L’avenir reste impossible à prévoir.

Emettre des prévisions : tout le monde aime ça ! Vieux comme le monde, le métier de liseur d’avenir envoûte celles et ceux qui s’y frottent. Qui n’a pas lu comme petite annonce : « Amour, retour de l’être aimé, fortune, guérison de toutes les maladies… ». Alors perso, moi j’aime bien aussi y aller de mes propres prévisions. Et pourtant je suis comme tous les autres, je n’y vois à peu près rien. Je devine, je me raccroche à ce que je crois comprendre.

Le problème, quand par chance on prédit une fois quelque chose de correct à un moment donné de sa vie, on se dit par la force des choses que l’on possède cette qualité innée de deviner juste. Prenez Roubini, ou Faber, ou le mec qui a fondé Pimco. Tous ont vu juste avant 2008. Mais depuis 2008, leurs prévisions sont catastrophiques. A présent, c’est au tour de tous ceux qui avaient prédit que Trump serait destitué après le rapport Mueller de se faire hara kiri. Or il n’en est rien. Le rapport sonne creux. En clair, le papier rédigé par l’ancien boss du FBI trouvera sa meilleure utilité dans l’allumage de votre cheminée. La suite ? Un grand classique comme après un match de foot perdu 2-1 où l’entraîneur vous explique en conférence de presse que sans la sortie d’untel, d’un carton rouge qui n’en était pas un, qu’en raison du pénalty si évident mais non sifflé par un arbitre aveugle…. Ben à la fin le match est quand même perdu. Place donc à ceux qui ont la dent dure et qui vont ramener leur science, critiquer le rapport. Ils chercheront ce qu’il manque, expliqueront que certains sujets brûlants n’ont pas été abordés suffisamment en détails, chercheront à créer des commissions d’étude du rapport. Bref, de mauvais perdants. Démocrates en tête.

Quoi qu’on en dise à présent, il s’agit de regarder droit devant et même si tout le monde n’apprécie pas forcément le tempérament frondeur du Président du Monde, force est de constater que l’on pourra enfin se consacrer à autre chose. Ce non-lieu nous offre la possibilité de retrouver un semblant de stabilité de ce côté-là, ce qui par les temps qui courent n’est pas un luxe. On va enfin reparler du fameux accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis (ouh là là comme Trump sera galvanisé merci M. Mueller) qui est censé nous emmener planer tout en haut de la stratosphère. On reparlera encore du Brexit et de Mme May, qui, selon l’Histoire de ce pays, ne devrait parvenir à rien d’autre que d’isoler encore davantage son pays.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
Curabitur id risus dolor. Donec Lorem at libero. commodo