Baissez la tête, ça risque de chauffer…

Quitte ou double? Tel pourrait être ce qui nous attend ce week-end. Et en observant les marchés, je ne suis pas du tout certain que les parieurs fous aient bien compris ce qui se joue ce week-end. En fait, je suis fort surpris de l’absence de panique sur les marchés. Ils baissent bien ce matin, mais pas trop. Personne ne veut croire que le chevalier-à-torse-nu du front de l’Est risque bien de sévir. On se dit, à juste titre, qu’une solution pacifique en Crimée sera trouvée in extremis. Soit.

En même temps, je me rappelle du début de l’effondrement des subprime. Certes le sujet se veut différent. Mais en termes de ressemblance, c’est comme si c’était pareil. A l’aube de l’effondrement, lorsque les premières « petites pertes » ont commencé à fleurir dans le bilan des banques, tout le monde a dit que le problème était insignifiant, que ce n’était qu’un simple accident de parcours. Même Bernanke passait son temps à rassurer. Les archives démontrent qu’il avait totalement sous-estimé l’étendue du problème. On a vu la suite…

Pareil pour l’Ukraine. On se dit que tout finira par aller bien, que Vlad-le-courageux saura faire preuve de retenue et que les pour l’instant pseudo-sanctions vis à vis de la Russie suffiront à le faire rentrer dans sa niche. On espère… On espère… Car si d’aventure une étincelle devait faire péter la marmite ce week-end, je peux vous assurer que les marchés seront en mode sell-off grave lundi dès la toute première heure limite panique.

Je lis encore par ci et là que le ciel de Chine s’assombrit de plus en plus. Si si c’est possible. Déjà qu’ils ne voient plus rien là-bas et que la production de vélos risque bien de redevenir un sacré vecteur de croissance, on constate que cet empire toussote. Oui aussi à cause de la pollution. Mais surtout car les affaires marchent simplement moins bien. Et si leur croissance devait sérieusement se rétamer, j’ose difficilement imaginer avec quelle croissance les Occidents peuvent envisager la leur. Enfin moi je dis ça comme ça, mais quand on voit avec quelle vigueur l’inflation européenne évolue… ça ne sent pas bon du côté de la BCE. Il n’y a qu’à voir les chiffres de l’Allemagne de ce matin.

Pour terminer sur une note toute printanière, vous avez vu l’or? Celles et ceux qui me lisent pourront penser à moi très bientôt lorsqu’ils se seront offerts de belles vacances dans un 5 étoiles sur une île paradisiaque. Les marchés? Il suffit d’observer les charts pour se rendre compte que nous sommes à un tournant. Ça plafonne. Les courbes oscillent nerveusement, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. Ces oscillations indiquent simplement que le marché se cherche. S’en suivra à choix une hausse généralisée, brutale et franche mais très limitée dans le temps, ou alors une plongée dans les abîmes. Car je le rappelle, nous sommes très haut en ce moment et sur les marchés, il se passe absolument n’importe quoi, notamment sur des titres extrêmement volatiles. On n’investit plus. On parie. On tente de jouer des tickets de loterie. Prudence donc… Car tous ces éléments me font dire que mon indice favori du trouillomètre devrait atteindre des sommets dans pas longtemps.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
dolor ut eget ut consectetur quis, Nullam sem, vel, odio libero. ut