Crypto + crypto + crypto = personne ne sait.

Nous vivons dans un monde fascinant. Un monde dans lequel l’euphorie boursière nous gagne avec tout un tas de gadgets qui sortent sans arrêt. Cette période me fait furieusement penser à celle vécue il y a 20 ans où tout montait, où rien ne pouvait faire dérailler la machine des « point.com ». C’était bingo assuré. Aujourd’hui c’est tout pareil. Les gourous de la finance nous disent tour à tour que tout devrait bien se passer. Comme on aimerait les croire on est rassurés. Nous vivons une période complètement euphorique où les indices cartonnent sur toute la planète, au plus haut de tous les temps. Les cryptos se sont démocratisées et s’envolent, même si le Bitcoin toussote depuis quelques jours, avec des corrections tant à la hausse qu’à la baisse qui font froid dans le dos. Normal qu’il en soit ainsi car personne n’a encore eu le courage ni l’envie de vouloir assassiner le « truc » en posant des régulations. En même temps je n’en suis aucunement surpris car je ne connais personne qui soit en mesure d’expliquer simplement comment ce « truc » fonctionne.

Autrement nous avons les banques qui refont parler d’elles. Presqu’à l’unisson elles affichent des profits qui dépassent l’entendement, sauf une: Credit Suisse. Le titre a perdu 30% en quelques jours suite à des paris risqués dans des « fonds » qui ont mal tourné. Trop bien leur truc. Et maintenant ce sont les petits clients qui vont trinquer – c’est toujours ainsi que cela se passe – en voyant leurs frais de gestion augmenter. Un poignée d’imbéciles fait n’importe quoi avec le pognon et ensuite c’est aux pauvres de payer. Un grand classique. Et pendant ce temps, même si pour la forme ils ont viré un ou deux lascars – ça fait toujours bien de donner l’illusion que faire tomber quelques têtes va changer quelque chose – pour démontrer qu’ils ont bien saisi le problème. Le problème justement c’est qu’ils n’ont aucune idée de la suite. Personne ne sait si d’autres « fonds » vont leur péter à la figure ces prochains mois vu qu’ils n’ont juste aucune idée, aucun moyen non plus, pour comprendre ce que leurs traders font ni des paris qu’ils prennent. C’est aussi simple que cela.

Pour le reste on se gave de tout. La pandémie devient gentiment un sujet has been même si rien n’est réglé, même avec le vaccin. On en a encore pour une année. Les bourses parient en revanche sur un recovery de derrière les fagots car les premiers indices font état d’une reprise de la marche des affaires encourageante. Le recovery sera furieux ces prochains mois et la planète nous dira bientôt merci. De cette crise on n’a rien voulu apprendre vu que le rêve de chacun reste de retrouver une vie « comme avant ». La prochaine crise qui viendra sera encore plus forte. En attendant c’est tout le monde à table sur une terrasse, malgré la bise glaciale, et on profite avec en perspective le rêve qu’on puisse bientôt remanger dans un vrai restaurant, au chaud, d’ici fin 2027.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!