La bourse et la vie…

| Billet invité | Les palabres européens ne nous annoncent rien de bon. D’hypothèse en hypothèse, de contradiction en contradiction, les politiques soufflent le chaud et le froid sur les marchés. Cela se traduit par la poursuite de la volatilité à laquelle nous sommes à présent habitués depuis quelques années. Sauf que maintenant, les marchés sont clairement orientés à la baisse.

L’Europe, abstraction faite de l’Allemagne, se trouve en récession, une récession appelée à se creuser encore. L’Amérique ne décolle pas non plus, malgré une légère croissance qui ne régale personne. Que dit la bourse ? Elle anticipe clairement une baisse des résultats des entreprises et la poursuite de la morosité économique. Les titres cycliques sont chahutés. Une ABB à CHF 15.00 témoigne de mes propos, une entreprise dont le carnet de commandes est plein et qui est rentable. Même un titre comme Swatch, qui a pourtant le vent en poupe et crève tous les plafonds, s’est replié de manière significative depuis son sommet. Sa performance depuis une année exactement est négative de presque 7%.

L’été pourrait s’avérer très perturbateur car si une étincelle non planifiée venait à être craquée, c’est l’ensemble de la finance qui perdrait pied. Devant tant d’incertitude, j’anticipe donc clairement une poursuite de la tendance baissière des actions ces prochains mois.

Du côté des monnaies, je constate que le franc suisse continue de jouer les valeurs refuge. Et si vraiment le souhait se faisait sentir de diversifier votre portefeuille, je vous recommande à choix comme monnaies étrangères le franc suisse… ou le franc suisse. Des monnaies comme le dollar australien sont appelées à corriger massivement. En effet, l’immobilier est complètement surévalué et l’appétit de l’Asie pour les matières premières devrait se tempérer au fil des prochains mois. Pourquoi ? La Chine montre cruellement des signes de surcapacité. Quant à l’Inde, elle peine toujours à simplement assurer un service de base. N’essaie-t-elle pas depuis plus de dix d’améliorer son réseau routier de même que d’assurer un besoin minimum en électricité et en eau ? Pour vous en convaincre, il n’y a qu’à scruter les titres des minières qui s’en vont tutoyer un niveau plus vu depuis trois ans.

Prudence, prudence, prudence…

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!