On n’en sait pas plus mais ça va toujours plus haut

Que s’est-il passé ce week-end ? Les marchés asiatiques carburent à l’Isostar par intraveineuses ce n’est pas possible autrement. Alors que tout VA MAL, alors que l’Europe s’enlise dans un pot de Nutella avec une « croissance » anémique, alors qu’AUCUN accord n’a été parachevé entre la Chine et les USA, les marchés continuent de se prendre pour une fusée qui ne connaît aucun raté.

Je suis tombé par hasard sur un article de presse que j’ai trouvé intéressant. Le mec qui a pondu ça explique par A + B qu’en fait, les taux ne remonteront plus jamais. Tiens donc ! Peut-être qu’à présent, après 10 ans de QE, on s’autorise enfin à penser et à dire ouvertement que c’est l’échec total. Alors oui le système a été sauvé par les banques centrales. Mais c’est à peu près tout. La dette a continué de croître et je suis très angoissé de lire que la dette des entreprises américaines représente à présent le 47% du PIB. Trop cool car c’est historique. En clair, on est bourré aux stéroïdes anabolisants.

La dette privée est ahurissante mais elle ne fait pas oublier non plus les dettes étatiques. Pour en revenir à l’article que j’ai lu, le mec dit encore que les QE ne pourront plus jamais être arrêtés sous peine de voir le système s’effondrer. Je partage cet avis, depuis longtemps. Les banques centrales n’ont plus d’autre choix que de maintenir des taux zéro et de faire fonctionner la planche à billets. Notre modèle de « croissance » (je me tords de rire en écrivant cette aberration de mot) implique automatiquement l’augmentation de la dette. En fait et pour faire simple l’équation est la suivante : si la dette n’augmente pas constamment pour soutenir le modèle économique le système s’effondre. Et j’ajouterais encore comme condition qu’elle doit être absolument gratuite puisque plus personne ne peut non seulement rembourser quoi que ce soit, mais n’est plus en mesure non plus de payer des intérêts.

Ce qu’il y a de merveilleux dans ce foutu bordel ce sont nos marchés. Ils montent et montent encore. D’un point de vue parfaitement terre à terre, ceci reste une incompréhension la plus totale puisque rien ne va. Mais dans l’absolu c’est assez logique si l’on continue de parier sur le maintien des taux zéro et de la constante augmentation des bilans des banques centrales. En clair rien ne peut faire dérailler les marchés tant que le modèle est appliqué. Et comme il n’y a aucune inflation, pour le moment, et que les richesses continuent d’être concentrées à la bonne place – oui vous me lisez bien – c’est-à-dire dans les poches des plus riches et surtout pas dans celles de la classe moyenne, il n’y a rien qui puisse faire dérailler la locomotive.

Mon esprit contrariant me dit que tout est exactement planifié pour que la classe moyenne et les pauvres ne voient JAMAIS plus leurs revenus augmenter. Car si cela devait être le cas, nous aurions immanquablement le retour de… l’inflation. Et là ça ferait BAM ! Effondrement assuré. Je ne serais pas surpris non plus que les banques centrales sortent encore davantage du cadre d’ici à quelque temps. Car jusqu’à présent et malgré les quelques trillions de dollars injectés dans le système, elles se sont gardées d’intervenir autrement qu’envers les banques et en rachetant toutes dettes émises sur les marchés. Mais ce qu’elles pourraient dorénavant faire, c’est intervenir directement dans les poches de vous et moi. Qu’est-ce qui les empêcherait de créditer directement les comptes des usagers ? Qu’est-ce qui les empêcherait par un simple virement d’annuler purement et simplement toutes les dettes ? Ça paraît un peu fou. Je corrige. Ça paraît complètement fou. Et pourquoi pas ? Après la multiplication des pains par Jésus, vivra-t-on la multiplication des dollars ? Rien n’est impossible avec une banque centrale puisqu’elle a tout loisir d’imprimer ce qu’il lui plaît. Il suffirait que Powell et Draghi s’asseyent sur leur tandem et pédalent ensemble pour rendre l’impossible possible.


Commentaires

0 réponse à “On n’en sait pas plus mais ça va toujours plus haut”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *