Chypre : braquage en règle par la troïka

Profitant du week end et de jours fériés, la troïka (UE-BCE-FMI) a approuvé dans la nuit de vendredi à samedi, un «plan de sauvetage» de Chypre incluant une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires, prélevée directement sur les comptes des épargnants. Si la troïka désirait manier la stratégie du choc et créer un mouvement de panique chez la population européenne, elle ne pouvait pas faire mieux.

Cette taxe aussi inédite que brutale sera de 6,75% pour les dépôts de moins de 100 000 euros et de 9,9% au delà de ce seuil, et devrait permettre de dégager 5,8 milliards d’euros. Ajoutée à un prêt de 10 milliards d’euros du FMI et de la zone euro, cette somme devrait permettre de recapitaliser les deux principales banques du pays et de maintenir l’État chypriote à flot.

Les chypriotes crient au hold-up

Distributeurs à billets vidés en quelques heures, transactions électroniques bloquées, banques fermées jusqu’à mercredi ou jeudi, les chypriotes se réveillent avec la gueule de bois en découvrant de manière brutale, pour ceux qui n’en étaient pas encore conscients, qu’en matière de monnaie, les États ont tous les droits et les particuliers, aucun.

Le Parlement chypriote devait se réunir ce dimanche pour approuver ce texte mais le débat a été repoussé à lundi pour « permettre aux députés d’être parfaitement au fait de la situation et mieux informés ». Dans les faits, il s’agirait surtout de dissuader certains députés de faire barrage au texte.

La troïka a-t-elle ouvert la boîte de Pandore? Que se passera-t-il si le parlement refuse le texte? Comment réagiront les épargnants dans le reste de l’Europe?

La semaine pourrait être chaude et le printemps arriver un peu plus vite que prévu…

En savoir plus

 

 

 

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
Aenean nunc justo diam amet, Curabitur eget elementum