Vous reprendrez bien un peu d’à peu près non?

Il est des fins de journée où je me demande encore pourquoi je scrute les news des marchés. Et ce soir, j’aurais mieux fait de me concentrer sur mon macramé plutôt que de lire les banalités qui sont énoncées. Rendez-vous compte que Soros a déclaré que le Brexit prendrait encore au moins 5 ans et que c’était dommage. Amen. J’ai beaucoup de respect pour M. Soros mais je m’inquiète de ce qu’il dit. Le Brexit, mais ça fait un sacré un moment qu’on sait tous que ça prendra des plombes pour en sortir et qu’il n’y a que des perdants dans l’histoire. Les politiques sont en train d’essayer de se mettre d’accord sur un non-sens économique qui va plonger les british dans une sacrée panade. Sauf que maintenant on ne s’en rend pas encore compte puisqu’on fait comme si tout était normal.

Les marchés n’aiment pas, mais pas du tout tout ce bazar. Avec encore en plus l’Italie qui ne sait plus où elle va (là encore on enfonce une porte ouverte) et qui reste ingouvernable, on se demande bien où tout cela finira. L’Europe-Deutschland? Ben oui, les Allemands, ils sont bientôt tout seuls et ce n’est certainement pas pour leur déplaire puisqu’ils profitent de la panade ambiante et du manque de répondant politique pour orienter les choses à leur manière. Sans compter que Rajoy était, est, et restera sur la sellette. Pathétique tout cela quand on voit les casseroles que son parti trimbale dans la plus grande légalité. Le mec doit avoir de sacrés appuis pour rester vissé sur son trône alors que tout est contre lui. En même temps, avoir un bouffon sur le trône, ça permet aux autres d’avoir la paix.

Les marchés peinent ces jours et personne ne voit vraiment la suite. Depuis quand le fric se réfugie derrière la politique pour justifier une baisse? C’est le monde à l’envers. Car si vous me le permettez, je constate une chose: l’économie va bien! Et comme le pétrole dévisse (mais sûr on va aller très bientôt à 300) c’est très bizarre car je ne lis plus rien depuis quelques jours sur l’inflation. Ils sont où les mecs de l’UBS qui nous bassinaient il y a une semaine encore avec le retour de l’inflation programmée en raison de la flambée du brut qui va tous nous anéantir? Prédire ce genre de truc, c’est choisir de risquer de se ridiculiser. Voilà qui est fait. Les bourses péclotent pour le moment, et comme d’habitude, personne n’est capable de lever le nez et de regarder plus loin que le bout d’une chaussure. C’est désespérant. Je retourne à mon macramé…


Commentaires

0 réponse à “Vous reprendrez bien un peu d’à peu près non?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *