Tous les articles taggués crise de l’Euro

La Drachme pour les vacances?

Tout d’abord, les chiffres de l’emploi en Amérique. Juste magnifique ce qu’il se passe par là-bas. Si magnifique que les marchés montent en anticipant… la no-action de la FED sur les taux. Donc en clair, rien ne devrait se passer. Ou peut-être dans le sens d’un nouveau… QE! Hypothèse un peu folle que je ne cesse d’avancer depuis longtemps. Les States remonter leurs taux? C’est impossible. Ou alors on aura bientôt des pingouins en mal de banquise qui viendront peupler le Cervin!!

Quant à la Grèce, ben voilà… Chacun a son opinion sur la chose. Soros, qui voit toujours tout avant les autres, s’avance même dans un pari risqué en déclarant que c’est du 50/50. C’est tout dire. Mais la Grèce fera faillite. Et le retour de la Drachme est programmé. On n’en saura bien sûr rien du tout jusqu’au jour où on nous annoncera que des réunions secrètes se tiennent depuis des mois. Rien ne filtrera bien sûr en cours de semaine. L’annonce se fera un jour, l’air de rien, un beau dimanche alors que tout est fermé. Ainsi évitera-t-on des scènes de panique dans Athènes et sur les bourses. Comment voulez-vous que ces braves bougres remboursent leurs échéances alors qu’ils n’ont pas un rond? Dans le pays de Merlin l’enchanteur c’est possible. Mais pas dans notre monde, même avec l’appui de la BCE. Un jour ça s’arrête. Et je rappelle à votre bonne mémoire que l’impôt en Grèce reste un sujet tabou (question à deux balles: un Etat qui ne perçoit pas d’impôt il paye comment ses factures?), que la majorité des magasins n’accepte pas les cartes de crédit (mais nooooon), et que Tsipras souhaite augmenter les rentes. Alors moi je ne sais pas mais en tant que mec à chiffres, le pognon, ils le sortent d’où??? Quand y a plus y a plus non?

Ah oui j’oubliais. Les pingouins au Cervin. Et les ours dans le Sahara. Et baleines dans le lac de Genève. On arrête de nous baratiner avec ces conneries ou bien?

Les taureaux sont lâchés: qui gagnera?

L’avenir très immédiat, c’est peut-être une guerre totale entre les Etats-Unis et l’Europe. La guerre? Entre les deux banques centrales je parle. Car pour une fois, la FED reprend en pleine face ce qu’elle est habituée à faire subir… aux autres! Car la BCE, c’est du lourd aussi. Et l’Euro qui ne cesse de dévaluer face au dollar. Et ça continue, avec en plus des taux d’intérêts inférieurs aux taux US. Où va le fric? Aux US. Donc plus d’argent chez eux, et demain beaucoup trop! Donc un dollar qui continuera de se renforcer face à l’euro. Des exportations européennes qui seront donc avantagées face aux concurrents américains.

Je le disais, pour une fois, les States subissent les affres d’un partenaire commercial suffisamment puissant pour… pour quoi? Pour faire complètement dérailler la reprise US qui quoiqu’on en dise, n’est de loin pas folichon. Regardez! Les salaires horaires continuent de stagner. Donc… Draghi tente à présent le tout pour le tout, et son programme de printing durera très longtemps, de même que les taux zéro. Lire la suite →

Watch out! Slippery road ahead

Brrrr ça frissonne du côté des Yankee! New York réagit fort à la prise de conscience que l’on se trouve au milieu du gué, entre deux mondes. Les Etats-Unis se trouvent à la croisée des chemins avec d’une part une économie qui fonctionne, un chômage qui recule, mais une inflation inexistante. On bouge les taux? Ou pas? Mais la plus grande inquiétude, c’est le dollar qui continue de s’apprécier.

Et de l’autre côté du gué, vous avez l’Europe occupée comme les US à gérer plusieurs paradoxes. La BCE imprime des billets, les taux des emprunts étatiques poursuivent leur chute, le chômage explose les plafonds, l’inflation n’existe pas non plus et l’Euro se casse la gueule.

Que font les marchés? Ils débloquent. Ils ne parviennent pas à percevoir comment ces partitions dissonantes seront mises en musique lors des prochaines répétitions de l’orchestre. Donc les marchés corrigent. Et je me demande si nous ne sommes pas entrés dans une phase de correction qui pourrait durer quelque peu. Après tant de semaines de hausse quasi ininterrompue, rien ne serait plus surprenant. Même les cyclistes dopés doivent de temps à autre se plugger et rester tranquille pour effectuer leur transfusion de produits vitaminés. Lire la suite →

RIP

Mashall Rosenberg est mort. Rest in peace. Fondateur de la Communication non Violente, adepte de la rencontre véritable entre les êtres, il fut une personne marquante de notre ère, encourageant les peuples à dialoguer, à se parler, à se comprendre. Tsipras et Merkel sauront-ils s’en inspirer?

Mon dernier billet, très provocateur prédisant la sortie de la Grèce de la zone euro, est peut-être le billet le plus stupide que j’aie pu écrire. Comment pourraient-ils, in fine, ne pas s’entendre? La Grèce qui sortirait de la zone euro serait à coup sûr un sacré craquement dans l’édifice. Non pas en termes d’argent et de pertes à comptabiliser, mais en termes de confiance.

Tsipras aura-t-il le goût de faire ce qu’il a promis? Aura-t-il le toupet de prouver au monde entier que ses promesses en étaient de véritables? Ou alors comme son prédécesseur, choisira-t-il de se dégonfler et de perdre toute crédibilité? L’avenir de la Grèce en dépend. Car quelle qu’en soit l’issue, la Grèce ne pourra pas vivre en traînant pareille dette derrière elle. Tout le monde sait de toute façon qu’elle ne remboursera jamais son dû. Les dettes sont faites, au niveau étatique, pour ne JAMAIS être remboursées. C’est pour cela que les taux resteront à la cave. Car en fait, plus personne ne peut rembourser ses casseroles, ni surtout en assumer le coût.

Watch out! Période passionnante devant nous. Ou pas. Car si un compromis de derrière les fagots devait être accepté par les belligérants, on serait alors reparti pour un tour. C’est-à-dire une lente agonie et le choix de poursuivre dans la misère. Et parallèlement une explosion des marchés à la hausse.

BCE : objectif 2019

Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, l’a lâché à Davos. Bien sûr rien n’est précis. Mais il a déjà annoncé que la BCE pourrait étendre son QE au-delà de 2016. Et ce sera le cas. Car je pense qu’à fin 2016, rien ne sera réglé dans la zone Euro. Comment les gouvernements pourraient-ils entreprendre en quelque 16 mois ce qu’ils n’ont pas réussi à entreprendre en 6 ans??? Faut juste pas rêver. Ou bien je rêve vous dites? Sans rire. Merkel a beau rappeler que le QE ne doit pas empêcher les réformes. Mais elle sait déjà que rien ne sera entrepris. La seule chose que tout ce beau monde attend, c’est le retour de l’inflation. Tout le monde rêve encore au retour de l’inflation pour régler le problème du fardeau de la dette.

Ainsi pouvons-nous compter sur plusieurs facteurs qui ne vont pas bouger ces prochaines années et sur lesquels nous pouvons compter. Des taux à zéro, zéro faillite de banque, un euro en baisse, des bourses européennes en hausse et… malheureusement un chômage en zone euro toujours très stable.

Donc on a acheté du temps. Pour ne pas sombrer. Pour mieux attendre. Parce que nos politiques n’ont aucun courage. A force de vouloir faire plaisir à tout le monde, c’est toujours ainsi que ça se termine. On finit par prendre des mesures qui n’en sont pas. Ça c’est aussi une constante sur laquelle vous pouvez compter. Lire la suite →