Tous les articles taggués faillite des banques

Le serpent qui se mort la queue…

| Billet invité | Le serpent qui se mort la queue nous vient-il d’Islande ? Est-il né dans ces contrées sauvages en défiant dame nature ? J’interromps immédiatement ce questionnement intérieur hasardeux car j’ai suffisamment été effrayé par les histoires des banques islandaises ces dernières années. Les banquiers islandais avaient tout compris : ils ont réussi durant des années à multiplier les bonnes affaires et à afficher des taux de croissance insolents.

Ils n’avaient pourtant rien inventé. Ils empruntaient de l’argent à court terme pour le replacer à long terme. Mais lorsque les marchés se sont retournés et que les liquidités sont devenues rares, les banques se sont retrouvées soudainement à ne plus pouvoir renouveler leurs emprunts à court terme. Les banques ont ensuite fait appel à l’État qui a dit : « Niet. On ne vous aidera pas. » Et les banques ont fait faillite.

En Europe rien de tout cela. Les pays européens fanfaronnent actuellement car le taux de refinancement de leurs emprunts à court terme (tiens donc) s’affiche en baisse. A chaque fois, les communiqués officiels font état du « succès » des opérations de refinancement, la demande excédant à chaque fois l’offre. Comment est-ce possible ? Comment est-il possible que des investisseurs soient assez fous pour acheter des titres de dette émis sur des pays quasiment en faillite ? Lire la suite →

Qui donne des leçons ?

| Billet invité | De qui se moque-t-on ? L’Occident adore préconiser son mode de fonctionnement au reste du monde. En sera-t-il ainsi encore en 2012 ? Il parle de démocratie, vante les mérites de l’économie de marché. Mais qu’en est-il ? La plupart de nos États sont en faillite et nos banques ressemblent à des corbillards montés sur des chars à trois roues. Nos banques centrales manipulent les taux, inondent les marchés de liquidités et continuent à se prendre pour le grand Sauveur. Mais qui sommes-nous pour donner la leçon au reste du monde ?

La réalité, c’est que l’Occident est à bout. Les banques ne savent plus ce qu’elles doivent et à qui. Les CDS sont émis en masse par ces mêmes instituts. Lesquels seront honorés et en faveur de qui ? Personne ne peut le dire. Les banques avancent un sac sur la tête. Elles sont incapables d’établir des prévisions au-delà du jour même. Elles ne savent plus.
Quant aux États, ils espèrent que ces mêmes banques reprendront dans leurs coffres les nouvelles émissions de dette, grâce au robinet sans fin de la BCE notamment. Eux non plus ne savent où ils vont. Leurs finances sont inscrites en rouge vif et le refinancement de leurs dettes devient chaque jour plus angoissant. Lire la suite →

Objectif de rendement : 0% ??

| Billet invité | Le banquier est peut-être à plaindre pour une fois. Tant décrié depuis 2008, haï, persécuté même, le voilà en passe de devenir non plus le martyre de la société, mais le bouffon de tout un système.

Après s’en être mis plein les poches, après avoir parié sur la chute de son propre système, après s’être moqué de ses propres clients, le voilà qui montre son vrai visage. Terminée l’arrogance et la lâcheté. Bienvenue à l’impuissance, à la modestie et même à la frigidité.

Oui je suis en passe d’accorder au banquier d’aujourd’hui beaucoup d’empathie. Le banquier d’hier faisait confiance à la stratégie de son employeur et de ses penseurs. Les produits étaient complètement standardisés, les modèles épurés. Le conseiller en placements était une marionnette parfaitement obéissante et conciliante, appliquant sans broncher, sans réfléchir aussi, les modèles de placements. Lire la suite →

Le Père Noël existe : il s’appelle Mario Draghi

Comme chacun le sait, les banques ont été très sages cette année. «Super Mario» (ex-Goldman&Sachs, magouilleur de dette grecque et désormais directeur de la BCE) a donc décidé de leur faire un petit cadeau à … 489 milliards d’euros !!!

523 gentilles banques ont donc obtenu cette somme astronomique sous forme de prêts à 3 ans à 1% d’intérêts. Cela aurait dû enthousiasmer les gentils marchés mais après un petit rebond, ceux-ci ont recommencé à baisser, se rendant compte de l’ampleur des dégâts: les banques européennes ne peuvent plus fonctionner sans assistance respiratoire. Une aide permanente leur est donc nécessaire et un second plan de ce type est d’ores et déjà prévu pour février 2012…

La deuxième constatation qui s’impose est que la BCE, sans mot dire, s’est muée en une gigantesque Bad Bank européenne,  récupérant les colossaux actifs pourris des banques en garantie de ces prêts. Pour que ce mécanisme puisse fonctionner, ces actifs ont été préalablement garantis par les États. En dernier ressort, ce seront donc, une fois encore les collectivités qui vont casquer, magnifique!

Le traité de Maastricht n’autorisant pas la BCE à prêter directement aux États, Mario et ses petits amis continuent d’arroser les banques d’argent à 1% que celles-ci reprêteront très vite à l’Espagne ou l’Italie à 6 ou 7%. Elle est pas belle la vie…?

Joyeux Noël les bankster et continuez d’être bien sages!

10 prévisions outrageuses pour 2012

Je n’ai pas pour habitude d’écouter les prévisions des banquiers. Cependant, les fins d’années sont propices à ce genre d’exercices et dans la mesure où les prévisions de Saxo Bank touchent la Suisse de plein fouet, j’ai donc décidé de vous en faire part. Leur rapport 2011 s’intitule «The perfect storm» (la tempête parfaite) et prévoit que la Suisse perdra son statut de place refuge et que la BNS introduira des taux négatifs.

Pour échafauder ses prédictions, Saxo Bank se réfère à la théorie du « cygne noir » de Nicholas Taleb pour qui un événement de type « Black Swan » possède 3 caractéristiques : il est imprévisible, son impact est très important et la probabilité qu’il se produise est bien plus élevée que ce qui est annoncé par le consensus. Lire la suite →

 
porta. risus. libero libero. justo ipsum eget venenatis lectus dictum sed