Tous les articles taggués Tsipras

Le maître-mot est: volatilité!

Enfin quelque chose à écrire. C’est dingue, car ça fait des plombes qu’on s’ennuie grave sur les marchés aseptisés, comme lorsqu’on essaie de cuire de l’eau dans une immense marmite juste avec un briquet. Donc THE sujet du jour, c’est encore et toujours la Grèce. Avec des marchés hautement perturbés et le retour de l’incertitude totale. Une volatilité bienvenue qui, si la baisse se poursuit, pourrait représenter une sacrée opportunité pour les investisseurs de revenir sur les marchés.

Car rappelez-vous. D’euphorie il n’y a pas eue. Absolument aucune. Nous vivons une hausse des marchés depuis cinq ans que rien, je dis bien rien, n’a encore pu détruire. Une longue hausse presque linéaire. Alors ok les changes sont aussi secoués et c’est une bonne chose. Je remarque en outre que le grand transfert que l’on pourrait attendre sur les métaux précieux ne se fait pas (l’or ne bronche pas). Alors ça peut vouloir dire deux choses. La première, c’est que les marchés, bien qu’en baisse, ne pensent qu’il s’agit là que d’une simple correction. Et qu’une fois le cas grec réglé, Grexit ou pas, les marchés poursuivront leur marche en avant. La deuxième raison, c’est qu’on pourrait très bien vivre dans un déni total de la gravité de la situation et qu’on n’anticipe absolument pas le pire. Lire la suite →

Quand y en a plus y en a encore

Mais quelle journée mes amis! Hier c’était jour de fête avec des bourses qui s’en sont allées tutoyer les étoiles au moyen d’une grosse fusée estampillée « Greece will be saved ». Mais quelles émotions dites-moi!! Jamais je n’aurais pensé que le sort de la Grèce puisse faire tant de bien à la planète. Car oui la planète tout entière fête déjà le sauvetage hautement probable de l’enfant terrible européen.

Tout sera réglé d’ici à vendredi si l’on en croit les bourses. Par contre, reste à voir ce qui sera effectivement réglé. Ou si le plan d’aide proposé s’apparentera comme jusqu’à présent à une cabane montée à la hâte dans un sapin qui penche… Alors moi je dis ça je dis rien. Mais je ne vois toujours pas comment on va résoudre les problèmes d’un pays qui ne fonctionne pas, qui est mal géré, qui ne possède toujours pas de registre foncier, avec une croissance qui n’existe pas, avec une population au chômage, et qui est criblé de dettes. Bon d’accord reste la solution miracle de la Nouvelle économie. On installe un con à une machine à imprimer des billets et on paye les factures avec le cash tout frais. Comme ça c’est facile j’en conviens volontiers. Dommage que je ne puisse en faire autant d’ailleurs. Je n’hésiterais plus à me payer une île aux Seychelles avec un hôtel cinq étoiles rien que pour moi. Lire la suite →

Alors l’euro… ben c’est l’euro…

1.03. C’est le cours EUR/CHF. Et ce cours illustre bien que rien ne va. Ça ne fait que descendre et le trend continue de tanguer méchamment vers la parité. Alors bien sûr il reste la Grèce (ah bon?) qui reste un sujet soi-disant brûlant. Varoufakis vocifère tant et plus et les Grandes Pontes de notre monde ne cessent de crier au loup. Mais à force de crier, qui écoute encore? Cela fait tant de temps qui rien ne se passe, que des solutions de bricolage sont avancées à moins cinq… juste avant que tout ne s’effondre. Un peu lorsque Goldorak intervenait pour sauver la planète bleue alors tout espoir était perdu.

Et maintenant c’est du côté des castagnettes que le monde s’est tourné. Podemos confirme ce que Syrisa est devenu. Un empêcheur furieux de tourner en rond qu’on essaie par tous les moyens de calmer, de castrer, de faire taire. Mais ça ne marchera pas. Car la machine est lancée et petit à petit, aux quatre coins de l’Europe, de petits feux de camp sont allumés. Certes ce ne sont que de minuscules flammettes pour l’instant. Mais lorsqu’elles se rejoindront, nous assisterons alors à un grand feu d’artifice. Lire la suite →

Les grenouilles sont à la fête… mais pas la Grèce

Alors non les Genevois ne sont pas les seuls à zieuter leurs ponts. Le niveau de l’eau continue d’inquiéter et on se rappelle alors qu’il n’existe aucun moyen digne de ce nom afin d’éviter les catastrophes naturelles. Tout au plus peut-on s’en protéger le mieux possible… et croiser ensuite les doigts.

En Grèce c’est en fait tout pareil. Sauf que là il ne pleut pas des gouttes, mais qu’il tombe des salves de menaces européennes. Et ça n’en finit pas. Le feuilleton grec (mais quel engouement pour ce petit pays, quelle tension insoutenable) continue encore et encore d’alimenter les discussions. En fait, il n’existe plus vraiment de nouvelles discussions. Car de la Grèce, de réunions en réunions, on en parlera bientôt deux fois par jour. Tsipras et Varoufakis peuvent d’ailleurs immédiatement se doter d’une tente Quechua 2 places. Ils passeront la belle saison à parloter aux quatre coins d’Europe. Alors autant bénéficier d’une tente qui se monte en un jet de bras. Ça les aidera à mieux courir.

Les marchés frissonnent sans arrêt. Au moindre commentaire de Schäuble, les bourses entament alors un tourné sur route digne de Bond. James Bond. Et c’est ce qui se passe en ce moment même. Les bourses étaient toutes guillerettes et tout à coup, patatras. L’Allemagne parle, menace (comme d’habitude), et tout par en sucette dans la rivière… (pas à Genève svpl ils ont suffisamment d’eau depuis quelques jours).

Mais quel feuilleton mes amis. Quel délire. Quelle intensité. Allez je me remets au boulot. Tout ça est bien trop excitant sinon j’arrive plus à me concentrer du tout…

La Drachme pour les vacances?

Tout d’abord, les chiffres de l’emploi en Amérique. Juste magnifique ce qu’il se passe par là-bas. Si magnifique que les marchés montent en anticipant… la no-action de la FED sur les taux. Donc en clair, rien ne devrait se passer. Ou peut-être dans le sens d’un nouveau… QE! Hypothèse un peu folle que je ne cesse d’avancer depuis longtemps. Les States remonter leurs taux? C’est impossible. Ou alors on aura bientôt des pingouins en mal de banquise qui viendront peupler le Cervin!!

Quant à la Grèce, ben voilà… Chacun a son opinion sur la chose. Soros, qui voit toujours tout avant les autres, s’avance même dans un pari risqué en déclarant que c’est du 50/50. C’est tout dire. Mais la Grèce fera faillite. Et le retour de la Drachme est programmé. On n’en saura bien sûr rien du tout jusqu’au jour où on nous annoncera que des réunions secrètes se tiennent depuis des mois. Rien ne filtrera bien sûr en cours de semaine. L’annonce se fera un jour, l’air de rien, un beau dimanche alors que tout est fermé. Ainsi évitera-t-on des scènes de panique dans Athènes et sur les bourses. Comment voulez-vous que ces braves bougres remboursent leurs échéances alors qu’ils n’ont pas un rond? Dans le pays de Merlin l’enchanteur c’est possible. Mais pas dans notre monde, même avec l’appui de la BCE. Un jour ça s’arrête. Et je rappelle à votre bonne mémoire que l’impôt en Grèce reste un sujet tabou (question à deux balles: un Etat qui ne perçoit pas d’impôt il paye comment ses factures?), que la majorité des magasins n’accepte pas les cartes de crédit (mais nooooon), et que Tsipras souhaite augmenter les rentes. Alors moi je ne sais pas mais en tant que mec à chiffres, le pognon, ils le sortent d’où??? Quand y a plus y a plus non?

Ah oui j’oubliais. Les pingouins au Cervin. Et les ours dans le Sahara. Et baleines dans le lac de Genève. On arrête de nous baratiner avec ces conneries ou bien?