Plus jamais peur

Je l’évoquais dans un précédent billet: l’économie mondiale tourne à plein régime. En tête, les constructeurs automobiles qui investissent à tour de bras. Renault-Nissan-Mitsubishi-Toyota-Mazda annoncent des investissements s’élevant à 2.6 milliards dans une usine et un fond dédié à la recherche. Ça fait beaucoup de ptits sous tout cela… Et comme ce genre d’annonce n’est pas rare, pas étonnant que les titres des constructeurs quittent la route pour mieux s’envoler. Un comble. Les indices quant à eux s’envolent littéralement, cassent toutes les barrières à la hausse séance après séance, comme s’il ne pouvait plus rien arriver. Le pétrole a semble-t-il décidé de s’établir au-dessus des 60 dollars et l’or se tient bien également. Un titre attire particulièrement mon attention: c’est Swatch. Le train est parti et avec les chiffres que va nous balancer la famille Hayek d’ici à quelque temps, pas dit que la hausse ne s’accélère pas dans les mois qui suivent. Ils seront canons j’en fais mon pari.

En clair nous avons actuellement: croissance, taux d’intérêts bas, banques centrales très gentilles avec tout le monde, aucun choc sur les monnaies, pétrole bon marché, chiffres records des entreprises, ventes retail qui pètent le feu aux States, et pour finir Credit Suisse qui n’a pas annoncé de nouvelles amendes depuis au moins trois semaines. En fait, je ne vois qu’un seul élément qui puisse faire dérailler tout cela: Roubini. Le mec on ne l’entend plus depuis longtemps. Il y a 10 ans c’était le roi car il avait vu juste avec le crash. Mais comme ça fait 8 ans qu’il dit qu’on va se la reprendre, peut-être que si on l’invite sur un plateau télé et qu’il se montre hyper convaincant ça pourrait le faire. Mais pas sûr. Roubini ou Faber, pas certain qu’une chaîne télé ait envie de leur accorder la moindre seconde d’attention. Lire la suite →

30’000 – 10’000 – 3000

Cours de maths appliquées ce matin pour tout le monde histoire de nous aider à comprendre ce qui se passe actuellement sur les marchés. A l’unisson, je dis bien à l’unisson, les experts pensent que les marchés vont continuer de monter. Les pétrolières sont en feu. On repense aux minières (secteur complètement oublié jusqu’à présent). Les constructeurs automobiles arrosent le monde de nouveautés. Tout cela additionné nous donne un formidable moteur destiné à alimenter la croissance. D’autre part les taux restent bas, la croissance se manifeste enfin en Europe et reste solide chez Donald. Le taux de chômage continue de baisser, même chez les pestiférés européens. Macron déroule de son côté et il semble bien que la France soit sur le point de vouloir se faire une place au soleil. Nous ne possédons donc que des + qui s’additionnent. Où que l’on regarde, c’est +, + et encore +.

Les marchés ne s’y trompent pas. Tokyo est au plus haut depuis 26 ans. Le Dow a poussé la chansonnette en dépassant la barre des 25’000, en route vers 30’000. Le S&P 500 a passé 2’700, en route vers 3’000. Le SMI a craqué les 9’500, en route vers 10’000. En scrutant mes charts, je constate également que les valeurs secondaires poursuivent leur ascension, signe que les parieurs recherchent à tout prix des titres pouvant surperformer les poids lourds. Vestas reste un titre que je suis avec attention. Les turbines marines et les éoliennes font partie de l’avenir. Je ne serais pas surpris que le titre double tout simplement, après avoir encaissé la nouvelle d’une baisse de soutien du côté US. Un secteur complètement oublié depuis longtemps reste celui des financières. Des Panzer tels que CS et UBS, mais surtout UBS, devraient à terme valoir beaucoup plus que ce qu’ils sont. UBS est au plus haut depuis deux ans et je ne vois pas ce qui pourrait entraver sa marche en avant. Tant que la croissance est là, que les taux restent bas (donc risque moindre de devoir provisionner des crédits pourris), les bancaires devraient tirer leur épingle du jeu, avec un potentiel de rattrapage très important. D’autre part la perspective encore lointaine d’une remontée mielleuse des taux dès 2020 devrait gentiment appâter les coureurs de bonnes affaires. Mais je le reconnais, 2020, c’est très (trop) loin pour les boursicoteurs. 2020, ce n’est plus du long terme. On n’arrive même plus à réfléchir à pareille échéance. Le long terme de nos jours, c’est tout au plus le mois prochain… Toujours au niveau des financières, regardez le prestataire de produits structurés Leonteq. Il a été 232. Il vaut 66. Il valait 27 à la louche il y a un an. Typiquement le genre de titres qui devrait sortir son épingle du jeu. Lire la suite →

Des bulles qui font péter la cervelle

Bonne année! C’est ce qu’on se dit chaque année. On prend de bonnes résolutions qu’on tient à peu près l’espace d’une semaine et ensuite tout repart comme si de rien n’était. Le réveillon est passé et nous avons changé d’année. Mais à voir ce qui se passe en bourse, je soupçonnerais presque les fabricants de champagne d’avoir inséré une substance dans leurs flacons pour que le breuvage nous fasse perdre la tête.

2018 est donc lancée à tombeau ouvert, avec des bulles de champagne qui ont contaminé les investisseurs. Les cours explosent à la hausse et peut-être qu’enfin la voilà véritablement lancée, cette fameuse phase d’exubérance totale témoignant le début de la fin d’un cycle. Je l’écris depuis pas mal de temps et on verra si mon instinct est correct. Je continue de penser que la hausse des cours n’est de loin pas terminée et que nous verrons une année assez animée. Nombre de titres disposent encore d’un immense potentiel de rattrapage et ce sont ces titres-là qui sont à présent à privilégier. Mais à de tels niveaux et vu les profits engagés, ce sont surtout les nerfs qui seront mis à contribution. Rester à de tels niveaux, tenir les positions et ne pas rater la sortie. Tel est le challenge et comme l’ami Gordon le disait, greed is good. L’être humain est ainsi fait. Il en veut toujours plus. Rien de pire que de passer à côté d’une opportunité de se faire un max de pognon. Car après on s’en veut tellement… Oui c’est très triste je sais. Lire la suite →

T’as pas 20 balles?

Vous connaissez Youbit? Il paraît que c’est le nom d’une plateforme d’échange de cryptomonnaie en Corée qui a fait faillite cette nuit suite à un piratage. Youbit? = blockchain = Bitcoin = ferme d’ordinateurs entassés dans un hangar qui « frabrique » des bitcoin engraissés par des algorythmes = j’y comprends rien à ce bordel! En plus simple, investir dans cette daube, c’est en fait comme si vous filiez 20 balles à quelqu’un qui sent la fumette que vous ne connaissez pas du tout au coin d’une rue et qu’il vous dit: « Attends. Je te prends tes 20 balles et je reviens… ». Vous le voyez ensuite déguerpir à toutes jambes et vous ignorez s’il reviendra. Vos 20 balles? Peut-être un jour 40… si le mec revient… peut-être plus rien du tout s’il s’est fait piraté en route. Mais c’est sûr, à cause du bitcoin c’est toute l’industrie des fermes à crocodiles qui est menacée puisque l’on cultive également le bitcoin dans de grandes fermes pleines d’ordinateurs. Je rigole.

La bourse quant à elle continue de grimper. Quand le Dow va-t-il taper les 30’000? Peut-être l’histoire de quelques mois seulement au vu de l’engouement créé par Mr Trump et son programme destiné à enrichir les riches et appauvrir les pauvres. Croissance droit devant du côté US. Mais aussi croissance de la dette. Ce qui est bien c’est que la dette tout le monde s’en fout complètement. Elle ne coûte pour l’instant quasiment rien et depuis bien trop longtemps. On a d’ailleurs presque oublié qu’une dette pouvait avoir un prix. Chez les British on s’occupe du Brexit, même si on n’y est pas encore du tout. Personne n’a intérêt à ce que les négociations capotent mais d’ici qu’elles aboutissent, ça va durer encore un sacré moment. Et Londres restera Londres… Je rappelle au passage que bien souvent, c’est assez facile de bien s’entendre sur les grandes lignes, comme lorsque vous tentez une mise en ménage avec votre chérie. C’est ensuite que ça se complique, lorsqu’il s’agit d’aborder les caractères écrits en tout petit de votre contrat que personne n’avait lu jusqu’à présent mais qui sont hyper contraignants. Un peu comme quand Madame vous indique qu’elle avait oublié de vous dire qu’elle doit impérativement dormir avec deux ventilateurs même en hiver parce que ça la rassure d’entendre le bruit de l’hélice… Entre Bruxelles et Londres ils en sont encore là. Ils discutent facile en ce moment et vont boire des bières ensemble. Sauf qu’un de ces quatre il y a un con qui renversera son verre sur la tronche de l’autre… Lire la suite →

XBT

C’est toujours ainsi que ça se termine. Les banques crient au loup, ensuite elles font exactement le contraire, comme le gentil mouton qui tente d’échapper au loup une fois qu’il s’est rendu compte qu’il a des dents. Ce matin tôt, un « Future » a été souscrit pour échéance… 17 janvier. Le prix? 18’850.00. C’est plus cher que le Bitcoin. Donc la furia continue, ce qui a entraîné hier à Chicago l’interruption du « service » pendant 20 minutes en raison de « congestion de trafic », un peu comme à l’aéroport de Zürich hier mais pas pour les mêmes raisons.

Pour les grands initiés, le ticker propre au Bitcoin est XBT. On apprend aujourd’hui que Goldman Sachs (mais quelle surprise) et ABN Amro Bank (ça leur rappelle les tulipes…) offrent à leurs clients la possibilité de passer des ordres pour du Bitcoin. On apprend encore que le Bitcoin sera coté, dès 2018, au… Nasdaq, avec les autres grandes valeurs techno. Trop cool tout ça. Aux prochaines élections, moi je vote Bitcoin. C’est la Référence, XBT. XBT for ever. Comme les tulipes. Et Jamie Dimon il change quand d’avis???

 
leo. commodo velit, luctus tempus ultricies felis ut