L’inflation et les taux élevés: c’est pour demain vous dites?

On y est enfin. Yellen cesse d’imprimer des billets et laisse flotter le marché. On a enlevé la perfusion et tout démontre que le marché US fonctionne à nouveau. Certes, l’emploi n’a pas encore retrouvé le mordant de 2008 car on ne compte plus ceux qui cherchent ou pas un job de la même manière. Les oubliés, qui ne l’étaient pas en 2008, le sont désormais peut-être pour toujours. Reste que la croissance est de retour, grâce au dollar faible (ok un peu plus fort ces jours) qui favorise les exportations et… vous devinez? Le crédit à taux zéro. Les gens s’endettent comme des fous. Ils ont confiance en l’avenir. C’est pour cela qu’ils n’hésitent plus à se parer de biens de base en achetant par exemple une stéréo spéciale pour leur hamster.

Maintenant on remonte les taux parce que tout va bien? L’inflation va tout bousiller si Yellen ne fait rien c’est bien ça? Certains experts prédisent le retour de l’inflation et des taux élevés depuis 2009 déjà. Et ces mêmes experts, notamment dans nos grandes banques suisses, continuent régulièrement de publier des papiers qui annoncent et prédisent une hausse des taux. Vais leur envoyer mon CV qui sait… Peut-être qu’un jour je donnerai des conférences à CHF 200’000.00 la demi-heure. Ce serait drôle. Un clown comme moi, habillé en jeans t-shirt, expliquer aux cravatés pourquoi ils se broutent systématiquement depuis 5 ans. Et comme cela fait des plombes que j’explique sur ce blog pourquoi ce ne sera pas le cas, je m’en abstiendrai pour cette fois.

En Europe? L’hyperinflation guette c’est sûr, à entendre les Allemands, également depuis 5 ans. Ils ont entièrement raison en fait. Il faut juste mettre un « moins » devant le chiffre… L’Europe ne fonctionne pas et je parie mes deux filles que si les statistiques n’étaient pas truquées, on serait déjà officiellement en récession. Et qu’on le veuille ou non, la déflation s’installe peu à peu. La vérité? On en a terminé en Europe. Que Draghi fasse réellement quelque chose un jour n’y changera rien du tout. En fait, s’il n’a plus ou moins rien fait jusqu’à présent (mis à part sauver les banques insolvables en les noyant de liquidités), c’est qu’il n’y a rien à faire. Sauf peut-être choisir un grand distributeur de paquets comme Zalando par exemple et en plus du t-shirt trop cher commandé bourrer le carton de billets. En Europe, c’est allé trop loin. On est trop endettés. On fonctionne avec des politiques sociales impayables dont les règles ont été imaginées dans un comte de Blanche-Neige.

En fait, je ne critique pas ceux qui nous prédisent une inflation galopante et des taux au ciel de manière totalement erronée depuis 5 ans. Car je suis comme eux. Je ne change en rien mon avis. De un, les taux ne remonteront pas de sitôt car l’économie ne fonctionne plus. Le mot « croissance » peut être noyé sous la banquise. De deux, le seul moyen à disposition des Etats serait de se réformer et de lancer simultanément des investissements gigantesques en tapant dans l’endettement (notez que là on pourrait revoir de l’inflation). Et là aussi plus possible. C’est allé trop loin. Et cela aussi je le dis depuis 2010: à quand le défaut généralisé? Et à bien y considérer, les signes du malaise se multiplient. Voyez l’Ecosse qui a fait trembler Cameron. Et maintenant c’est le FC Barcelone qui risque de devoir évoluer dans un championnat où il sera tout seul… La crise, cette crise que nous vivons, elle s’exprime un peu partout et de plusieurs manières. Mais juste pas suffisamment pour que ça éclate.

L’inflation ne peut revenir qu’à une condition: que les investissements privés ET étatiques soient démultipliés. Vous voyez ça à l’horizon avec vos jumelles vous?


Commentaires

0 réponse à “L’inflation et les taux élevés: c’est pour demain vous dites?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *