Ecoutons le grand oracle!

| Billet invité |   Quelques mots du Maître magicien ont suffi à désamorcer la crise estivale qui menaçait. Cette crise était prévue de longue date par volte-face.org. Contrairement à l’an passé, elle ne s’est pas matérialisée concrètement par une dégringolade des bourses. L’incendie qui menaçait d’enflammer les marchés boursiers (les taux italiens et espagnols s’envolaient) a été soufflé à la base par le grand magicien Draghi.

Lui seul détient le pouvoir à présent. Les politiques, qui nous ont fait croire durant des années qu’ils maîtrisaient quelque chose, se taisent dorénavant. Ils n’ont plus rien à dire, ni rien à faire. Ils ne peuvent que constater un fait imparable: moins ils en disent, moins c’est pire. A présent, seule la BCE détient les clés de qui elle laissera tomber ou non, de qui elle décidera de sauver ou non. M. Draghi peut se targuer d’être devenu le véritable président européen.

Les politiques devront s’en accommoder. Les personnes qui choisiront de diriger la plupart des pays européens n’auront pas d’autre alternative que de contempler leurs économies respectives s’enfoncer dans la récession tout en devant contempler, la mine béate, le chômage exploser. Elles devront faire face aux grandissants troubles sociaux qui ne manqueront pas d’émerger, avec toujours plus de force. Elles choisiront d’écouter M. Draghi comme si elles rencontraient un oracle.

Car la monétisation de la dette que proposent les banques centrales mondiales, dont la BCE, ne règle rien en soi. En imprimant du papier à n’en plus finir, le système s’assure juste de ne pas sombrer. Mais les dettes demeurent. Et contre les dettes étatiques, la BCE ne dispose d’aucun levier. Et contrairement aux oiseaux de mauvaise augure qui prédisent depuis je ne sais combien d’années que l’hyperinflation menace, les faits ne peuvent que tordre le cou à leurs prédictions qui se montrent complètement erronées. Le surplus de liquidité n’est pas absorbé par le système. Les économies sombreront toujours plus en récession. Plus de taxes, moins de revenus pour les travailleurs, plus de chômage, et des entreprises qui voient leurs bénéfices stagner. L’inflation n’a aucune chance de se frayer un chemin au travers de telles circonstances. En revanche, il y a de fortes chances pour que nous rencontrions très prochainement la déflation. Tout est réuni pour que cela se produise. Le seul ingrédient qui empêche encore qu’elle se manifeste est le temps. Nous en reparlerons.

A présent, place à la gaieté et à la légèreté. Rassurez-vous, l’été n’y est pour rien. Mais devant nous se trouvent les élections américaines, le QE3 de la Fed, le QE3 déguisé de la BCE (elle rachètera des titres de dette sur le marché secondaire). Soyez fou! Le temps est venu d’entrer sur le marché des actions. Attention, faites vite. Feu d’artifice en vue!


Commentaires

0 réponse à “Ecoutons le grand oracle!”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *