En voiture M’sieur dame… et on reparle de la dette!

C’est l’info du jour. Tesla n’a jamais autant vendu de voitures c’est génial. Elon Musk devient le champion américain car c’est le seul constructeur qui voit ses ventes exploser à la hausse alors que les autres constructeurs tirent la langue et n’arrivent plus à vendre leurs charrettes. Il semble que le marché d’occasion soit abondant (la défiance des anciens modèles truqués y est certainement pour beaucoup) et que les prix des occasions ne fait que baisser, surtout que les anciens modèles sont peut-être tous pourris, y compris les moteurs essence. Donc de cause à effet, les voitures neuves sont trop chères et peinent à se vendre, sauf Tesla. Tesla dépasse Ford en termes de capitalisation boursière. C’est 48 milliards pour Tesla et 45 pour Ford. C’est 100’000 voitures vendues par an pour Tesla et 6 millions pour Ford. Et celui qui me réussit à me dire que tout cela est « normal » et je l’envoie immédiatement se ressourcer quelques mois au bord du Ganges et respirer sa puanteur…

Mon sujet favori reste celui de la dette. Et comme cela fait longtemps que je n’ai pas écrit quelques lignes à ce sujet, je vous livre quelques petits indicateurs qui sont à interpréter selon votre vision des choses. Aux States, les défauts sur crédits autos n’ont jamais été aussi élevés depuis 1996 et la durée des emprunts souscrits… s’allongent! Bientôt ce sera comme en Suisse pour l’achat d’une maison. Il faudra à peu près 8-9 générations pour espérer rembourser la dette. En clair et pour faire bref, la course à l’endettement se poursuit. Tiens, ça me rappelle un article du Temps paru en 2006 lorsque Emmanuel Garessus s’inquiétait de l’envolée des crédits immobiliers. On a vu ce que ça a donné. Et comme tout bonheur se doit d’être partagé, l’allongement de la durée des crédits va bien entendu de pair avec la lente remontée des taux. Ça nous promet un de ces quatre une joyeuse cabriole.

En Europe aussi on commence à préparer le terrain et c’est Benoît Coeuré qui s’y est mis. Pour la première fois, on évoque officiellement au sein de la BCE un resserrement monétaire et une tendance à la « normalisation ». En français, ça veut dire que la BCE se préparer à augmenter ses taux. Pas pour tout de suite. Mais c’est pour bientôt et c’est l’Italie et la France qui doivent se réjouir. Cela veut aussi dire que la FED et la BCE se parlent et qu’elles ne feront rien de trop méchant et imprévu pour déstabiliser la reprise économique. Les marchés devraient donc se montrer encore bien calmes durant quelques années, vu que la BCE entrera en piste en 2018 pour une lente remontée des taux. Cela fait longtemps que je le répète, mais ceux qui attendent le crash, ils peuvent se les brosser. Mieux vaut contempler les jonquilles qu’attendre une hypothétique lugée qui n’arrivera pas. Les banques centrales vont monter les taux, les rendements vont se tendre, et pour cela, impossible d’agir à contre-courant des marchés en provoquant un effondrement des marchés. Il y a bien entendu les fous qui nous disent que la bourse n’a rien à voir avec l’économie et que les banques centrales s’en foutent. C’est tout le contraire. Une frittée en bourse et c’est toute l’économie qui paye le prix 6 mois plus tard, avec comme ingrédient suave une chiasse qui s’empare tant des entreprises que des consommateurs. A la cave les investissements et pour la consommation, on préfère en général stocker des boîtes de conserve à la cave plutôt que de s’acheter un sac trop cher et qui ne sert à rien de chez Vuitton.

Je terminerai ce billet en vous disant encore que Tesla a pris 7% hier soir. Chouette, le gap avec Ford s’accentue encore. On n’a fini de rire avec tout ça, sans compter qu’en Europe, il n’existe aucun réseau d’infrastructure pour recharger sa voiture et que pour un Suisse, avec une Tesla, il peut juste tenter de rejoindre le Tessin, sauf si le tunnel du Gothard est fermé. Dans ce cas-là, il devra soit plugger à Lucerne, soit prendre la diligence qui fait encore le col comme autrefois pour le plus grand bonheur des touristes.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
consequat. adipiscing quis, leo. ut suscipit