Archives pour janvier, 2018

Le dollar, Mnuchin et les montres à l’heure

Je n’éprouve le plus souvent aucune compassion pour les politiques qui changent d’avis tous les 3 mois. Mnuchin n’est pas un politique puisque ce mec travaille pour le Gouvernement américain et qu’il est censé dicter le cours du dollar au reste du monde. Le restart de la guerre des changes a été donné lors d’une course de traîneaux à Davos. Mnuchin n’a rien trouvé de mieux de dire qu’un dollar « faible » est bon pour les Etats-Unis. Le lendemain à la tribune des singes, Trump déclarait exactement le contraire. Et hier, ce brave Mnuchin déclarait à tout le monde que ses propos davosiens ont été mal interprétés (tous des ignares ceux qui l’ont écouté) et que bien entendu, un dollar « fort » est bon pour les Etats-Unis.

Reste que le mal est fait. Les Etats-Unis ont bel et bien déclaré une nouvelle guerre des monnaies. Trump a compris que négocier des droits de douane fâchait tout le monde, et qu’il est plus facile de faire passer sa pitance en dévalorisant le dollar. C’est cet effet qui a ébranlé les marchés ces derniers jours. L’économie doit à nouveau s’adapter à une nouvelle donne. Les entreprises doivent prendre en compte ce nouveau paramètre et faire avec. Nous nous retrouvons donc à nouveau tel un crapaud dans une marmite dont l’eau chauffe gentiment, insensiblement, jusqu’au prochain arrêt de bus. Lire la suite →

Warren Buffet, la vie et Federer: mode d’emploi pour réussir

L’immense Monsieur Federer joue au tennis, et plutôt bien. Mais aujourd’hui pas question de vous parler de tennis, c’est anecdotique, même si le Maître a encore repoussé les limites du possible hier. Ce billet se veut volontairement quelque peu décalé pour une fois, mais vous verrez, le parallèle est saisissant. Pas question en revanche de vous embêter en donnant des leçons, car j’en suis bien incapable et surtout beaucoup trop respectueux de la voie que chacun choisit pour réussir sa vie. Ou pas.

Il y a plusieurs années, et là se trouve la leçon Federer, ce grand monsieur du tennis l’a pilé. D’autres joueurs, beaucoup plus puncheurs que lui, lui ont « volé » des titres. Lorsqu’il croisait la route de Djokovic ou Nadal, c’en était bien souvent terminé. Ces deux joueurs n’étaient pas plus doués que lui techniquement, mais ils jouaient avec une telle intensité et une telle agressivité que Federer ne pouvait rien y faire. Pendant des années le même scénario s’est dessiné. Federer jouait bien, mais à la fin, c’étaient les autres qui gagnaient. Et qu’a fait Federer durant toutes ces années? Il a continué à jouer au tennis. Il s’est fixé comme simple but de trouver du plaisir dans son jeu, de s’amuser et finalement, d’accepter qu’il ne rivalisait pas avec ses concurrents-là.

Warren Buffet ne joue pas au tennis. Lui, il vit toujours dans sa petite maison en bois et tient son meeting annuel dans l’Oklahoma une fois par an en mangeant un burger-frites et en buvant un Coca. Le reste de l’année, le milliardaire étudie l’économie, décèle les entreprises dont le potentiel est endormi et investit ensuite des sommes colossales dès qu’il sent que le poisson va frire. Buffet et Federer jouent exactement le même match. Contre vents et marrées, ils continuent inlassablement de faire ce qu’ils aiment faire. Peu importe le succès. Peu importe qui se trouve de l’autre côté du filet. Peu importe si la période boursière est propice ou non. Eux deux continuent inlassablement d’être concentrés sur leurs qualités, à s’écouter, à prendre du plaisir dans leur activité. Ils planifient soigneusement ce qu’ils vont entreprendre, en prenant en compte les paramètres du moment. Lire la suite →

C’est VOTRE problème!

On peut faire comme on veut. Les bourses mondiales sont dirigées par les Etats-Unis. Quel scoop pas vrai je suis mort de rire… Alors que rien ne semble pouvoir toucher durablement les bourses mondiales, que tout est sous contrôle, que le mètre cube en Corée se tient tranquille (pour le moment), voilà qu’un tout « petit » grain de sable vient troubler la fête. Et ce tout petit grain de sable, c’est le dollar. Ah bon? Les Ricains veulent le dévaluer davantage? Je n’ai cesse de le répéter encore et encore, la vraie valeur du dollar, c’est ZERO! Le dollar perd des plumes, toujours davantage, avec des phases où il se maintient à un niveau stable. Mais sur le long terme, le dollar et si vous l’empilez à la maison, il vous servira tout au plus comme allume-feu. Du vulgaire papier. C’est à Davos que les States rappellent à ceux qui l’auraient oublié cette fameuse maxime: « le dollar, c’est notre monnaie, c’est votre problème ». Gravez-vous ça dans un coin de la tête. Et si vous n’êtes pas d’accord avec moi, que celui qui me trouve un seul argument valable lève la main. Un pays qui n’a court qu’au seul endettement pour survivre, c’est un pays en faillite. Et Trump a décidé d’en remettre une couche avec sa fameuse réorganisation fiscale. Il faut bien la financer quelque part non?

Donc les choses se compliquent un petit peu. L’Euro devient à nouveau trop fort et la course à la dévaluation reprend de la vigueur. Il était temps car on s’emmerde un peu à regarder tous ces marchés monter même si ceux qui sont dedans se font plein de pognon. Donc le dollar se casse la figure et ça fait peur à tout le monde. Donc si inflation en Europe, donc si croissance vraiment constatée, Draghi il monte comment ses taux s’il ne veut pas pénaliser les exportations européennes? Et dans le même temps, ce sont les Etats-Unis qui vont réussir à monter un peu les leurs. Il faut bien faire preuve de bonne volonté pour attirer ceux… qui décident de financer le train de vie d’un pays en faillite. Lire la suite →

Risque d’avalanche: degré 5

On peut se faire tous les dessins qu’on veut. Pour l’instant, il neige et il neige dans les Alpes, et rien n’indique que la couche de neige tombée fonde de sitôt. En fait, il y a tellement de neige que le degré de risque d’avalanches se trouve désormais tout en haut de l’échelle. A tel point que des routes sont biffées de la carte, des villages coupés du monde. On se pose beaucoup de questions car dans les faits, on est en plein hiver. Ça va durer encore un moment ou bien? Rien n’indique que ci et là d’importantes avalanches pourraient se déclencher, même si c’est probable. En fait, tout peut très bien se passer, sans casse aucune. Mais personne ne le sait. Un fou furieux en liberté qui décide dans un moment d’égarement d’aller prendre un verre de schnaps sur une corniche pour admirer la vue et tout démerde… avec la montagne qui vous tombe sur la tronche.

La bourse en est exactement au même point. On regarde la neige tomber et on croise les doigts pour qu’aucune coulée de neige ne se déclenche toute seule sans prévenir. Pour le moment ça tient. Les clowns de Washington jouent dans la cour d’école à coince-coince pour une histoire de budget. Vu comme ça c’est vrai que ça ne fait pas vraiment paniquer. On sait bien que les Etats-Unis ne peuvent que s’endetter davantage pour soutenir leur train de vie. Sauf que tous ces débiles cravatés tiennent les rênes des USA et qu’en plus, leur président adoré sera justement à Davos. Et à Davos il y a aussi de la neige en quantité… Pourvu que Trump ne veuille pas se mettre à faire de la luge… Lire la suite →

On ferme les couveuses?

Fait récurrent depuis quelques jours: les crypto se font laminer. Il semble que le retour des poules soit pour bientôt dans les fermes à fabriquer du bitcoin car les Etats semblent résolus à vouloir « réguler » l’activité. Donc le secteur se casse les dents, chaque jour un peu plus. La fête est finie. D’ailleurs c’est toujours un peu comme cela que ça se passe. Dès qu’un brin d’herbe dépasse de la pelouse, la principale préoccupation des politiques reste de tout remettre le plus vite possible à niveau. AirBnb et Uber en font la délicate expérience. Manquerait plus que des rebelles inventent quelque chose qui ne soit pas réglementé… ça fait tout de suite tache dans le paysage, même si pour le cas du bitcoin l’activité n’est d’aucune utilité.

Côté bourse ça continue de rigoler. On continue de prendre son bain en remplissant sa baignoire de champagne et on allume un cigare. Trump s’en gargarisera probablement à Davos puisque le grand blond a décidé de venir nous dire tout ce qu’il fait de super bien pour son Amérique à lui et que c’est le meilleur pays du monde. On va être gâté. Les titres en vogue? Tout sauf les crypto. Les hausses irrationnelles sur certains titres me font dire que l’on vit pleinement la phase « exubérance » typique du début de fin d’un cycle de hausse. On est en plein dedans. Même Zalando semble voler, tout en n’oubliant pas que la boîte est à peine rentable même si son CA croît sans cesse. Les minières continuent de papillonner gaiement, même à mi-chemin de leurs plus haut. Donc secteur à privilégier car disposant d’un fort potentiel de « correction à la hausse ». Quant aux monnaies c’est assez simple: elles ne fichent strictement rien. Si l’on en croit les stratèges qui nous conseillent, il faut rester investi et privilégier les secteurs à fort rattrapage puisque les marchés ne peuvent que monter encore. A suivre.

Bitcoin: 10’000.00. Il vient de casser la barrière… Préparez les pondeuses!

 
tempus efficitur. ut diam mattis quis