Archives pour août, 2016

Ce crash qui ne vient pas

Je me retrouve exactement dans la même situation qu’à l’avant-veille de l’explosion de la bulle des techno en l’an 2000. Je suis cash et je n’encaisse rien. Face à cela je devrais me montrer somme toute assez satisfait car comme l’a déjà annoncé une vénérable banque suisse, il se peut qu’à un terme plus ou moins proche, cette banque répercutera les taux négatifs sur ses clients bien qu’elle dise en même temps ne pas y penser du tout (ça me fait toujours bien rigoler ce genre d’annonce débile). Autre hypothèse, je me dis elle pourrait choisir de faire répercuter très responsablement ses coûts sur le prix des articles de base que sa maison-mère vend (mais de cela elle n’en parle pas je le reconnais). Peut-être plus simple à réaliser en fait, car les consommateurs sont plus nombreux. Nous avons tous besoin de manger et la pilule passerait plus ou moins incognito, presque de manière indolore, et puis ça nous donnerait encore à tous le privilège de faire exploser notre cumul de points cumulus. Mais… et il y a un hic à cette théorie à deux balles. Et ce hic c’est la Coop….Car c’est elle qui se marrerait, sauf si bien entendu elle choisissait de copier le modèle de sa grande sœur « meilleure ». Mais quel débat passionnant je viens de lancer sans m’en rendre compte…

Je me rappelle bien de cette période. Deux ans avant l’explosion de la bulle des techno, j’étais sorti en masse des marchés, soit bien trop tôt. Mes performances étaient très confortables et j’avais l’impression d’avoir réalisé de belles affaires. Sauf que… L’appel du gain se manifestait presque chaque matin car je voyais les marchés monter, monter et monter encore. Et qu’ai-je fait? J’ai écouté ma tête de boc et non mon ventre. Et ma tête, avec ce qu’elle lisait partout, avec ce qu’elle comprenait, eh ben elle me disait que je m’étais planté et qu’il y avait plein de pognon à se faire. Donc j’ai réinvesti une partie de mes avoirs, ne supportant pas de voir ces marchés monter et d’être resté à quai comme un bourriquet, et bien sûr avec la finitude que l’on connaît. Je me suis retrouvé en slip, sur le quai, comme tant d’autres, complètement groggi et partiellement plumé. Lire la suite →

Ça continue de dégommer chez les Picsou

Deux passions sont en train de devenir très tendance chez les vacanciers, ou pour ceux qui bossent mais qui sont en mode farniente. La première, c’est chez Pikachu qu’il faut la trouver. La folie ne redescend pas et j’ai hâte de voir la continuité de ce jeu. Peut-être pourra-t-on bientôt s’inventer un monde réellement réel investi de Pokémon qui vous feront des grimaces à tous les coins de rue. J’en rêve en fait… Mais comme le monde serait plus joyeux si l’on s’amusait tous ensemble…La deuxième passion, qui se veut à l’opposé de Pikachu, c’est l’offre des ateliers et vacances sur le mode « detox » qui se profilent, sauf en Suisse bien entendu vu qu’on est très nature et que bien entendu les autres pas. En bref, lorsque vous arrivez au « camp » ou dans votre résidence surveillée, c’est comme à la prison. Vous déposez tout ce que vous avez, y compris tout appareil qui peut être connectable. Où va l’humanité? Est alcoolique celui qui choisit de l’être, comme l’accroc du smartphone. Il suffit de le débrancher pour avoir une paix royale. Voilà en tous les cas une nouvelle qui ne va pas réjouir Apple ou Swatch. Pour Apple on s’en fiche un peu vu qu’ils pourront bientôt racheter toutes les entreprises de la planète avec leur cash. Mais pour Swatch c’est plus embêtant. Le cours a crevé le seuil des CHF 250.00. Il y a 27 mois, on était à CHF 606.00.

Ensuite il y a les banques qui sont en débandade complète today. C’est le bain de sang suite au résultat des stress test qui ont été publiés. Alors sur ces fameux tests, ce qu’il faut savoir en préambule, c’est que personne n’y comprend rien. Ceux qui les réalisent ne savent pas ce qu’ils contrôlent et ne savent pas comment interpréter ce qu’ils contrôlent. Le résultat? Des résultats somme toute « encourageants », même s’il y a quelques banques qui semblent en difficulté. Le résultat en bourse? Un véritable Waterloo. Même les banques d’habitude hyper transparentes et très saines qui ne sont pas testées, comme UBS et CS, se font hara kiri. C’est dire la haute confiance que les « analystes », c’est-à-dire des cancres comme vous et moi, accordent à la nouvelle. Ce qu’il faut savoir sur le banques, c’est que plus personne n’y croit. Plus personne ne sait de quoi leurs actifs sont composés ni comment évaluer leurs engagements. On nous montre des chiffres, très sérieusement bien entendu, comme on nous vante dans la publicité que les nouveaux produits de lessive lavent toujours plus mieux bien, toujours plus blanc, et que le blanc devient encore et toujours plus blanc que blanc. Trop cool de lire cela j’en suis pleinement rassuré. Lire la suite →