Les taureaux sont lâchés: qui gagnera?

L’avenir très immédiat, c’est peut-être une guerre totale entre les Etats-Unis et l’Europe. La guerre? Entre les deux banques centrales je parle. Car pour une fois, la FED reprend en pleine face ce qu’elle est habituée à faire subir… aux autres! Car la BCE, c’est du lourd aussi. Et l’Euro qui ne cesse de dévaluer face au dollar. Et ça continue, avec en plus des taux d’intérêts inférieurs aux taux US. Où va le fric? Aux US. Donc plus d’argent chez eux, et demain beaucoup trop! Donc un dollar qui continuera de se renforcer face à l’euro. Des exportations européennes qui seront donc avantagées face aux concurrents américains.

Je le disais, pour une fois, les States subissent les affres d’un partenaire commercial suffisamment puissant pour… pour quoi? Pour faire complètement dérailler la reprise US qui quoiqu’on en dise, n’est de loin pas folichon. Regardez! Les salaires horaires continuent de stagner. Donc… Draghi tente à présent le tout pour le tout, et son programme de printing durera très longtemps, de même que les taux zéro.

La suite? « Le dollar est notre monnaie et c’est votre problème », n’ont de cesse de répéter les élus américains. On écrit partout que Yellen va relever les taux n’est-ce pas? Parce que l’économie US va bien et que le chômage est suffisamment bas. Si elle fait ça, elle choisit de suicider son propre pays. Car augmenter ne fera que diriger davantage d’argent en direction des Etats-Unis. Et donc le dollar va continuer de se renchérir. Avec comme cause à effet une péjoration de la compétitivité, donc une économie qui va recommencer à toussoter.

Yellen a-t-elle compris cela? Je le martèle depuis plus de deux ans. Les US ne peuvent plus remonter leurs taux, du moins pas tant que l’Europe poursuivra l’impression de billets. Et maintenant la question à deux balles d’un lundi de mars: Yellen va-t-elle lancer… un QE??? Souhaitera-t-elle engager la guerre totale avec l’Europe jusqu’à… jusqu’où? La ruine totale de l’Euro et du dollar?

2015 sera passionnante. On restera focalisé sur la guerre des changes, l’inflation « négative » (je me poile quand j’écris cela). La dette? Ah oui la dette… Il n’y a qu’à regarder le bordel grec pour s’imaginer comment ce sera lorsqu’une grande puissance, mais une vraiment riche en dette, subira quelque difficulté de refinancement. Mais ça c’est une autre histoire. Madame Yellen, belle colombe, comprenez-vous ce qui se joue en ce moment?

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
dapibus efficitur. neque. leo. porta. Lorem Aenean fringilla libero luctus