Volte-face est-il aussi un animal?

victoire de Trump

Il était une fois, il y a plusieurs années, un poulpe hyper sexy qui s’appelait Paul. Et Paul avait prédit le vainqueur de la coupe du monde. Il était une fois, il y a quelques semaines, un chimpanzé qui avait prédit la victoire de Trump. Il était une fois, il y a quelques mois, un animal nommé volte-face, qui avait aussi prédit la victoire de Trump, comme le Brexit d’ailleurs.

Je suis désolé de le dire, mais ceux qui pensaient sincèrement que Mme Clinton gagnerait les élections font état d’un manque total de connaissances de l’Amérique. Chaque étudiant, chaque jeune de ce monde devrait séjourner quelques mois de sa vie dans ce magnifique pays afin de le comprendre. Il n’y a pas que Daniel Borel qui dise cela. Un seul mot définit ce pays: fierté! Les Américains sont fiers de qui ils sont, de ce qu’ils réalisent, d’être les gendarmes du monde, et ce depuis toujours. Et Trump a simplement réveillé ces valeurs-là de par son esprit frondeur, qui n’a peur de rien, qui entreprend, qui souhaite préserver la race blanche. Dans quel sens on entreprend les choses? L’Américain s’en fout complètement. Lui, il veut de l’action, que ça pète, être et rester au centre. Lady Hillary, tantôt habillée en costume bleu ou rouge pétant, malgré ses études en droit et son titre d’avocate, n’a juste pas saisi que son discours lissé, sa promesse de « keep going », de « finish le job d’Obama », ne menait à rien. La seule sympathie attirée par cette dame certes intelligente, mais fade, c’est celle des gens qui souhaitaient voir enfin une femme devenir présidente, et celle des gens qui ne voulaient surtout pas de Trump. Et avec ces deux simples composantes, on ne gagne pas une élection, et surtout pas en Amérique!

Volte-face n’a aucun mérite dans ses prédictions et ne peut donc pas du tout être comparé à un animal. Volte-face réagit avec la tête, avec logique, en montrant simplement des faits, et non pas des interprétations des faits. Au risque de le répéter, ce blog se veut complètement apolitique. Il n’existe aucun parti pris, aucune idéologie, aucune croyance religieuse. Il existe en revanche un grand respect de ce qui est, et non pas de ce qu’on pense qui est.

A présent le monde se réveille « surpris », soit. Les bourses asiatiques se sont pris une casquette, l’or monte et… Le HFS (Hedge Fund Suisse, donc l’ex-BNS) imprime à tout va car le franc suisse monte au ciel face aux autres monnaies. Draghi également intervient. Son Euro fait également des siennes. Reste à présent le plus important de la journée: un bon café. Trump ou pas, j’irai honorer ma maîtresse Nespresso, puis manger une banane comme chaque matin. L’hiver est là, et le fait que Trump soit là n’y change rien. Et de grâce, ne soyez pas surpris si vous deviez lire prochainement qu’un repas de « famille » est organisé à la Maison Blanche. Il pourrait y avoir 4 invités: La Chine, le mètre cube de la Corée, Vladimir le cavalier de Sibérie et peut-être même Boris Johnson. On s’est beaucoup moqué de lui et il a fini par bien rigoler. Et ce matin, il doit se tordre de rire sur son vélo. Mais depuis le temps que je me plains qu’il ne se passe rien en bourse, je me réjouis beaucoup de toute cette incertitude. Cela nous permettra de nous adapter avec le seul mot véhiculé par ce blog depuis sa création: la rupture! Ce système ne fonctionne pas. Et une rupture, qui ne se produit pas, est nécessaire pour renaître différemment.

La seule question que je me pose depuis 2008, ce n’est pas de savoir si ou quand ça pètera. Mais d’où proviendra l’étincelle!

 


Commentaires

0 réponse à “Volte-face est-il aussi un animal?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *