C’est quoi la définition de la normalité???

Bernanke a créé son blog. C’est réjouissant. Et en même temps, ses anciens acolytes de la FED, Yellen compris, s’expriment à chacun mon tour dans la presse. C’est très bien aussi. Tous ces dinosaures nous expliquent comme tout est redevenu normal et que les taux seront remontés tantôt. Bientôt. Enfin personne ne sait vraiment… Ce sera la troisième fois en 6 ans qu’une tentative de remise à la normale sera entreprise. Car oui cela fait déjà 6 ans que la bourse monte et à présent, on atteint des niveaux vertigineux qui donnent le frisson.

Donc retour à la normale disais-je? La FED monte les taux et la bourse acceptera cela sans broncher n’est-ce pas? De même que le dollar vs euro continuera de s’apprécier sans pour autant pénaliser les exportations américaines. Sans doute… Ils sont si forts outre Atlantique que le tour de passe-passe devrait se passer tout facilement, comme on gave une oie pour l’engraisser.

Cet immense rallye boursier touche-t-il à sa fin? Rien n’en est moins sûr. La grande partie des parieurs a raté son entrée. Très peu sont parvenus à y croire en 2009. Et ceux qui s’y sont risqués modérément sont déjà dehors depuis longtemps. L’euphorie, qui en général dicte la fin d’un mouvement haussier, n’a pas eu lieu. Ceux qui entrent en bourse actuellement sont les désespérés qui n’ont pas osé. Ce sont ceux qui n’ont plus que du cash qui ne rapporte plus rien. Ce sont ceux aussi qui ne souhaitent plus acheter d’obligations pour lesquelles on doit à présent payer pour en détenir.

Un investissement en bourse à des niveaux pareils en vaut-il la chandelle? Même sur le long terme? Aucune chance. Une seule issue à cela. Une immense déception. Alors ok la BCE imprime et les marchés européens devraient continuer de tutoyer les étoiles (sauf bien sûr quand on nous annoncera que la Grèce fout le camp…). Mais le véritable déclencheur n’est pas ici. C’est la FED qui le dictera. Dans un marché où plus rien n’est prévisible. Car toute hausse des taux US se traduira par un monde qui se déstabilisera forcément, avec des mouvements sur les changes que personne ne mesure et un impact immédiat sur l’économie US.

L’anormal est devenu normal. Et depuis des années je décris ce fait. On n’arrive plus à faire machine arrière du côté de la FED. On tergiverse. Laisser aller le dollar, réduire la masse monétaire, monter les taux. Mais ce qui est encore plus embêtant, c’est que si les marchés s’effondrent, ce ne sera pas le peuple qui sera touché de manière directe (j’insiste sur le mot « directe »). Car le peuple n’est pas investi. Qui est investi? Nos Institutions, nos banques. Et c’est bien là que réside le danger. Le peuple ne paiera pas. Pour une fois. Et cela nos vieux dinosaures ne l’ont pas encore bien compris. Avec quelles conséquences? Aucune idée. Personne n’a jamais voulu considérer cela. On préfère se dire que ça passera… Comme entre les deux grandes guerres. Avec les conséquences dont, à l’époque, personne ne mesurait l’ampleur non plus.

Yellen, Fisher & Co mesurent-ils quelque chose maintenant? Libre à chacun de se faire son opinion. La mienne est faite depuis longtemps. Cash & Gold.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
ipsum amet, risus massa lectus id, nec leo. Phasellus in elit. commodo