Tous les articles taggués Suisse

BNS: enfin!

Alors non je ne rejoins absolument pas la grogne qui s’écrit partout. Je suis d’accord en revanche pour décrier l’action de la BNS. Mais pas pour les mêmes motifs que tous ceux qui crient au loup depuis hier. La BNS, par son patron Jordan, aurait dû agir bien plus vite! Et elle aurait pu le faire depuis au moins un an.

Ce taux plancher, même s’il a été judicieux de l’introduire, n’a fait que fausser l’état de l’économie. Nous n’avions plus de monnaie. Nous avions adopté l’Euro par procuration, perdant ainsi toute indépendance. N’importe quel idiot aurait pu travailler à la BNS depuis 3 ans. Il suffisait de veiller au cours de 1.20 et de presser la touche « print » lorsque c’était nécessaire. Et là, depuis hier, je crois pouvoir dire que je suis fier et rassuré de voir que la BNS reprend son indépendance et que nous, les Suisses, pouvons à nouveau être fiers de pouvoir compter sur notre franc. Et pan dans les gencives. Je salue le courage.

Alors oui peut-être va-t-on souffrir un peu. M. Hayek, au lieu de faire 400% de marge sur certaines montres, devra se contenter de 360% pour lire l’heure. C’est terrible je sais. Terrible. Le suicide menace j’en suis conscient. Mais on arrête de se foutre de la gueule du peuple ou bien???? Lire la suite →

On ne change pas une recette qui ne marche pas

La bourse? C’est bon elle en a terminé avec le yoyo. Enfin pour le moment. Ces dernières semaines n’ont été que la copie conforme de tout ce que nous connaissons depuis bien longtemps. Le marché est schizophrène. On s’affole pour un rien. Ok la Russie ce n’est pas rien. Mais en même temps, de la chute du rouble et le fait que la Russie plonge en récession, ça nous change énormément la vie pas vrai? On s’en fout complètement. Comme les Neuchâtelois s’en foutent complètement que Uber ait débarqué à Genève et que les chauffeurs de taxi rencontrent pour la première fois quelqu’un qui ose remettre en cause leur atelier protégé.

Inutile de vous faire du mouron pour rien. 2015 sera excellente pour la bourse. La BNS contribue maintenant très officiellement à sa manière à la fuite en avant en offrant des taux négatifs. La FED a fait son travail. La BOJ fait le sien. Les Chinois ont baissé leurs taux. La BNS s’exécutera après avoir englouti la dinde du réveillon et la BCE entrera tout soudain en action. D’ailleurs, en cette période de fêtes, mon âme se veut un peu plus sensible. Je suis touché de voir comme tous ces instituts agissent de concert, en toute fraternité, la main sur le cœur. Donc oui les actions continueront de bien performer, hormis bien sûr quelques sautes d’humeur auxquelles nous n’arrivons pas à nous habituer. En même temps, ça donne du fun quand tout à coup ça déménage non?

Donc pour 2015 les obligations vous oubliez. Les taux resteront à la cave sauf la FED qui les remontera peut-être éventuellement de 0.000001% pour pouvoir juste dire qu’elle fait ce qu’elle a dit qu’elle ferait. Surveillez bien le pétrole. A n’en pas douter tout prochainement un buy. On en a besoin pour vivre. Donc ça va remonter graduellement car on ne va pas soudainement tous vouloir en même temps s’acheter une Tesla ni faire pousser une forêt dans notre jardin pour chauffer au bois. Lire la suite →

Qui est cash???

Cela fait longtemps que j’en ai fait ma règle absolue. Lorsque le marché est déjà haut, et même s’il continue de monter, j’ai fait mienne la règle de m’abstenir de tout investissement. Certes, je loupe parfois quelques pourcents. Mais je préfère toujours cette option-là à celle de tenter le coup. Car lorsque le marché se met à corriger, ce qui est le cas depuis une dizaine de jours, ben ça descend vite. Très vite. Trop vite! Et là c’est pan dans les gencives. On se retrouve avec des casseroles sur les bras, payées trop cher, et on ne se demande qu’une chose: c’est à quel prix que je peux racheter et faire une moyenne? Et je ne parle pas de la question qui vient immanquablement saccager l’esprit de tout investisseur soucieux de son pécule: eeeuuuuuuhhhh… je vends tout ou bien?

On en est là ce matin et bien malin celui qui nous dira dans quel sens ce marché se dirigera. Là c’est soit on continue à se reprendre des bananes dans les gencives, ou alors on est bientôt prêt pour un rebond qui sera aussi violent que la baisse l’a été.

Pour l’investisseur avisé, suivez l’or. Mais surtout, suivez le pétrole. Car d’ici à quelque temps, le marché offrira d’excellentes opportunités de faire du pognon. L’or noir reste la principale ressource digne d’intérêt et qui, mais si mais si, représente encore l’avenir sur cette planète. Tout ce qui existe comme autre alternative c’est bien. Mais le pétrole… le pétrole… Celui qui me trouve comment je peux rouler 1’000 km avec ma Golf autrement qu’en utilisant du diesel je lui offre à souper. Et un bon souper! Et de grâce ne me parlez pas des éternelles batteries qui ne durent pas, qui ne se chargent pas assez vite, et surtout qui sont trop chères.

A présent il ne reste plus qu’à scruter ces marchés qui sont devenus fous. Et dans un marché à quitte ou double comme celui que nous vivons en ce moment, il vaut parfois mieux laisser passer l’orage. La fin de semaine s’annonce radieuse en Suisse. L’automne, saison des saveurs et des couleurs, déroule son charme et nous serions bien stupides de ne pas en profiter. Profiter est le maître-mot. Car ce temps-là, cette goûteuse période de l’année, elle est accessible à tous et… gratuite! Gavez-vous. Mangez la chasse. Savourez les spätzli maison. Et surtout, lâchez ces foutus écrans qui nous pourrissent la vie ces jours.

Marché immobilier: les banquiers font pression sur la FINMA

Puisqu’il n’y a plus rien à dire sur la bourse, que les marchés s’enhardissent toujours plus, que la volatilité n’existe plus, que le bull-market semble indestructible et surtout qu’il ne se passe rien, je choisis de revenir sur un terrain qui m’est familier: l’immobilier.

Petit rappel. Il y a quelque temps. Les grands Sages qui s’occupent de notre bien-être réfléchissaient le plus sérieusement du monde à contraindre tout emprunteur d’allouer le différentiel effectivement payé à la banque et un taux fictif de 5% à la réduction de sa dette hypothécaire. Cette mesure aurait concerné les dettes dépassant le premier rang. Cette mesure a beaucoup fait réagir les banquiers de notre pays et en coulisse, les rencontres entre la FINMA et les principaux acteurs financiers de notre pays se multiplient. Le but? Faire infléchir cette mesure. Les banques craignent-elles quelque chose?

En fait cela ne devrait pas être le cas. Car à l’octroi d’un prêt hypothécaire, la banque est censée calculer de toute façon si le client est bien capable d’honorer une dette à un taux théorique de 5%. Donc vu comme cela, de manière basique, cela ne devrait poser problème à AUCUN client. D’où ma question: mais pourquoi alors les banques tentent-elles de convaincre la FINMA que cette mesure n’est pas nécessaire?

La réalité est malheureusement tout autre. Après la crise de 2008, un grand nombre de clients a fui les grandes banques. Et lorsque je regarde un peu le taux de croissance de la rubrique « affaires hypothécaires » des autres banques, j’en ai froid dans le dos. Une croissance effrénée, parfois à deux chiffres par an, dont personne ne peut juger de la qualité. Pourquoi? Parce que le crédit est presque gratuit. Et tant que les taux ne repartiront pas à la hausse, il ne sera pas possible de déterminer qui aura bien travaillé et qui aura simplement « fait du chiffre ». Lire la suite →

Immobilier: la FINMA s’en mèle!

Hier, j’ai lu dans la presse suisse-allemande une possible mesure que la FINMA pourrait prendre prochainement pour contrer la surchauffe du marché immobilier. Ces commentaires sont à nouveau repris dans la presse suisse-allemande aujourd’hui avec une interview de Pierin Vincenz, big boss de Raiffeisen, qui juge la mesure excessive. Là où je suis surpris, c’est que la presse romande n’en touche pas mot jusqu’à présent.

En bref, la FINMA étudie le fait de faire payer 5% d’intérêts aux emprunteurs sur l’hypothèque souscrite, et cela peu importe le taux d’intérêt en vigueur sur les marchés. Le taux du marché serait bien entendu appliqué (donc par exemple un 2% pour un ph à taux fixe), mais le 3% restant (donc le différentiel entre les 5% demandés par la FINMA et le taux réel payé, donc les 2% dans mon exemple) serait porté en diminution de la dette. Donc en clair, la FINMA pousserait les emprunteurs à amortir plus vite leur hypothèque.

Cette mesure s’appliquerait à toute nouvelle demande de ph, pour autant que le ph dépasse le 66% de la valeur du bien. Cette mesure s’appliquerait ensuite également à tout renouvellement de ph à taux fixe = donc à toutes les affaires existantes! Lire la suite →

 
id, fringilla felis ut ut elementum Lorem elit. Aliquam facilisis ultricies