Difficile de faire pire

C’est toujours ainsi que ça se passe dans le monde merveilleux du travail. Quand quelqu’un voit qu’il se passe quelque chose de pas clean dans sa boîte et qu’il le dit bien gentiment plus haut, on lui dit simplement ceci: « C’est super sympa de me dire ce que tu vois, mais prière de la fermer c’est pas tes affaires! ». Ensuite, pour le gentil employé, il a le choix de soit se la fermer grave et de continuer à faire son travail bien gentiment tel un mouton docile, ou alors de s’entêter et de taper dans la fourmilière en faisant péter la baraque. Avec la solution un, l’avantage est qu’il conserve son emploi mais doit ravaler son ego. Avec la solution deux, c’est la porte à coup sûr!

Si je parle de cela, c’est parce que j’ai déjà eu la « chance » de me retrouver dans les deux situations. Et je suis rassuré de lire que le bordel qui est en train de se passer chez VW s’apparente exactement à ce que j’ai vécu (comme tant de monde d’ailleurs). Tout ce panier de crabes savait ce qui se passait et maintenant, il conviendra de voir si tous ces braves gens voudront bien communiquer l’entier de la vérité ou s’ils conviendront ensemble de se serrer les coudes (les directions fonctionnent en général bras dessus bras dessous) et de se résoudre à ne faire tomber que quelques têtes pour ravir l’opinion publique.

VW savait tout ce qui se passait. Des ingénieurs avaient même été mandatés pour réduire les émissions polluantes des moteurs Diesel et ils avaient trouvé comment mieux faire. Mais ça coûtait un peu plus cher. Et les gentils patrons de VW leur ont dit: « Hein hein, on peut faire moins cher en pougnant donc on va le faire comme ça ». Voilà pour la petite histoire. A présent, des plaintes sont déjà en train d’être déployées aux Etats-Unis et comme pour les banques, ce scandale durera des années. Avec des procès à n’en plus finir et pour les comptables de VW des années à devoir provisionner tout ce qu’ils pourront dans leurs comptes.

Je suis content de lire que Lagarde revoit pour la 3’498ème fois les prévisions de la croissance à la baisse. C’est rassurant de lire ça. Les bourses ne font plus rien et l’épargne reste le placement le plus sûr pour le moment. Barcelone voudrait devenir indépendante. C’est une bonne nouvelle. Cette joie compensera la frustration de la longue blessure de Messi. Ainsi aura-t-il le temps de se demander s’il souhaite toujours évoluer dans un championnat à une équipe. Voilà ce qu’il y a à dire pour aujourd’hui. Le reste de la semaine sera en principe rythmé par la FIFA (je devais le sentir en postant mon billet la semaine passée) et VW. Les informations continueront de tomber. Et à défaut de pouvoir s’amuser en bourse, on se contentera d’être spectateurs de tout ce bordel.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!