Ne cherchez pas, il n’y a rien à comprendre

Les marchés sont fous. Ou plutôt, les machines sont folles. Je ne peux pas m’imaginer que des êtres humains pilotent encore ce qu’on appelle encore un marché. Les soubresauts que l’on vit actuellement ne m’appellent rien de bon, si ce n’est de dire que le marché est débile. On ne peut pas baisser pareillement et rebondir ensuite de plus de 10% le jour d’après. Ce qu’il y a à retenir ? La FED a décidé de faire « whatever it takes ». QE illimité. Donc à fond la dette gratuite et c’est bien normal, puisque tout le système repose sur la dette.

Mis à part cela, pour ceux qui possèdent encore des titres, ne les bradez pas ! Ramasser un couteau qui tombe ce n’est jamais une bonne idée. Pour ceux qui ont du cash, c’est le temps béni des emplettes. Tout est soldé. Et même s’il est difficile de concevoir que ce marché se remettra de ce satané virus, qu’on ne voit rien, qu’on parle déjà du retour de l’inflation (voyez le cours de l’or qui s’envole), les actions représentent le seul asset qui rapportera quelque chose ces prochaines années. Sauf si l’on meurt tous. Et comme les Européens ont en plus décidé de remiser le frein à l’endettement, on plonge gaiement dans une fuite en avant. Encore davantage. La plus grande débandade de toute l’Histoire. Les États sont déjà surendettés, sans aucune possibilité de relancer la machine. Mais ils vont le faire, en empruntant encore plus à taux zéro, quitte à ce que les banques centrales se mettent à prêter en direct à tout le monde.

Et maintenant vous avez Trump. Le mec est tellement arrogant, tellement accroc au pouvoir, tellement frustré de ne pas pouvoir tenir de meetings, eh bien il risque fort bien d’abréger la période de confinement aux States, quitte à créer un sacré bordel au niveau sanitaire. Trump ne peut se permettre cela. S’il paralyse le pays, il se fera dézinguer et personne ne lui pardonnera cela. Lui ne veut qu’une chose: taux zéro et croissance !

Et maintenant on fait quoi ? On se fait déjà une séance de psychanalyse ? Pas bien compliqué de prédire la suite. La nature nous envoie des messages, toujours plus forts. En 2008 nous n’avons pas pris la mesure du signal. On s’en est plus ou moins remis, mais on n’a rien changé au système. Confinés à la maison, je me rends déjà compte à quel point ce que nous faisons, ce à quoi on occupe nos journées ne sert à peu près à rien. Nous avons construit un monde de fake, où à peu près tout repose sur du fake, du non essentiel. Tout y passe. Le sport, les divertissements, ce qu’on fait au bureau. Le 90% de notre industrie ne sert à rien. On oblige les travailleurs à se rendre chaque jour « pointer » alors qu’un grand nombre d’activités ou tâches ne nécessitent aucunement notre présence quotidienne. Nous polluons, perdons du temps dans les transports, menons une vie stressante qui pourrait être complètement revue. Aura-t-on le courage de remettre en cause tout cela ?

De deux choses l’une. Soit on se rejoue 2008. On prend conscience, on mesure les risques, on se dit qu’il faut changer les choses. Et quand tout revient à la normale, on se dit qu’au final ça demande beaucoup d’énergie et qu’il n’y a plus aucune urgence. Et au final on ne fait rien. Aujourd’hui ? C’est un peu différent car on a peur de mourir. Si la crise sanitaire dure assez longtemps, peut-être aura-t-on envie de changer les choses et de s’y attaquer vraiment. Mais à vrai dire j’en doute. On attendra sagement la prochaine catastrophe il en est fort à craindre.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
accumsan Curabitur venenatis, suscipit libero quis, facilisis