« Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité »

Entre la bûche de Noël et les gueuletons du Réveillon, je vous propose de revenir sur le dernier ouvrage de l’inénarrable Jean Ziegler qui s’intitule: « Destruction massive : Géopolitique de la faim ». Selon lui, les ressources de la planète peuvent aujourd’hui nourrir 12 milliards d’humains, mais la spéculation et la mainmise des multinationales sur les matières premières créent une pénurie. Conséquence : chaque être humain qui meurt de faim est assassiné! Jean Ziegler dénonce cette « destruction massive » par les marchés financiers. Des mécanismes construits par l’homme, et que l’homme peut renverser.

Tous les cinq secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim. Près d’un milliard d’humains sur les 7 milliards que compte la planète souffrent de sous-alimentation. Malgré cela, les financiers continuent de spéculer sur les marchés alimentaires. Ainsi, les prix des trois aliments de base, maïs, blé et riz – qui couvrent 75 % de la consommation mondiale – ont littéralement explosé. La hausse des prix étrangle les 1,7 milliard d’humains extrêmement pauvres vivant dans les bidonvilles de la planète, qui doivent assurer le minimum vital avec moins de 1,25 dollar par jour.

Pour Ziegler, «les spéculateurs boursiers qui ont ruiné les économies occidentales par appât du gain et avidité folle devraient être traduits devant un tribunal de Nuremberg pour crime contre l’humanité.»

Nous avons un impératif catégorique moral – au-delà des partis, des idéologies, des institutions, des syndicats : l’éveil des consciences. Nous ne pouvons pas vivre dans un monde où des enfants meurent de faim alors que la planète croule sous les richesses. Nous ne voulons plus du banditisme bancaire. Nous voulons que l’État à nouveau exprime la volonté du citoyen, et ne soit pas un simple auxiliaire des entreprises multinationales. Ces revendications créent des mouvements dans la société civile.

Malgré la gravité de la situation, Jean Ziegler nous livre un message d’espoir en indiquant que tout ce qui a été fait de main d’homme, peut être changé par les hommes. Pour lui « il n’y a pas d’impuissance en démocratie. Nous avons toutes les armes constitutionnelles en main – mobilisation populaire, vote, grève générale ».


Commentaires

0 réponse à “« Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *