se concentrer sur les chiffres et non pas sur les déclarations tapageuses du Maître en communication violente. Lire la suite →

La retraite est proche pour moi… ou pas.

A voir la tronche de la bourse, type tulipe qu’on a oublié d’arroser pendant des semaines, je crois qu’il n’est nul besoin d’en écrire trop sur le sujet. Le monde se cherche. Les économistes et analystes sont comme nous. Ils ne parviennent pas à mesurer les implications des mesures commerciales prises par les différents gouvernements. Ils ne parviennent pas non plus à identifier quelles mesures impacteront quelles entreprises et de quelle manière. En bref, c’est compliqué! Et quand c’est compliqué, les cours baissent car personne ne voit rien. Il n’y a pas d’affolement, mais ça baisse. C’est tout ce qu’il y a à dire pour le moment. Il ne vous reste donc plus qu’à prendre votre mal en patience et sortir vos boules de pétanque pour quelque temps… et ne plus regarder les cours. Nous reprendrons le sujet quand ça se sera un peu calmé.

Remarquez que les vendeurs de pétanque en France doivent se frotter les mains. Otages des cheminots, la France est à l’arrêt. Même Air France est touchée aussi, comme si le rail ne suffisait pas. Tant qu’à faire, autant se coordonner lorsqu’on décide de se moquer de son propre peuple, qu’on décide de torpiller l’économie de sa terre nourricière. Les seuls qui doivent être vraiment heureux, cela doit être les cheminots. D’ailleurs et très sérieusement, sachez que j’ai remis mon cv à jour et que je vais postuler à la SNCF. En m’engageant chez eux, sous le régime de la CCT votée en 1938, j’aurai droit à ma retraite dans pile 4 ans, à l’âge de 52 ans. Mais ce n’est pas tout. Car durant mes 4 années de travail, j’aurai droit à mes 9 semaines de vacances par an. Ça fait réfléchir non? En fait, les cheminots français ont bien raison de se mettre en grève et on peut les comprendre après tant d’années sous ce régime – comment dire – favorable. Qui ne le serait pas? Lire la suite →

Ça tire la gueule!

Un retour en l’an 2000 s’impose ce matin. Oui je sais ça fait déjà un sacré un bail. En l’an 2000 éclatait la fameuse bulle des technos. Toute société dont le nom se terminait par « .com » cartonnait en bourse. Même celles qui faisaient tout et n’importe quoi. Qu’a-t-on appris de cette période? A peu près rien, sauf ceux qui ont appris qu’il ne sert à rien de croire aux miracles et que même si des titres de VRAIES sociétés montent moins vite en bourse, il vaut mieux se rabattre sur ces dernières. Les vraies sociétés, celles qui fabriquent quelque chose du durable, continuent de bien se porter, continuent de verser des dividendes, continuent de produire des biens qui durent plus que 6 mois. Le Wall Street Journal vient de prendre sa calculette: 5 grosses sociétés technos viennent de se reprendre 400 milliards de dollars dans les gencives. Parmi elles Amazon, Facebook, Google. Ces boîtes elles produisent quoi? Juste rien, du vent. Des sociétés passe-plat qui vendent tout et n’importe quoi, jusqu’à l’absurde. Ne comptez donc pas sur moi pour m’angoisser de les voir s’effondrer en bourse, même si le reste prend l’eau également. Et quand on voit Facebook, immense paquebot qui prend l’eau de partout sans aucun capitaine à bord, ça donne à réfléchir. Zuckerberg n’a aucune idée quelles données se baladent et où, ni comment protéger son truc, ni quoi faire pour bien faire. Ensuite prenez Tesla. Trop cool ces bagnoles. Sauf que produire à perte ne sert à rien, même si on est super fort dans la vente du rêve. En fait c’est comme quand vous achetez un titre quand il est haut et que vous le revendez quand il est bas. Ça ne marche simplement pas.

Personne n’avait prédit la météo de ce mois de mars. On sait à présent que c’est le mois de mars le plus froid depuis 30 ans. Personne n’avait prédit l’effondrement de ces daubes technos en bourse en mars non plus. Et maintenant que lis-je? Avril devrait être « compliqué ». Ah bon? Je constate une chose. La défiance sur les titres-daubes est un fait. Les parieurs retirent leurs billes et pour le moment ils ne font rien de leur cash. Mais une fois qu’ils auront avalé la couleuvre et repris leurs esprits, il faudra qu’ils se posent une bonne question: où investir leur pognon? J’imagine volontiers que les taux négatifs suisses hyper attractifs sauront les appâter. Sans blague. Ou pire, acheter des bons du Tresor à 10 ans avec un dollar destiné à atteindre zéro à terme et un rendement de m…. Alors on achète des actions de VRAIES sociétés? Sûr que l’idée reviendra sur le tapis. Mais il faut un peu de temps aux marchés pour digérer la baston qui a lieu en ce moment. Et moi pendant ce temps je me poile. Lire la suite →

Les daubes suffoquent

Je débuterai avec fanfare et tambours en reprenant la citation de M. Lehmann, boss d’UBS au pays de la fondue: « Chez UBS, la fierté est de retour ». Tout est dit. Peut-être une nouvelle manière de communication toujours aussi détonante de la part du géant bancaire qui reprend l’avantage sur Credit Suisse dans son match à distance. Je connais encore beaucoup de banquiers et je peux vous dire qu’ils font simplement peine à voir. Il y a bien longtemps que la banque ne fait plus rêver personne. On y travaille par dépit. A quand la prochaine prune à régler? 10 ans de prunes successives je rêve. Il faudra 30 ans pour effacer ça, sans aucun scandale. Au-delà des chiffres, du bénéfice, il y a la confiance. Le mot « confiance » ne fait plus partie des valeurs des banques, mis à part certaines banques régionales qui ont conservé cela en ne dérapant jamais au-delà de leur métier de base. Un client vient déposer de l’argent, et la banque en profite pour le prêter à d’autres. C’est aussi simple que cela.

En bourse ça panique et ça ne panique pas en même temps. Une constatation: les daubes se font laminer. Après Facebook qui n’a toujours pas compris que plus personne ne leur fera jamais confiance (debleu de nouveau ce mot qui ne se mesure pas en francs…), c’est au tour de Tesla de se faire bousiller séance après séance. On commence à prendre conscience du désastre et qu’au bout d’un moment, à force de promettre, il faut délivrer. Tesla produit 2’500 voitures par semaine. Cela fait longtemps qu’ils devraient en produire 5’000. Et il est prévu, ou plutôt promis, d’en produire 10’000 en fin d’année. Mais ce qu’il faut savoir encore, c’est que Tesla doit rembourser USD 1.2 milliards dans les 12 mois qui viennent. Tout cela donne confiance pas vrai? Surtout lorsque l’on sait qu’ils n’ont jamais encore gagné quatre sous et qu’ils brûlent une tonne de cash par mois. Lire la suite →

 
Aenean Nullam mattis id lectus sem,