Le pillage organisé

Je me suis tu durant quelque temps. Je contemplais la hausse des marchés, imperturbables dans leur ascension vers le ciel. Et en même temps, je ne peux qu’observer l’appauvrissement généralisé qui en résulte. Le pillage. Le grand Transfert.

Vous êtes riche? C’est parfait. Vous êtes peut-être encore investi ou partiellement investi dans les marchés comme je le suis. Les cours montent, les dividendes pleuvent et les produits structurés remplacent avantageusement les obligations depuis plusieurs années, garantissant aisément un 5% annuel sur du franc suisse. Ok les structurés offrant ces rendements disposent de sous-jacents en actions. Donc risque il y a en cas de barrière touchée durant la durée de vie du produit. Mais de vous à moi on s’en fout complètement non? Vu que le marché monte et ne corrige JAMAIS vraiment. Donc oui merci. Si vous vous demandez si vous pouvez encore en émettre aujourd’hui avec de telles hauteurs d’indices, la réponse est oui. Car les marchés monteront encore. Draghi achètera de la dette souveraine en 2015, une fois que le tribunal aura délivré son feu vert (voir un précédent billet à ce sujet). Car à présent et vous l’aurez également constaté, c’est l’Italie, la France et l’Allemagne qui ne tirent plus personne et qui toussent méchamment. C’est le comble à présent. Il semble que ce soit la Grèce le moteur européen. Merkel n’aura pas le choix: le QE aura lieu en début d’année dès que les feux seront au vert (pour le moment on nous fait patienter et comme la FED a terminé son printing, c’est le Japon qui augmente le sien. Un pur hasard de calendrier…). Et la bourse poursuivra sa hausse et… et… je sais je me répète… les taux resteront scotchés à zéro!

Et pendant que les taux sont à zéro, que les banques vous offrent 0% sur vos comptes et qu’elles vous financent votre hypothèque à 1.5% sur 10 ans, croyez-moi, elles gagnent un sacré pognon. Et c’est encore une fois la même histoire qui se joue. D’un côté, les fortunés font facile 5% net par an sans aucune prise de risque. Et les moins bien nantis payent 1.5% par an (donc beaucoup trop cher) aux banques qui, en plus de cela, vous tannent en vous tètant par tous les moyens des frais pour tout. Qui sait, peut-être y aura-t-il bientôt une taxe pour pouvoir découvrir le clavier du bancomat. Ou une taxe pour pénétrer dans la banque car vous usez le parquet. Et peut-être bientôt aussi une généreuse et appréciée taxe de solidarité destinée à financer la sortie annuelle au palace à Gstaad. Tout est possible.

En attendant, les banques vous tondent, ne prennent aucun risque, placent leur pèze en bourse qui ne fait que monter, vous font payer trop cher votre hypothèque et en plus vous prélèvement toute sorte de taxes. Le but? Tout simple. Se refaire une santé financière en pompant l’argent où il se trouve: sur votre compte pardi!


Commentaires

0 réponse à “Le pillage organisé”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *