Happy birthday Mr. Jobs

C’était un visionnaire un peu fou, qui s’est accroché à ses rêves et qui, esprit frondeur, n’a pas hésité à lancer la révolution du téléphone portable. L’iPhone a 10 ans et le monde ne va pas mieux, même si l’industrie de la connectivité s’en est trouvée complètement chamboulée. Le progrès technologique a révolutionné notre manière de communiquer, de transmettre des infos, de consulter en tout temps toute information instantanée de ce monde. Nous en portons-nous mieux? Grâce à cette innovation, nombre d’hôtels ont pu être créés, notamment aux Etats-Unis, afin d’attirer une nouvelle clientèle désireuse… d’être libérée de toute technologie. Nombre de cliniques spécialisées ont également dû créer des unités de détox entières afin de soigner les accrocs aux smartphones.

Les services de renseignements et les entreprises ont également pu développer nombre de bases de données destinées à mieux nous traquer. C’est un fait. Et le pire dans tout cela c’est que tout ce beau monde croit vraiment qu’ils maîtrisent quelque chose. En fait rien n’est plus faux et il est facile de continuer à fonctionner sans qu’on nous étudie, de loin ou de près. Il suffit de se passer de son téléphone ou de l’utiliser sciemment. Et si personne ne souhaite savoir où vous vous trouvez, rien de plus simple. Il suffit de laisser votre appareil posé sur votre table de nuit avant de vous en aller… Mais c’est vrai. Partir boire une bière sans son smartphone ça fait plutôt loose, des fois que la Terre exploserait entre deux ou qu’une armée de Martiens nous attaqueraient on ne le saurait pas.

Il est intéressant de se poser la question: quid next? On part tous en détox? Qui a le courage de se dire: « au final mon natel je n’en ai pas besoin et je choisis de m’en passer ». Moby a tenté de l’écrire, de le dire, de le chanter. Grâce au smartphone, on passe à côté de beaucoup de choses. On n’admire plus le paysage en train. On ne parle pas non plus au voyageur d’en face. On ne voit même plus les enfants puisqu’on les scotche eux aussi derrière un écran afin… de pouvoir consulter soi-même son smartphone et ainsi avoir la paix. On préfère s’envoyer 1000 messages qui prennent une plombe à écrire que de marcher 10 minutes pour aller discuter avec la personne concernée. On pense qu’en s’écrivant sur whatsapp on communique, alors que le plus important ne passe pas: la présence! Toute cette industrie est devenue un mal nécessaire. Le constat de tout cela? Nous utilisons très mal cette nouvelle technologie. Ceux qui nous traquent et qui guettent nos « contacts » ou nos connexions pensent tout savoir et mieux nous connaître. Or rien n’est plus faux. Cela ne fait que rendre la population plus méfiante et si comme moi vous êtes un rebelle, cela en devient même un jeu.

Vous ne répondez pas à vos messages tout de suite? On vous enguirlande et vous passez pour un rétrograde. Vous passez votre réveillon autrement qu’en envoyant vos messages de bons voeux à vos 1’798 amis? Et en même temps vous avez oublié d’embrasser votre compagne ou vos enfants mais rien n’est grave. Vous leur enverrez un message pour vous excuser. Le smartphone a 10 ans et bien que tout le monde en ait un, le monde n’a jamais aussi mal communiqué. Les familles ne se parlent plus et si vos enfants choisissent de consulter un écran à l’heure du souper et quittent la table dès que possible, c’est simplement parce qu’ils s’emmerdent à table! Steve Jobs a créé un instrument redoutable, utile et quasiment indispensable. A regrets, je constate que la plupart d’entre nous ne savons pas utiliser cet outil d’une façon responsable. Et malheureusement, il faudra encore quelques années pour mesurer les conséquences. Las pour nous, nous nous montrons indignes de ce visionnaire qui aura marqué l’ère de la communication. Dommage qu’il n’ait pas pensé à en livrer le mode d’emploi.

 

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!