Etats-Unis : on a rendu les armes

| Billet invité |  J’ai une bonne nouvelle pour vous aujourd’hui. Les élites américaines ont intégré le fait qu’ils devaient faire faillite. Politiques et représentants de l’économie marchent main dans la main et j’en ai la preuve. Comme vous le savez, je déteste rapporter ce que nous disent tel ou tel journal, telle grosse tête ou tel super analyste qui passe son temps à expliquer ce qui s’est passé… Je m’efforce de ne pas m’embuer le regard afin de conserver une vision la plus distanciée possible de la pollution médiatique que nous subissons.

Il n’empêche… Pour une fois je suis obligé de réagir suite à une récente colonne de Paul Krugman qui depuis 2008 ne s’est pas encore trompé. Sa vision? Inonder l’économie d’argent gratuit et pousser l’Etat à s’endetter encore plus en lançant d’immenses programmes d’investissements, notamment en infrastructures dont les Etats-Unis auraient tant besoin. Ensuite, une fois l’économie sur pied, revoir le déficit de l’Etat et établir une feuille de route afin de maîtriser l’évolution de la dette. Je partageais son approche, puisque la restructuration de dette ne représentait pas une option pour lui.

Paul Krugman a retourné sa veste. Au vu de la paralysie du Congrès ayant trait au relèvement du plafond de la dette mais surtout de l’esprit buté habitant les différents protagonistes, Krugman évoque cette fois sans équivoque le risque de faillite. En réalité, cette faillite que personne ne veut encore envisager, elle est en train de se préparer. L’opinion publique va être inondée de messages dans ce sens à présent. La politique de communication, pardon la propagande, est en marche.

Un dit ceci, l’autre cela. Ils sont tous d’accord entre eux. Le retour à la croissance n’est plus possible et ils le savent, toutes ces grosses têtes savantes bardées de diplômes colorés délivrés par l’Université de la Marre aux Crapauds de la Ferrière. Toutes les cartouches ont été tirées. Le soubresaut de l’économie américaine arrive déjà à son terme. Comme mes salades qui, au vu des températures fraîches du Jura, n’arrivent plus à pousser… En fait, le double dip recession que tout le monde craignait risque fort de se produire prochainement. On prend un peu de hauteur? Rendez-vous compte d’une chose: la moitié de la population américaine détient le 2% de la richesse nationale. Heeeuuuuhhhh… mis à part le crédit, voulez-vous me dire avec quel pèze ces Américains-là consommeront? Inventeront-ils à présent des crédits-étudiants pour les aînés disponibles au Mc Do afin qu’ils puissent se payer une Tesla?

Très bientôt, ce sera la grande débandade sur les marchés, avec une crise sur les bonds qui sera retentissante et beaucoup de bonnes affaires pour ceux qui seront restés cash. Ensuite, ce sera la tourmente sur les monnaies au vu de l’effondrement du dollar. Heureusement que l’on peut compter sur l’Europe pour assumer la croissance du monde entier, et particulièrement sur les pays du Sud de l’Europe (il paraît que ça va mieux là en bas) qui s’apprêtent d’ailleurs à supplier Mme Merkel, grande sorcière devant l’éternel pour certains, de bien vouloir leur accorder « un peu de temps » pour se remettre à flots. Et puis il y a la France, dont les intérêts de la dette dépasseront très bientôt le budget destiné à l’éducation nationale…

L’or est un has been? Vous pensez vraiment ça quand vous me lisez?


Commentaires

0 réponse à “Etats-Unis : on a rendu les armes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *