Tous les articles taggués Russie

On ne change pas une recette qui ne marche pas

La bourse? C’est bon elle en a terminé avec le yoyo. Enfin pour le moment. Ces dernières semaines n’ont été que la copie conforme de tout ce que nous connaissons depuis bien longtemps. Le marché est schizophrène. On s’affole pour un rien. Ok la Russie ce n’est pas rien. Mais en même temps, de la chute du rouble et le fait que la Russie plonge en récession, ça nous change énormément la vie pas vrai? On s’en fout complètement. Comme les Neuchâtelois s’en foutent complètement que Uber ait débarqué à Genève et que les chauffeurs de taxi rencontrent pour la première fois quelqu’un qui ose remettre en cause leur atelier protégé.

Inutile de vous faire du mouron pour rien. 2015 sera excellente pour la bourse. La BNS contribue maintenant très officiellement à sa manière à la fuite en avant en offrant des taux négatifs. La FED a fait son travail. La BOJ fait le sien. Les Chinois ont baissé leurs taux. La BNS s’exécutera après avoir englouti la dinde du réveillon et la BCE entrera tout soudain en action. D’ailleurs, en cette période de fêtes, mon âme se veut un peu plus sensible. Je suis touché de voir comme tous ces instituts agissent de concert, en toute fraternité, la main sur le cœur. Donc oui les actions continueront de bien performer, hormis bien sûr quelques sautes d’humeur auxquelles nous n’arrivons pas à nous habituer. En même temps, ça donne du fun quand tout à coup ça déménage non?

Donc pour 2015 les obligations vous oubliez. Les taux resteront à la cave sauf la FED qui les remontera peut-être éventuellement de 0.000001% pour pouvoir juste dire qu’elle fait ce qu’elle a dit qu’elle ferait. Surveillez bien le pétrole. A n’en pas douter tout prochainement un buy. On en a besoin pour vivre. Donc ça va remonter graduellement car on ne va pas soudainement tous vouloir en même temps s’acheter une Tesla ni faire pousser une forêt dans notre jardin pour chauffer au bois. Lire la suite →

Baissez la tête, ça risque de chauffer…

Quitte ou double? Tel pourrait être ce qui nous attend ce week-end. Et en observant les marchés, je ne suis pas du tout certain que les parieurs fous aient bien compris ce qui se joue ce week-end. En fait, je suis fort surpris de l’absence de panique sur les marchés. Ils baissent bien ce matin, mais pas trop. Personne ne veut croire que le chevalier-à-torse-nu du front de l’Est risque bien de sévir. On se dit, à juste titre, qu’une solution pacifique en Crimée sera trouvée in extremis. Soit.

En même temps, je me rappelle du début de l’effondrement des subprime. Certes le sujet se veut différent. Mais en termes de ressemblance, c’est comme si c’était pareil. A l’aube de l’effondrement, lorsque les premières « petites pertes » ont commencé à fleurir dans le bilan des banques, tout le monde a dit que le problème était insignifiant, que ce n’était qu’un simple accident de parcours. Même Bernanke passait son temps à rassurer. Les archives démontrent qu’il avait totalement sous-estimé l’étendue du problème. On a vu la suite…

Pareil pour l’Ukraine. On se dit que tout finira par aller bien, que Vlad-le-courageux saura faire preuve de retenue et que les pour l’instant pseudo-sanctions vis à vis de la Russie suffiront à le faire rentrer dans sa niche. On espère… On espère… Car si d’aventure une étincelle devait faire péter la marmite ce week-end, je peux vous assurer que les marchés seront en mode sell-off grave lundi dès la toute première heure limite panique. Lire la suite →

L’Ukraine: élément déclencheur?

Cela fait des plombes que je l’évoque dans mes billets. L’élément, the one, qui fera s’effondrer tout ce bordel, n’est absolument pas prévisible. Avec les USA en tête, on tente de contrôler absolument tout, en passant par la politique, les régimes en place, la livraison d’armes, la fixation des prix, la manipulation des changes, le flux du crédit, les écoutes téléphoniques, la traque sur le web. Tout, absolument tout. On tente de tout contrôler, même l’heure à laquelle votre belle-mère qui vous broute grave devrait partir de chez vous alors que vous l’aviez pourtant invitée…

Tout cela n’est qu’illusion. L’élément déclencheur n’est pas connu et se manifestera comme à son habitude lorsqu’on s’y attendra le moins. Et même temps pas tant que ça. Car la crise des subprime, qu’on a complètement sous-estimée lorsqu’elle s’est déclarée, était pourtant déjà relatée dans la presse deux ans avant le début des hostilités. La seule chose qu’on a fait, à l’époque, était simplement d’occulter l’inéluctable. A présent place à l’Ukraine. Et ce qui se passe par là-bas me fait bizarrement penser au fils Bush, le fameux dindon qui a fait rire la Terre tout entière tellement il était bœuf. Rappelez-vous à l’époque, Saddam, il fallait ABSOLUMENT l’anéantir. C’était le mec à flinguer. Et Bush avait décidé qu’il lui fallait mener une guerre là-bas. Il en avait la conviction. Il souhaitait rappeler au monde entier qui étaient les Etats-Unis, qu’il avait droit de vie ou de mort sur n’importe quel peuple. Les preuves? Il les a réunies, fabriquées de toutes pièces. Il a « convaincu » le monde entier, sans jamais écouter, que la guerre qu’il devait mener était justifiée. Il a multiplié les réunions, exposé des « preuves » sans jamais les exhiber. Bref, contre vents et marrées, Bush avait décidé d’envahir l’Irak quoiqu’il lui en coûte. Lire la suite →